Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
49 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
Jim

Inscrit le :
17/08/2005
23 critiques
4190 messages
Consulter le profil de Jim
Envoyer un message privé à Jim

Le grand silence

Robert Silverberg


Le grand silence
Traduction : Bernard Sigaud
Titre original : The Alien Years
Première parution : mars 2002

 Pour la présente édition :

Editeur : J'ai lu
Collection : Science-fiction
ISBN : 2-290-31798-5

Ce livre est noté   (3/5 pour 2 évaluations)


J'ai lu ce livre et je souhaite donner mon avis
La critique du livre
Lire l'avis des internautes (10 réponses)

Avec quelle rapidité, quelle facilité, Elles ont conquis notre monde et changé la vie des générations à venir...
Elles ? Les Entités, créatures extraterrestres si semblables par leur aspect aux illustrations naïves des pulps (des sortes de calmars violets aux yeux d'or) mais si foncièrement étrangères, si totalement hors de portée de nos schémas de pensées pour que les hommes, dans la tourmente, puissent saisir leurs motivations ou deviner leurs plans.
Bien sûr, les peuples de la Terre tentent de résister mais que faire face à des adversaires d'une telle supériorité qu'ils semblent parfois ne pas se rendre compte que nous les combattons?

Depuis H.G.Wells (auquel le livre est dédié), le thème de l'invasion extraterrestre est solidement ancré dans la tradition SF, que ce soit pour exalter l'ingéniosité et le courage des hommes ou, bien au contraire, battre en brêche l'anthropocentrisme, à l'image de Génocides de Thomas Disch, qui déclara "Le réel intérêt dans ce genre d'histoire, c'est de voir un cataclysme dévastateur anéantir le genre humain (...) Mon intention était simplement d'écrire un livre dans lequel ne serait pas gâché cette beauté et ce plaisir à la fin ".
Bien que moins sombre que son compatriote,

Silverberg

s'oriente ici vers la deuxième voie.
Le roman s'ouvre sur de gigantesques incendies ravageant la région de Los Angeles; la portée autobiographique de ce motif est incontestable tant l'auteur s'est dit marqué par des brasiers qui détruisirent sa maison et manquèrent de faire de même avec la suivante.
S’ils sont initiés par la chaleur dégagée par les tuyères des vaisseaux des envahisseurs, et d’une ampleur sans précédents, ces phénomènes trop familiers des Californiens témoignent d'emblée de la relativité de notre contrôle sur notre monde.
Apparemment omnipotentes, les Entités ne semblent voir les hommes que de deux façons : comme des esclaves, qu’ils asservissent par influence télépathique, ou comme d’insignifiants insectes. .

Dans ce tumulte à l'échelle planètaire, un fil rouge est constitué par la relation d'une saga familiale : celle des Carmichael, qui se réfugieront dans le ranch du patriarche, l'emblématique Colonel, sur les hauteurs de Santa Barbara.
Américains bon teint, blonds aux yeux bleus, prompts à entrer en résistance et agrandir leur descendance, ils courraient le risque d'être des caricatures de soap opera; mais, dans une oeuvre qui prend un malin plaisir à jouer sur les clichés et les attentes du lecteur, on saura, au fur et à mesure que chacun tentera de se situer par rapport à l'ombre écrasante du pater familias et du clan, découvrir des individus derrière une apparence de clônes et différencier un Anson (prénom familial favori et certainement une allusion à Heinlein) d'un autre.
Et puis, il y a Khalid, Pakistanais d'Angleterre au passé tragique.
Son esprit d'exception, à la profondeur tout à la fois pragmatique et mystique, lui vaudra un rôle majeur.
On peut difficilement concevoir plus éloigné des Carmichael et pourtant leurs destins seront liés.

Ce roman prend place dans la dernière période de

Silverberg

, celle qui commence avec Le château de Lord Valentin; il y gagne en volume (environ 570 pages) et inclut des éléments de cyberpunk.
Pour autant, l'auteur ne délaisse pas ses thèmes de prédilection, en particulier les problèmes de communication et de compréhension entre les êtres.
Comprendre les Entités, les toucher de quelque manière que ce soit, sont des préoccupations primordiales pour les personnages, un défi monumental à relever. Aussi se basent-ils souvent sur des hypothèses, pour engager des actions qui seront lourdes de conséquences pour une multitude...

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Ecrit dans un style toujours aussi fluide, regorgeant de clins d'oeil et de mises en abîme, Le grand silence retrouve Robert

Silverberg

à son sommet.
Ce qui fait dire à Pierre-Paul Duranstanti, un spécialiste du bonhomme : "Pour moi, cet ouvrage n'est rien moins que l'œuvre majeure de

Silverberg

depuis son retour à l'écriture en 1979."




Sans même daigner faire la guerre, ou vouloir seulement communiquer, les extraterrestres ont asservi l'humanité pour régner en despotes sur notre planète. Lentement, les terriens vaincus se sont fait une raison, et personne ne songe désormais plus à tenter quoi que ce soit contre les nouveaux maîtres du monde. Personne, sauf le colonel Carmichael. Militaire à la retraite, il vit a l'écart dans son ranch de Santa Barbara, à la tête d'une famille hétéroclite mais bien décidée à renvoyer les aliens chez eux. Une bataille en apparence perdue d'avance, mais... David n'a-t-il pas vaincu Goliath ? Le tout est de trouver une fronde assez puissante, et cela, des générations de Carmichael vont s'y employer.

Robert Silverberg. Né en 1935, cet écrivain extraordinairement prolifique est aujourd'hui considéré comme l'une des légendes vivantes de la science-fiction américaine. Quatre fois lauréat du prix Nebula et cinq fois du prix Hugo, il est l'auteur d'œuvres inoubliables, telles que Les ailes de la nuit, L'homme dans le labyrinthe, L'oreille interne, ou Le château de Lord Valentin.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (10 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
L'homme dans le labyrinthe   

L'homme dans le labyrinthe

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée oman
3 réponses y ont été apportées. Dernier message le 29/09/2018 à 12h00 par soleilvert

La tour de verre   

La tour de verre

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée oman
1 réponse y a été apportée. Dernier message le 08/08/2005 à 13h16 par JC

Le temps des changements   

Le temps des changements

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée oman
2 réponses y ont été apportées. Dernier message le 06/12/2007 à 20h11 par RisingSun

Les ailes de la nuit   

Les ailes de la nuit

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée oman
7 réponses y ont été apportées. Dernier message le 31/07/2012 à 15h24 par lacroute

Les profondeurs de la terre   

Les profondeurs de la terre

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée oman
3 réponses y ont été apportées. Dernier message le 01/07/2012 à 14h29 par Jim

Les déportés du Cambrien   

Les déportés du Cambrien

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée oman
2 réponses y ont été apportées. Dernier message le 24/05/2005 à 08h31 par oman

La porte des mondes   

La porte des mondes

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée oman
14 réponses y ont été apportées. Dernier message le 19/08/2005 à 11h22 par LeGaidol

L'homme programmé   

L'homme programmé

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée Jim
Aucune réponse pour le moment...

L'homme stochastique   

L'homme stochastique

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée Jim
19 réponses y ont été apportées. Dernier message le 16/02/2010 à 13h43 par machin

Starborne   

Starborne

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée oman
2 réponses y ont été apportées. Dernier message le 20/12/2005 à 00h12 par Franz

Les monades urbaines   

Les monades urbaines

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée Ione
27 réponses y ont été apportées. Dernier message le 08/11/2012 à 09h58 par Butch

L'oreille interne   

L'oreille interne

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée looper
14 réponses y ont été apportées. Dernier message le 10/10/2012 à 18h57 par Butch

La Face des eaux   

La Face des eaux

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée Jim
7 réponses y ont été apportées. Dernier message le 06/04/2009 à 13h54 par lacroute

Les déserteurs temporels   

Les déserteurs temporels

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée Zaroff
5 réponses y ont été apportées. Dernier message le 21/06/2014 à 10h05 par Olivier

Voile vers Byzance - Nouvelles au fil du temps 1981-1987   

Voile vers Byzance - Nouvelles au fil du temps 1981-1987

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée vda
2 réponses y ont été apportées. Dernier message le 11/01/2011 à 22h04 par vda

Le chemin de la nuit   

Le chemin de la nuit

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée Olivier
Aucune réponse pour le moment...

La Semence de la Terre   

La Semence de la Terre

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée soleilvert
6 réponses y ont été apportées. Dernier message le 12/10/2018 à 14h08 par Olivier

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire