Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
13 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
oman

Inscrit le :
11/02/2005
90 critiques
994 messages
Consulter le profil de oman
Envoyer un message privé à oman

L'homme dans le labyrinthe

Robert Silverberg


L'homme dans le labyrinthe
Traduction : Michel Rivelin
Illustration : Grégoire Hénon
Titre original : The man in the maze
Première parution : 31 mars 2003

 Pour la présente édition :

Editeur : J'ai lu
ISBN : 2290332887

Ce livre est noté   (4/5 pour 1 évaluations)


J'ai lu ce livre et je souhaite donner mon avis
La critique du livre
Lire l'avis des internautes (3 réponses)

Entrée en matière :

« Muller vivait depuis neuf ans dans le labyrinthe. Maintenant, il le connaissait bien. Il savait ses pièges, ses méandres, ses embranchements trompeurs, ses trappes mortelles. Depuis le temps, il avait fini par se familiariser avec cet édifice de la dimension d’une ville, sinon avec la situation qui l’avait conduit à y chercher refuge… »

L’histoire :

Le labyrinthe de Memnos est une ville abandonnée d’une très ancienne civilisation galactique, dont les rouages, les pièges disséminés partout en son sein, en font un des plus grand mystères humains de la galaxie, car jamais personne n’a réussi à y déjouer tous les pièges mortels pour en atteindre le centre, sauf Muller, dont l’intention est de tourner le dos à l’humanité. Jusqu’à ce que l’on vienne de la Terre pour essayer de persuader Muller de revenir…

Tolérance.

Silverberg

a confiance en l'homme. Il nous raconte que malgré toute la crasse, tout le mal qu'il fait, il y a de l'espoir : autant la majorité d'entre nous est veinale, incapable de tolérance vis à vis de quelque chose de différent, le résultat de la peur de l'inconnu nous fait faire des choses horribles, mesquines, humiliantes, il reste tout de même des gens qui outrepassent cette peur, cette différence pour aller vers essayer de comprendre et accepter l'Autre. En cela,

Silverberg

nous envoie un message d'espoir.
De plus, il nous montre que l'homme, malgré toutes ses différences, dans toute sa diversité, est capable de se réunir et faire table rase des divergences, pour se rassembler contre une menace d'un niveau bien plus important. En cela

Silverberg

est optimiste. Cependant, le pessimisme est plus fort…

Dénouement.
Magré tout cela, rien n'est gagné. La menace contre le hommes n'est pas dissolue.

Silverberg

nous laisse dans le flou. C'est une fin bien ouverte pour que l'on se sente en sécurité et dire :"tout est bien qui finit bien". Non, car tout ne finit pas.
Un autre aspect qui me laisse un goût amer est que finalement "la fin justifie les moyens", si l'on sait jouer sur la bonne corde des hommes, on sait obtenir bien des choses.

Une trame tres intéressante.
En premier était le labyrinthe. Cette partie est, je trouve, succulente, les pièges fatals m'ont un peu fait penser à un jeu de Donjons et Dragons où il fallait éviter de tomber dans les trappes et autres.
Ensuite le contact. La confrontation entre le jeune naïf mais à la noblesse d'âme et Muller est moins niaise qu'elle n'y parait : le simple fait qu'il nous livre ses états d'âme au compte-goutte. Car il s'agit d'un homme brisé, usé par l'humainté, qui autrefois l'adulait, et qui du fait de sa différence, va du jour au lendemain va le rejeter. Va-t-il sortir ou non ?
Tout cela dans une histoire, pas spécialement linéaire, donne un intérêt certain à la lecture.

Bref un roman de tres bonne facture, sûrement un des meilleurs que j'ai lu de

Silverberg

.

Extraits :

« Un monde reposant où n’existaient aucune violences ni dangers. Les poissons géants dans les mers étaient peu vivaces et se laissaient prendre sans difficultés. Les montagnes aux sommets enneigés semblaient traîtresses et dangereuses, même si on portait des bottes à gravitation, mais personne ne s’y était encore perdu. »

« Hosteen poussa une manette et les robots se mirent en marche. Par les yeux électroniques de la machine, Rawlins eut sa première vision de la zone H du labyrinthe. »




"Muller vivait depuis neuf ans dans le labyrinthe. Maintenant, il le connaissait bien. Il savait ses pièges, ses méandres, ses embranchements trom­peurs, ses trappes mortelles. Depuis le temps, il avait fini par se familiariser avec cet édifice de la dimension d'une ville, sinon avec la situation qui l'avait conduit à y chercher refuge."

Tous les hommes qui avaient tenté de pénétrer dans le labyrinthe de Lemnos avant Muller étaient morts d'une façon atroce. Tous ceux qui avaient essayé de l'y rejoindre par la suite avaient été massacrés.
Aujourd'hui Ned Rawlins vient d'atterrir près du labyrinthe. Il a reçu l'ordre de ramener Muller sur la Terre, sa planète natale qui a besoin de lui. Sa planète qui, neuf ans auparavant, l'avait impi­toyablement chassé, forcé à se réfugier au coeur de ce labyrinthe aux dédales mortels.
Quelles chances Rawlins a-t-il de survivre et d'accomplir sa mission ?


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (3 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
La tour de verre   

La tour de verre

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée oman
1 réponse y a été apportée. Dernier message le 08/08/2005 à 13h16 par JC

Le temps des changements   

Le temps des changements

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée oman
2 réponses y ont été apportées. Dernier message le 06/12/2007 à 20h11 par RisingSun

Les ailes de la nuit   

Les ailes de la nuit

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée oman
7 réponses y ont été apportées. Dernier message le 31/07/2012 à 15h24 par lacroute

Les profondeurs de la terre   

Les profondeurs de la terre

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée oman
3 réponses y ont été apportées. Dernier message le 01/07/2012 à 14h29 par Jim

Les déportés du Cambrien   

Les déportés du Cambrien

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée oman
2 réponses y ont été apportées. Dernier message le 24/05/2005 à 08h31 par oman

La porte des mondes   

La porte des mondes

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée oman
14 réponses y ont été apportées. Dernier message le 19/08/2005 à 11h22 par LeGaidol

L'homme programmé   

L'homme programmé

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée Jim
Aucune réponse pour le moment...

L'homme stochastique   

L'homme stochastique

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée Jim
19 réponses y ont été apportées. Dernier message le 16/02/2010 à 13h43 par machin

Starborne   

Starborne

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée oman
2 réponses y ont été apportées. Dernier message le 20/12/2005 à 00h12 par Franz

Les monades urbaines   

Les monades urbaines

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée Ione
27 réponses y ont été apportées. Dernier message le 08/11/2012 à 09h58 par Butch

Le grand silence   

Le grand silence

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée Jim
10 réponses y ont été apportées. Dernier message le 12/08/2006 à 16h43 par soleilvert

L'oreille interne   

L'oreille interne

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée looper
14 réponses y ont été apportées. Dernier message le 10/10/2012 à 18h57 par Butch

La Face des eaux   

La Face des eaux

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée Jim
7 réponses y ont été apportées. Dernier message le 06/04/2009 à 13h54 par lacroute

Les déserteurs temporels   

Les déserteurs temporels

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée Zaroff
5 réponses y ont été apportées. Dernier message le 21/06/2014 à 10h05 par Olivier

Voile vers Byzance - Nouvelles au fil du temps 1981-1987   

Voile vers Byzance - Nouvelles au fil du temps 1981-1987

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée vda
2 réponses y ont été apportées. Dernier message le 11/01/2011 à 22h04 par vda

Le chemin de la nuit   

Le chemin de la nuit

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée Olivier
Aucune réponse pour le moment...

La Semence de la Terre   

La Semence de la Terre

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée soleilvert
6 réponses y ont été apportées. Dernier message le 12/10/2018 à 14h08 par Olivier

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire