Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
10 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
Ione

Inscrit le :
26/04/2004
12 critiques
897 messages
Consulter le profil de Ione
Envoyer un message privé à Ione

Les monades urbaines

Robert Silverberg


Les monades urbaines
Traduction : Michel Rivelin
Illustration : Manchu
Titre original : The World Inside
Première parution : 1971

 Pour la présente édition :

Editeur : Le Livre de Poche
ISBN : 2-253-05087-3

Ce livre est noté   (4.2/5 pour 5 évaluations)


J'ai lu ce livre et je souhaite donner mon avis
La critique du livre
Lire l'avis des internautes (27 réponses)

Un monde vertical en réponse au problème démographique....

Quel problème démographique ?
dieu soit loué ! il n'y a pas de problème démographique !
Plus depuis que les Monades urbaines existent. Plus depuis que l'homme a construit des "villages" abritant une cinquantaine de tours de 3000 mètres de haut, plus depuis que l'on peut faire vivre 800 000 personnes dans un même bâtiment et tout cela dans un sentiment de paix, de bien-être, et d'amour.

Les habitant de la Monade 116 sont heureux, leur société est équilibrée, juste, libre. La notion de propriété a disparu, les serrures n'existent pas, la jalousie n'a pas lieu d'être puisque l'on peut faire l'amour avec ses voisins et selon ses envies, sans avoir à se cacher et avec la reconnaissance de tous par dessus le marché !

La natalité est une bénédiction ! la vie est sacrée, et tout le monde a le droit de partager ce bonheur qui est de vivre ensemble, sur terre dans une Monade. Il y a de la place pour tous et lorsqu'une tour est pleine, on en construit une nouvelle, elles ne prennent pas de place, et là où l'on croyait exploser à 10 000 000 000, on jubile a 75 000 000 000...


Mon avis

Ce livre est surprenant de part l'enchevêtrement des notions qu'il aborde.
La notion de liberté y est très subtilement amenée et malmenée... la société qui s'est développée dans un tel environnement est "idéale" dans le sens où tout le monde semble avoir les commodités essentielles pour vivre à l'aise. La technologie l'aide à ça. Par ailleurs, leurs libertés sont mêmes supérieures aux notres puisque la nudité est un lieu commun et ne gène personne, leur sexualité est épanouie (elle me fait étrangement penser aux moeurs des bonobos, ces singes qui font l'amour toute la journée avec les membres la tribu afin de déjouer les conflits éventuels et d'éviter toute frustration ;)

Mais cette société ne cache-t'elle pas ses propres failles ?

Silverberg

nous montre habilement que dans toute société, quelle que soit sa culture, les hommes tendent vers un seul et même but, être heureux.
Et c'est là que tout se complique. Car nous sommes des êtres humains, et quand la liberté se met à ressembler à un moule, il y a toujours un "réfractaire", un "curieux", un "canard boiteux" pour vouloir en savoir plus, pour vouloir regarder ce qu'il se passe ailleurs, pour désirer ce qu'il n'a pas, pour regretter ce qu'il a...
Et l'équilibre devient alors instable.
Deux solutions, il est remis dans les rails de manière propre et sans douleur (chirurgicale) ou il est évincé (éliminé).

La liberté est une notion subjective en étroite relation avec l'environnement et la culture dans laquelle on l'étudie. La liberté de certains, devient une contrainte pour d'autres (ceux qui n'ont pas la même culture - culture liée à leur environnement) et inversement.

J'ai beaucoup aimé ce livre pour la richesse de son message. La tolérence est indispensable pour se comprendre. Chaque chose a sa raison d'être et les comportements que nous ne comprenons pas découlent de phénomènes culturels et temporels que nous n'imaginons sûrement pas.
Avant de juger, essayons de comprendre. Dans l'idéal, ne jugeons pas.

Quant au style de

Silverberg

, je n'aime pas trop, mais ça ne regarde que moi. Je trouve son écriture un peu sèche, manquant de rondeurs et de poésie. Mais c'est un avis personnel qui n'engage que moi.
Sans trouver à son écriture une réelle délectation, je n'ai tout de même pas eu de répugnance à le lire.

Je vous recommande la lecture de ce livre qui à mon avis fait partie de ceux que l'on n'a aucun mal à se souvenir.




En l'an 2381, la Terre porte soixante-dix milliards d'êtres humains dont la devise est : Croissez et multipliez. Ils habitent des tours de mille étages, les monades urbaines, et jouissent d'une totale liberté sexuelle. Ils ne quittent jamais leurs villes verticales et explorent rarement un autre étage que le leur. Ils vivent l'utopie, la promiscuité, le bonheur.
Qui en doute est malade. Qui est malade est soigné. Qui est incurable est exécuté.
Micael, l'électronicien, rêve pourtant de la Terre du passé, de l'océan, de la nature qu'il a découverts à travers un film vieux d'un siècle. Il fuit.
Et Jason, l'historien, armé de son savoir contre tous les tabous anciens, redécouvre de son côté un sentiment proscrit, la jalousie.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (27 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
L'homme dans le labyrinthe   

L'homme dans le labyrinthe

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée oman
3 réponses y ont été apportées. Dernier message le 29/09/2018 à 12h00 par soleilvert

La tour de verre   

La tour de verre

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée oman
1 réponse y a été apportée. Dernier message le 08/08/2005 à 13h16 par JC

Le temps des changements   

Le temps des changements

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée oman
2 réponses y ont été apportées. Dernier message le 06/12/2007 à 20h11 par RisingSun

Les ailes de la nuit   

Les ailes de la nuit

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée oman
7 réponses y ont été apportées. Dernier message le 31/07/2012 à 15h24 par lacroute

Les profondeurs de la terre   

Les profondeurs de la terre

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée oman
3 réponses y ont été apportées. Dernier message le 01/07/2012 à 14h29 par Jim

Les déportés du Cambrien   

Les déportés du Cambrien

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée oman
2 réponses y ont été apportées. Dernier message le 24/05/2005 à 08h31 par oman

La porte des mondes   

La porte des mondes

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée oman
14 réponses y ont été apportées. Dernier message le 19/08/2005 à 11h22 par LeGaidol

L'homme programmé   

L'homme programmé

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée Jim
Aucune réponse pour le moment...

L'homme stochastique   

L'homme stochastique

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée Jim
19 réponses y ont été apportées. Dernier message le 16/02/2010 à 13h43 par machin

Starborne   

Starborne

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée oman
2 réponses y ont été apportées. Dernier message le 20/12/2005 à 00h12 par Franz

Le grand silence   

Le grand silence

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée Jim
10 réponses y ont été apportées. Dernier message le 12/08/2006 à 16h43 par soleilvert

L'oreille interne   

L'oreille interne

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée looper
14 réponses y ont été apportées. Dernier message le 10/10/2012 à 18h57 par Butch

La Face des eaux   

La Face des eaux

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée Jim
7 réponses y ont été apportées. Dernier message le 06/04/2009 à 13h54 par lacroute

Les déserteurs temporels   

Les déserteurs temporels

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée Zaroff
5 réponses y ont été apportées. Dernier message le 21/06/2014 à 10h05 par Olivier

Voile vers Byzance - Nouvelles au fil du temps 1981-1987   

Voile vers Byzance - Nouvelles au fil du temps 1981-1987

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée vda
2 réponses y ont été apportées. Dernier message le 11/01/2011 à 22h04 par vda

Le chemin de la nuit   

Le chemin de la nuit

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée Olivier
Aucune réponse pour le moment...

La Semence de la Terre   

La Semence de la Terre

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée soleilvert
6 réponses y ont été apportées. Dernier message le 12/10/2018 à 14h08 par Olivier

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire