Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
27 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
oman

Inscrit le :
11/02/2005
90 critiques
994 messages
Consulter le profil de oman
Envoyer un message privé à oman

Les profondeurs de la terre

Robert Silverberg


Les profondeurs de la terre
Traduction : Jacques Guiod
Illustration : Jackie Paternoster
Titre original : Downward to the Earth
Première parution : 15 juin 1999

 Pour la présente édition :

Editeur : Le Livre de Poche
ISBN : 2253025771

Ce livre est noté   (3/5 pour 1 évaluations)


J'ai lu ce livre et je souhaite donner mon avis
La critique du livre
Lire l'avis des internautes (3 réponses)

Entrée en matière :

"Il était finalement sur la Terre de Holman. Il ne savait d'ailleurs pas trop pourquoi. Peut-être par cause d'une attirance irrésistible; peut-être par sentimentalité; ou peut-être même sur un coup de tête. Gundersen n'avait jamais envisagé de revenir sur cette planète. Et pourtant, il était là, debout devant l'écran panoramique, attendant l'attérissage, contemplant la sphère qui était assez proche pour qu'il pût la prendre et l'écraser dans sa main. Un monde légèrement plus gros que la Terre, un monde qui lui avait pris les dix plus belles années de sa vie, un monde où il avait appris sur lui-même des choses qu'il aurait préféré ne pas connaître. Les lampes rouges du promenoir s'étaient mises à clignoter. Le vaisseau allait se poser. En dépit de tout, Gundersen était de retour..."

L'histoire :

Gundersen est de retour à Belzagor. Après avoir été administrateur de cette planète pendant dix ans, il a assisté à l'indépendance progressive puis totale de ce monde où les jungles luxuriantes, le paradis vert recouvre une grande partie de sa surface. Au milieu des forêts se trouve une espèce intelligente, les nildoror, semblables à des éléphants qui ont la capacité de parler un dialecte local, et qui ont une sagesse apparente et une philosophie typiquement incomprehensibles des hommes. On dit qu'il seraient les gardiens d'un profond secret qu'ils gardent dans les profondeurs de la terre, et que Gundersen, poussé par la curiosité, si ce n'est autre chose, est décidé à éclaircir...

Mystère.
Ce qui envoûte véritablement le lecteur, dans ce roman est la part de mystère, centrée essentiellement sur ce secret, même si dès le début, Gundersen n'est pas focalisé sur ce secret. En effet, la seule chose que l'on sait, dans un premier temps, c'est que la planète l'attire, d'une manière telle, qu'il fait le voyage sur cette planète où on l'a pratiquement chassé. Malgré tout, l'attraction est trop forte, il a passé "ses meilleures années", nous écrit-il dans son introduction.
Etant administrateur, on ne peut parfois pas s'intéresser d'assez près à la culture locale, ses traditions, ses religions, son folklore et ses légendes.
Ses légendes...

Les nildoror.
Comment imaginer dans un premier temps des éléphants doués de raison ?
La tâche de Gundersen était d'exploiter la planète, pas de faire de sentiments envers cette espèce intelligente si proche et en même temps si éloignée d'une race intelligente. Sur Terre, on considère réellement les éléphants comme des êtres au-dessus du lot des autres animaux, mais ce sont des animaux. Personne ne songe leur prêter la moindre conscience, ou si peu.
Pourtant, nous devrions nous poser la question de savoir s'ils possèdent la moindre religion. Ne dispersent ils pas les restes de leurs morts, comme nous dispersons les cendres de nos morts incinérés ? Et ces véritables cimetières pour leurs morts, cachés au plus profond des forêts/savanes ? N'ont ils pas conscience que nous pillons leurs morts de leur ivoire ?
Ici, les éléphants ont la parole, mais gardent toujours caché le secret de leurs morts.

La jungle.
Lieu qui m'a toujours fasciné. Lieu de magie, lieu de terreur, lieu où la technologie et la civilisation n'apportent rien de rassurant à long terme, puisque la jungle reprend toujours le dessus tôt ou tard.
L'homme prend, la nature reprend.

L'horreur.
Le quatrième de couverture parle d'un hommage au Au coeur des ténèbres de Joseph Conrad. En tout état de cause, ce roman apporte son lot de fascination, de magie, d'horreur, que j'avais retrouvé dans Heritage de Greg Bear, c'est à dire une mise en abîme, un tourbillon qui nous entraîne vers le fond où l'eau est vaseuse, et où fourmille tout un tas de créatures sorties des enfers.

Ce livre fait partie de mes préférés de

Silverberg

. A lire d'urgence.

Extraits :

"Il ouvrit les yeux et dut attendre quelques instants avant de ne plus voir flou. Non, l'ancêtre se trouvait loin de lui et regardait dans une autre direction. Gundersen eut alors un curieux sentiment de prémonition et baissa la tête à l'instant même où il allait être décapité par ce qui l'avait frappé auparavant. Il s'enfonça dans l'eau jusqu'au nez et vit tourner au-dessus de lui une tige jaunâtre semblable à une vergue démontée. Puis il entendit d'effroyables cris de douleur et vit la surface du lac se couvrir de rides de plus en plus profondes. Il regarda autour de lui."

" Elle s'approcha du lit et ouvrit les paupières de Kurtz. Gundersen vit des yeux qui ne possédaient plus la moindre trace de blanc. D'un bord à l'autre, leur surface luisante était d'un noir profond parsemé de petites tâches d'un bleu clair."




Ancien administrateur colonial de Belzagor, Gundersen revient sur cette planète après qu'elle a obtenu son indépendance. Il voudrait renouer avec son passé et trouver la paix en expiant ses fautes et toutes celles commises sur ce monde par les terriens.
C'est pourquoi il s'enfonce dans la jungle épaisse, profonde, à la recherche d'un mystérieux Pays de la Transformation. Il espère y découvrir aussi le secret de l'entente des deux espèces intelligentes de Belzagpr, les Nildoror herbivores qui ressemblent un peu à des éléphants et les Sulidoror carnivores, bipèdes humanoïdes.
Car tout se tient dans la vie sur ce monde. Et bien plus qu'il ne le croit.

Cet éblouissant roman de Robert Silverberg se veut un hommage à Joseph Conrad. Il correspond sans doute à ce que Conrad lui-même aurait pu écrire dans le domaine de la science-fiction.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (3 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
L'homme dans le labyrinthe   

L'homme dans le labyrinthe

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée oman
3 réponses y ont été apportées. Dernier message le 29/09/2018 à 12h00 par soleilvert

La tour de verre   

La tour de verre

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée oman
1 réponse y a été apportée. Dernier message le 08/08/2005 à 13h16 par JC

Le temps des changements   

Le temps des changements

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée oman
2 réponses y ont été apportées. Dernier message le 06/12/2007 à 20h11 par RisingSun

Les ailes de la nuit   

Les ailes de la nuit

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée oman
7 réponses y ont été apportées. Dernier message le 31/07/2012 à 15h24 par lacroute

Les déportés du Cambrien   

Les déportés du Cambrien

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée oman
2 réponses y ont été apportées. Dernier message le 24/05/2005 à 08h31 par oman

La porte des mondes   

La porte des mondes

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée oman
14 réponses y ont été apportées. Dernier message le 19/08/2005 à 11h22 par LeGaidol

L'homme programmé   

L'homme programmé

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée Jim
Aucune réponse pour le moment...

L'homme stochastique   

L'homme stochastique

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée Jim
19 réponses y ont été apportées. Dernier message le 16/02/2010 à 13h43 par machin

Starborne   

Starborne

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée oman
2 réponses y ont été apportées. Dernier message le 20/12/2005 à 00h12 par Franz

Les monades urbaines   

Les monades urbaines

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée Ione
27 réponses y ont été apportées. Dernier message le 08/11/2012 à 09h58 par Butch

Le grand silence   

Le grand silence

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée Jim
10 réponses y ont été apportées. Dernier message le 12/08/2006 à 16h43 par soleilvert

L'oreille interne   

L'oreille interne

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée looper
14 réponses y ont été apportées. Dernier message le 10/10/2012 à 18h57 par Butch

La Face des eaux   

La Face des eaux

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée Jim
7 réponses y ont été apportées. Dernier message le 06/04/2009 à 13h54 par lacroute

Les déserteurs temporels   

Les déserteurs temporels

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée Zaroff
5 réponses y ont été apportées. Dernier message le 21/06/2014 à 10h05 par Olivier

Voile vers Byzance - Nouvelles au fil du temps 1981-1987   

Voile vers Byzance - Nouvelles au fil du temps 1981-1987

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée vda
2 réponses y ont été apportées. Dernier message le 11/01/2011 à 22h04 par vda

Le chemin de la nuit   

Le chemin de la nuit

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée Olivier
Aucune réponse pour le moment...

La Semence de la Terre   

La Semence de la Terre

    

Robert Silverberg



Cette critique est signée soleilvert
6 réponses y ont été apportées. Dernier message le 12/10/2018 à 14h08 par Olivier

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire