Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
11 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
morca

Inscrit le :
27/04/2004
34 critiques
5414 messages
Consulter le profil de morca
Envoyer un message privé à morca

L'oeil dans le ciel

Philip K. Dick


L'oeil dans le ciel
Traduction : Gérard Klein
Illustration : Guillaume de Rémusat
Titre original : Eye in the sky
Première parution : 1957

 Pour la présente édition :

ISBN : 2-264-03002-X

La critique du livre
Lire l'avis des internautes (10 réponses)

Le manuscrit écrit en 1955, l'année de la parution de son premier roman, montre que

Dick

a su trouver ses thèmes fondamentaux très tôt. Le livre rappelle fortement, à mon avis, une trame fantastique.

Rappelons rapidement de quoi il est question :
Un groupe (dont le héros Hamilton et son épouse) visite le Bevatron lorsqu'un accident se produit. A la sortie de l'hôpital, certains d'entre eux ressentent comme une gêne indéfinissable, une inquiétante étrangeté. Ils découvriront peu à peu qu'ils ont effectivement glissé dans la vérité subjective d'un des membres du groupe. Et si en sortir les amène à une autre réalité tout aussi truqué, alors que leurs corps sont sans doute encore sur le sol du Bevatron, on comprendra qu'on nage en plein cauchemar...

allez hop :
Si L'oeil dans le ciel est encore de la Sf, ce n'est sûrement par la caution scientifique (1) que donne l'hypothèse initiale : une défaillance de déflecteur de faisceau protonique (sic) semble un prétexte un peu limite. Non, ce sera sans doute parce qu'il entre dans une catégorie toute science-fictionnelle : celui des mondes parallèles.

Dick

précisera lui-même que l'idée de base à été "volée" à l'Univers en folie de Brown ( chronique ici)
Mondes parallèles qui sont ici autant de réalités subjectives. Poser qu'il y a d'un côté, comme l'aura dit PKD, le koinos kosmos (le commun) et, de l'autre, l'idios kosmos (le particulier, le subjectif) est une chose. En faire l'expérience, se retrouver plongé dans la vision subjective d'un autre, c'est une autre chose. Parce que, comme le dit l'auteur, la sf n'est pas un "et si", mais un "mon dieu ! et si... !!!" C'est donc par le biais du dramatique, de l'horreur, de l'hallucinant, que

Dick

nous fait vivre cette idée toujours vertigineuse : le monde que vous voyez n'est que votre réalité et celle du voisin pourrait bien vous surprendre...
On ne pourra pas ne pas penser aux oeuvres à venir dont l'Oeil dans le ciel semble être une des amorces principales. Notamment à Ubik.
Cependant, le

Dick

de 55 (25 ans), n'est pas le

Dick

de la maturité. Et si, dans le Bifrost spécial

Dick

, n°18, Laurent Queyssi trouve que l'ouvrage est "une pure merveille de composition", je suis personnellement plus dubitatif sur la qualité de l'écrit.
La structure globale m'a paru mal équilibrée, me faisant presque penser à une rallonge de novella, la description du premier monde subjectif traversé (comprenant un passage donnant son nom au livre (2) ) m'ayant paru bien plus longue, fouillée, travaillée que les autres. Elle m'a paru également un peu trop "scolaire" disais-je, précisons l'idée : un peu trop clairement déduite de l'idée initiale. De plus,

Dick

utilise parfois une imagerie un peu caricaturale (alors qu'en d'autres passages, il se montre beaucoup plus fin).
Le tout me paraît un peu baroque. On pourra cependant admettre que, vu l'étrangeté du projet, ce baroquisme soit une qualité.
N'en reste pas moins l'étonnante intégration des thèmes futurs et récurrents de l'auteur.
Qui plus est, on trouvera une foule de moments proprement mémorables (le coup de l'escalier, celui de l'envol en parapluie, le distributeur à technologie ex-nihilo, une tentative désespérante de coït asexué, etc...) parfois proche de l'hallucination, flirtant avec le surréalisme ou convoquant des situations vraiment fantastiques.

Bref, quiconque s'intéresse un tant soit peu à

Dick

ne pourra pas passer à côté de ce livre. Ce n'est pas celui que je proposerai à un lecteur aguerri, mais c'est bien lui qui, un été 81 m'a fait tomber dans

Dick

.

(1) caution scientifique : on ne pensera pas à un effet de hasard si je précise que le bevatron est un des premiers synchrotrons, construit à Berkeley, et qui a permis la découverte, en 1955, de l'anti-proton. On pensera même avec amusement - ou inquiétude, comme on veut - que ce domaine des particules concerne sans doute fortement la physique quantique, et que c'est en son sein que quelques travaillés du bulbe ont émis la théorie de... mondes parallèles...


(2) Ideos et koinos. La carte n'est pas le territoire aurait peut-être dit une des références

dick

iennes. L'oeil dans le ciel n'est pas un titre trouvé par

Dick

, qui avait appelé initialement le texte "with opened mind". S'il est possible que le subjectif semble se réaliser (se réifier ?), aux yeux horrifiés de l'expérimentateur, c'est peut-être dans la psychose. Or (et c'est une note proprement sans intérêt, mais elle m'amuse) comme par un étrange mélange de mots, certains parlent, pour la psychose, "d'inconscient à ciel ouvert".




"Il fallait oser les écrire, ces livres hantés, errer dans ces marécages mentaux troués d'éclairs fuligineux, de vertiges temporels, de bascules du réel. Il faut oser les lire : c'est plonger en apnée. On peut aimer ou détester Philip K. Dick, on peut le déclarer écrivain mineur, star d'un genre dépassé, symbole des sixties, gourou obsolète de l'antipsychiatrie et du trip hallucinogène. [...] Pourtant, ignorer Philip K. Dick, c'est priver d'un grand frisson méditatif. Et faire l'impasse sur quelques-uns de nos fantômes. D'une certaines manière, son oeuvre est datée, comme l'est son personnage chevillé à la Californie, la plus belle, celle du Nord [...] ; la plus mythique, celle d'Esalen et de Bolinas, du LSD et des hippies. [...] Dans ce décor dont il fut, avec les Kerouac, les Ginsberg et autres Burroughs, l'un des père fondateur, Philip Kindred Dick était à l'aise comme un poisson dans l'eau avec sa barbe grise, ses chemises à fleurs, ses bouffées de délire mystique, ses provocations, ses expériences."


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (10 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
Ubik   

Ubik

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée morca
13 réponses y ont été apportées. Dernier message le 21/02/2016 à 13h39 par Harley

Au bout du labyrinthe   

Au bout du labyrinthe

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée morca
1 réponse y a été apportée. Dernier message le 28/03/2016 à 22h03 par Olivier

Les clans de la lune Alphane   

Les clans de la lune Alphane

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée morca
8 réponses y ont été apportées. Dernier message le 23/09/2014 à 14h55 par Olivier

Substance mort   

Substance mort

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée morca
17 réponses y ont été apportées. Dernier message le 29/05/2019 à 12h02 par Olivier

Le dieu venu du centaure   

Le dieu venu du centaure

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée oman
6 réponses y ont été apportées. Dernier message le 08/12/2005 à 09h22 par JC

Loterie solaire   

Loterie solaire

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée oman
11 réponses y ont été apportées. Dernier message le 10/07/2005 à 01h27 par morca

Blade Runner   

Blade Runner

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée oman
4 réponses y ont été apportées. Dernier message le 13/12/2007 à 17h00 par Nostromo

La vérité avant-dernière   

La vérité avant-dernière

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée oman
8 réponses y ont été apportées. Dernier message le 12/05/2015 à 17h17 par Olivier

A rebrousse-temps   

A rebrousse-temps

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée morca
2 réponses y ont été apportées. Dernier message le 11/10/2005 à 12h06 par morca

Nick et le Glimmung   

Nick et le Glimmung

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée Tsilla
8 réponses y ont été apportées. Dernier message le 24/10/2005 à 21h39 par Olivier

Les joueurs de Titan   

Les joueurs de Titan

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée oman
1 réponse y a été apportée. Dernier message le 05/11/2005 à 21h22 par zomver

Le temps désarticulé   

Le temps désarticulé

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée oman
7 réponses y ont été apportées. Dernier message le 09/11/2005 à 08h07 par Lisbei

Dernière conversation avant les étoiles   

Dernière conversation avant les étoiles

    

Philip K. Dick, Gwen Lee



Cette critique est signée Olivier
6 réponses y ont été apportées. Dernier message le 07/04/2006 à 18h33 par bladerunner

Dr Bloodmoney   

Dr Bloodmoney

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée oman
9 réponses y ont été apportées. Dernier message le 17/02/2006 à 20h02 par oman

Glissement de temps sur Mars   

Glissement de temps sur Mars

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée gylles
12 réponses y ont été apportées. Dernier message le 02/02/2007 à 18h34 par tleilaxu

Le Bal des schizos   

Le Bal des schizos

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée Jekub
Aucune réponse pour le moment...

Romans 1953 - 1959   

Romans 1953 - 1959

    

Philip K. Dick, Gérard Klein



Cette critique est signée Olivier
10 réponses y ont été apportées. Dernier message le 22/10/2013 à 11h56 par Olivier

Le maître du Haut-Château   

Le maître du Haut-Château

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée Olivier
10 réponses y ont été apportées. Dernier message le 22/02/2016 à 17h14 par lacroute

Romans 1960-1963   

Romans 1960-1963

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée Olivier
Aucune réponse pour le moment...

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire