Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
11 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
oman

Inscrit le :
11/02/2005
90 critiques
994 messages
Consulter le profil de oman
Envoyer un message privé à oman

Blade Runner

Philip K. Dick


Blade Runner
Traduction : Serge Quadruppani
Illustration : Benjamin Carré
Titre original : Do androids dream od electric ships ?
Première parution : 03 septembre 2001

 Pour la présente édition :

Editeur : J'ai lu
ISBN : 2290314943

Ce livre est noté   (4/5 pour 1 évaluations)


J'ai lu ce livre et je souhaite donner mon avis
La critique du livre
Lire l'avis des internautes (4 réponses)

Entrée en matière :

« Le déclic de l’orgue d’humeur situé près de son lit réveilla Rick Deckard ? Agréablement surpris, comme chaque jour, par la qualité de son éveil, il se dressa dans son lit puis, debout dans son pyjama multicolore, il étira ses membres. Dans le lit jumeau, sa femme Iran ouvrit des yeux gris sans joie, cligna deux ou trois fois des paupières en grognant, puis referma les yeux.
- Tu n’as pas réglé ton Penfield assez haut, lui fit-il observer. Je vais arranger ça, et tu te sentiras bien réveillée…
- Touche pas à mon orgue ! (sa voix était pleine de rancœur.) Je ne veux pas me réveiller.
Il s’assit à côté d’elle, se pencha et lui expliqua doucement :
- Si tu règles la décharge de manière à ce qu’elle soit assez forte, tu serais heureuse de te réveiller. C’est tout l’intérêt de la chose ! Tu mets le bouton sur C et tu atteins d’un seul coup à la conscience éveillée. Comme moi… »


L’histoire :

La Terre est véritablement un endroit où il ne fait pas bon vivre : la pollution radioactive, comme la vermine, après la guerre, se déposant irrémédiablement, a fait disparaître un grand d’espèces animales, et ces dernières sont une denrée rare pour les humains restant sur la planète devenue stérile et peu habitable.
Rick Deckard est à San Francisco un ancien flic maintenant devenu blade runner, dont le travail est d’exterminer une autre vermine : les androïdes à l’aspect humain, dont on ne peut connaître la véritable nature que grâce à des tests confondant leur empathie, et qui se sont échapper de Mars. En l’occurrence, huit androïdes de la dernière génération, les Nexus-6, dont l’intelligence est bien supérieure à l’homme, sont à San Francisco, et il a mission de les « réformer »…

Le film culte.
Je n’ai pas à présenter Blade runner (le film), réalisé par Ridley Scott en 1982, avec Harrison Ford dans le rôle titre du blade runner, Rutger Hauer, exceptionnel, dans le rôle du chef des androïdes, dont la dernière tirade après avoir sauvé le blade runner, est un vrai moment de cinéma. Le décor, la photographie de ce film est esthétiquement une pure merveille esthétique, la bande son du pur bonheur.
Seul un petit nombre d’amateurs de science fiction n’a pas chez lui ce film, ou au moins l’a vu et revu. C’est du moins, encore aujourd’hui une ambiance qui a été (pas très bien reprise parfois) copiée, qui a inspiré grand nombre de décorateurs de film. Assez pour être en quelque sorte, un repère dans le cinéma.
Néanmoins, après avoir lu le roman, il en apparaît que le scénariste a fait une adaptation large du roman, et en a occulté les grandes lignes, pour en faire un beau film plus à la portée du grand public, toutefois. Car la réformation des androïdes n’a d’autre but pour le héros, que d’obtenir les primes pour…se payer un mouton !

L’empathie.
Ce que le film n’a pas souligné et qui est un des aspects les plus importants du roman est l’empathie. L’empathie pour le vivant. En effet, c’est cette qualité que nous avons, enfin je l’espère, qui permet de différencier un homme du reste. Ce que

Dick

expose très bien dans ce roman : la technologie pourra d’ici quelques décennies, quelques centaines d’années peut-être, nous permettre de copier un homme, de construire une machine capable de ressembler à un être humain, dans son apparence, dans un premier temps, et qui aura son savoir et enfin dans sa capacité de raisonnement, de façon à pouvoir côtoyer les hommes, tout en respectant les comportements sociaux. Mais sera t-il capable de sentiments ? Sera t-il capable de sacrifier sa propre vie pour en sauver une autre ?
L’empathie y est tellement importante que les humains se connectent à une boîte à empathie. Un test ?

La sauvegarde de la vie.
La pollution qui est la nôtre actuellement met en danger des milliers d’espèces animales, et ici la disparition des espèces y est importante, à tel point que les hommes se sentent obligés d’avoir un animal chez eux, un peu comme la preuve que les gens sont humains : le fait de s’en occuper est encore une marque d’empathie, ce qu’un androïde ne pourrait pas faire. Avoir un animal androïde (un mouton électrique, par exemple) est une source de honte.

L’univers

dick

ien.

Encore une fois, l’univers

dick

ien est inimitable. Encore une fois, on est par ballotté par l’auteur : qui est humain, qui est un androïde? On se sent parfois perdu et emporté par le doute. Et ici, on se demande ce que c’est d’être humain, à partir de quand on l’est et à partir de quand on ne l’est plus. L’empathie est-elle vraiment le seul critère ? Que devient-on si l’on a de l’empathie pour les animaux ? Et pour les androïdes ? Et si l’on n’a pas d’empathie pour les androïdes, cesse t-on d’être humain ?
Sinon, comme l’indiquait Olivier,

Dick

fait un clin à Van Vogt en nommant l’une firmes de robotique de son nom, ainsi que Asimov. Une autre source de ses inspirations ?

Encore une bonne claque, décidément

Dick

ne cessera de me surprendre. Même en connaissant le thème et la trame globale, à travers le film que j’avais vu il y a quelques années, j’ai été soufflé par ce roman.

Extraits :

« Rick marcha droit sur son mouton, se baissa et fourragea dans l’épaisse toison laineuse – la vermine, du moins, était authentique -, jusqu’à trouver ce qu’il cherchait : la trappe de visite secrète du mécanisme. Sous les yeux de Barbour, il fit basculer la trappe, révélant les entrailles électroniques. »

« Pharmacien sur Mars, lut-il sur la fiche de renseignements. C’était, du moins, la couverture choisie par l’andro. Mais c’était probablement un manuel, un ouvrier agricole rongé d’ambition. Les androïdes rêveraient-ils ? se demanda Rick. »

« Jadis, songea-t-il, j’aurais vu les étoiles. Il y a de cela des années. Et maintenant, je ne vois que les cendres, la poussière. Des années et des années que personne n’a vu une étoile, du moins sur Terre. Et si j’allais là où l’on peut voir les étoiles ? se dit-il. Le véhicule gagnait de la vitesse et de l’altitude ; il s’éloignait de San Francisco en direction des étendues désolées du Nord de la vile. Là où aucun être vivant ne se serait jamais rendu. A moins de sentir approcher la fin… »


La fiche du roman sur Culture SF : Blade Runner




Un blade runner, c'est un tueur chargé d'exterminer les androïdes qui s'infiltrent sur terre. Et Rick est le meilleur blade runner de la côte Ouest. Ce qui ne l'empêche pas d'être un tendre : il rêve de remplacer un jour son simulacre (électrique) de mouton par un vrai ! Hors de prix sur une planète où s'éteint la vie animale !
Aussi quand on lui propose une somme fabuleuse pour éliminer de dangereux Nexus 6 signalés en Californie, il fonce... Mais, face à lui, surgit la très belle Rachel. Femme ou androïde ? L'aime-t-il ? Peut-il l'aimer ?


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (4 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
Ubik   

Ubik

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée morca
13 réponses y ont été apportées. Dernier message le 21/02/2016 à 13h39 par Harley

Au bout du labyrinthe   

Au bout du labyrinthe

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée morca
1 réponse y a été apportée. Dernier message le 28/03/2016 à 22h03 par Olivier

Les clans de la lune Alphane   

Les clans de la lune Alphane

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée morca
8 réponses y ont été apportées. Dernier message le 23/09/2014 à 14h55 par Olivier

Substance mort   

Substance mort

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée morca
15 réponses y ont été apportées. Dernier message le 07/04/2006 à 16h08 par bladerunner

Le dieu venu du centaure   

Le dieu venu du centaure

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée oman
6 réponses y ont été apportées. Dernier message le 08/12/2005 à 09h22 par JC

Loterie solaire   

Loterie solaire

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée oman
11 réponses y ont été apportées. Dernier message le 10/07/2005 à 01h27 par morca

La vérité avant-dernière   

La vérité avant-dernière

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée oman
8 réponses y ont été apportées. Dernier message le 12/05/2015 à 17h17 par Olivier

A rebrousse-temps   

A rebrousse-temps

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée morca
2 réponses y ont été apportées. Dernier message le 11/10/2005 à 12h06 par morca

Nick et le Glimmung   

Nick et le Glimmung

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée Tsilla
8 réponses y ont été apportées. Dernier message le 24/10/2005 à 21h39 par Olivier

Les joueurs de Titan   

Les joueurs de Titan

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée oman
1 réponse y a été apportée. Dernier message le 05/11/2005 à 21h22 par zomver

Le temps désarticulé   

Le temps désarticulé

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée oman
7 réponses y ont été apportées. Dernier message le 09/11/2005 à 08h07 par Lisbei

Dernière conversation avant les étoiles   

Dernière conversation avant les étoiles

    

Philip K. Dick, Gwen Lee



Cette critique est signée Olivier
6 réponses y ont été apportées. Dernier message le 07/04/2006 à 18h33 par bladerunner

Dr Bloodmoney   

Dr Bloodmoney

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée oman
9 réponses y ont été apportées. Dernier message le 17/02/2006 à 20h02 par oman

L'oeil dans le ciel   

L'oeil dans le ciel

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée morca
10 réponses y ont été apportées. Dernier message le 04/02/2008 à 18h52 par Gutboy

Glissement de temps sur Mars   

Glissement de temps sur Mars

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée gylles
12 réponses y ont été apportées. Dernier message le 02/02/2007 à 18h34 par tleilaxu

Le Bal des schizos   

Le Bal des schizos

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée Jekub
Aucune réponse pour le moment...

Romans 1953 - 1959   

Romans 1953 - 1959

    

Philip K. Dick, Gérard Klein



Cette critique est signée Olivier
10 réponses y ont été apportées. Dernier message le 22/10/2013 à 11h56 par Olivier

Le maître du Haut-Château   

Le maître du Haut-Château

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée Olivier
10 réponses y ont été apportées. Dernier message le 22/02/2016 à 17h14 par lacroute

Romans 1960-1963   

Romans 1960-1963

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée Olivier
Aucune réponse pour le moment...

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014