Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
25 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
morca

Inscrit le :
27/04/2004
34 critiques
5172 messages
Consulter le profil de morca
Envoyer un message privé à morca

Substance mort

Philip K. Dick


Substance mort
Traduction : Robert Louit
Illustration : Stéphane Dumont
Titre original : A scanner darkly
Première parution : 1977

 Pour la présente édition :

Editeur : Denoël
Collection : Présence du futur
ISBN : 2-207-30252-0

La critique du livre
Lire l'avis des internautes (15 réponses)

" C'était un type qui passait ses journées à se secouer les poux des cheveux ".
Ainsi commence l'inoubliable roman de Philip K.

Dick

, un des meilleurs, le meilleur selon certains - mais ce genre de jugement a-t-il un sens ?
On se rappelera que

Dick

avait toujours rêvé d'être reconnu comme écrivain à part entière, c'est-à-dire non pas enfermé dans un genre que les intellectuels jugent souvent plus que mineur : une littérature pour enfant, pour attardés.

Dick

aurait sûrement voulu être placé à côté des Kerouac, des Burroughs… Bien sûr, il y a quelques romans parus, de littérature générale. Paru parce que

Dick

est devenu un incontournable de la sf, et, par elle, reconnu au-delà du genre.
Toujours est-il que sa plus grande réussite dans une littérature non-sf est peut-être un roman sf : Substance mort. Car il s'agit encore de science-fiction : on en apportera comme preuve les différents éléments qui placent ce roman dans un monde qui n'est pas le notre, un monde futur - par exemple, le fameux " complet brouillé " que porte le héros pour cacher son identité. Mais en même temps, que ce soit de la science-fiction, on y prend pas garde.

Dick

réussit ici peut-être a mêler le meilleur de lui-même. Il mêle le

Dick

SF, le

Dick

-beatnik, le

Dick

-parano… Tout ce que

Dick

était capable de faire est peut-être rassemblé dans ce roman au traitement cependant inhabituel, tant du point de vue de la trame, que du point de vue de l'écriture (je parle bien sûr, hélas, de la traduction).
Mais de quoi est-il question ?

Dick

nous tire par le bras, et nous emmène dans l'univers de la drogue, le monde des junkies, tel qu'il avait pu le vivre au début des années 70. Une petit groupe de shootés comme Jerry Fabin, le type qui se cherchent les poux, Barris, un type qui n'inspire pas confiance et qui aurait découvert le moyen de faire de la coc avec une crème anti-solaire, Freck, un gars plutôt sympa qui échappe (trop) facilement à la réalité en se tapant des séquences-fictions, sorte de rêveries diurnes plutôt flippées, et Luckman, et Donna…
Et Bob Arctor.
Bob pour ses potes junkies. Fred pour la brigade des stups, qui ne le voit que sous complet brouillé. Bruce, plus tard, mais ce ne sera toujours pas son nom.
Bob-Fred-Bruce est mal barré. Déjà, infiltré dans le groupe de junkies, il en prend les habitus, et se tape de la substance M. Entre autres choses. Et puis visiblement quelqu'un lui en veut. Barris, sans doute...
Heureusement, il va peut-être découvrir qui, vu que les stups vont lui truffer sa maison de caméras. Situation schizo bien

Dick

ienne : Fred va donc surveiller Bob, c'est-à-dire lui-même.
Et nous aussi, nous observons tout ce petit monde. Comme dans un miroir, obscurément. Car c'est un monde qui sombre, un monde à l'envers. A moins que ce ne soit le notre qui ne soit à l'envers.

Dick

nous pond un roman plein d'empathie. Un de ses buts était de laisser la trace de tous ces types qu'il avait connu dans leur déchéance. Et il y arrive plutôt bien. On vit dans ce petit monde où tout tourne autour d'une idée fixe : la drogue. Un monde crasse, paumé, paranoïaque : la peur de se faire prendre par les flics, les stups, la peur de ses propres amis qui peuvent bien vous gruger n'importe quand, la peur de ne plus bander, la peur de crever, et pire : celle de finir la cervelle grillée dans une clinique psychiatrique.
Mais un monde sympathique, aux personnages attachants. Et tellement drôles parfois.
Un roman plein d'empathie - une des plus forte qualité de

Dick

- plein d'amour, carrément, c'est lui qui le dit en parlant de tout ceux qui lui ont inspiré le livre : " je leur dédie mon amour "

Un livre bourré de référence autobiographique : le fameux trip à l'acide y intervient, trois fois. Mais aussi, pour l'exemple : chapitre 1 : l'histoire du type qui sauve un gosse qui allait se faire écraser par une voiture, chapitre 2 : les visions de tableaux, etc… A moins, là aussi, que

Dick

n'ait d'abord écrit, puis intégré des passages à sa biographie…
D'ailleurs, Fred-Bob-Bruce, qui n'est ni Fred, ni Bob, ni Bruce, qui n'a pas de nom, n'est-ce-pas

Dick

lui-même ?

Un livre plein de passages inoubliables : le discours d'Arctor, le délire sur le moteur d'une voiture, le coup des vitesses de vélo, etc… jusqu'à la claque finale - une sacré claque.

Bref, un

Dick

incontournable.
Et, encore une fois, puisqu'à cette heure l'adaptation ciné n'est pas sortie, si vous ne l'avez pas lu, vous savez quoi faire... ;)




Il y avait un type nommé Jerry Fabin. Un drogué.
Il croyait que tout son corps était recouvert de parasites, que ses poumons en étaient pleins.
Il souffrait atrocement et passait des journées entières sous la douche, sans parvenir à se nettoyer.
Jusqu'au jour où les hommes en blanc sont venus le chercher.
Il y avait un type qui, sous le nom de Fred, travaillait pour la brigade des stupéfiants, le corps dissimulé sous un " complet brouillé" et qu'on chargea un jour de s'espionner lui-même.
Et puis il y en avait bien d'autres, toxicos, freaks, pousseurs de dope qui allaient souffrir plus que de raison.
Car la drogue tue.
Elle fait de vous un légume ambulant.
Surtout la Substance Mort, la pire de toutes, celle qui vous brûle le cerveau et détruit votre identité.





Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (15 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
Ubik   

Ubik

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée morca
13 réponses y ont été apportées. Dernier message le 21/02/2016 à 13h39 par Harley

Au bout du labyrinthe   

Au bout du labyrinthe

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée morca
1 réponse y a été apportée. Dernier message le 28/03/2016 à 22h03 par Olivier

Les clans de la lune Alphane   

Les clans de la lune Alphane

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée morca
8 réponses y ont été apportées. Dernier message le 23/09/2014 à 14h55 par Olivier

Le dieu venu du centaure   

Le dieu venu du centaure

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée oman
6 réponses y ont été apportées. Dernier message le 08/12/2005 à 09h22 par JC

Loterie solaire   

Loterie solaire

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée oman
11 réponses y ont été apportées. Dernier message le 10/07/2005 à 01h27 par morca

Blade Runner   

Blade Runner

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée oman
4 réponses y ont été apportées. Dernier message le 13/12/2007 à 17h00 par Nostromo

La vérité avant-dernière   

La vérité avant-dernière

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée oman
8 réponses y ont été apportées. Dernier message le 12/05/2015 à 17h17 par Olivier

A rebrousse-temps   

A rebrousse-temps

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée morca
2 réponses y ont été apportées. Dernier message le 11/10/2005 à 12h06 par morca

Nick et le Glimmung   

Nick et le Glimmung

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée Tsilla
8 réponses y ont été apportées. Dernier message le 24/10/2005 à 21h39 par Olivier

Les joueurs de Titan   

Les joueurs de Titan

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée oman
1 réponse y a été apportée. Dernier message le 05/11/2005 à 21h22 par zomver

Le temps désarticulé   

Le temps désarticulé

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée oman
7 réponses y ont été apportées. Dernier message le 09/11/2005 à 08h07 par Lisbei

Dernière conversation avant les étoiles   

Dernière conversation avant les étoiles

    

Philip K. Dick, Gwen Lee



Cette critique est signée Olivier
6 réponses y ont été apportées. Dernier message le 07/04/2006 à 18h33 par bladerunner

Dr Bloodmoney   

Dr Bloodmoney

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée oman
9 réponses y ont été apportées. Dernier message le 17/02/2006 à 20h02 par oman

L'oeil dans le ciel   

L'oeil dans le ciel

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée morca
10 réponses y ont été apportées. Dernier message le 04/02/2008 à 18h52 par Gutboy

Glissement de temps sur Mars   

Glissement de temps sur Mars

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée gylles
12 réponses y ont été apportées. Dernier message le 02/02/2007 à 18h34 par tleilaxu

Le Bal des schizos   

Le Bal des schizos

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée Jekub
Aucune réponse pour le moment...

Romans 1953 - 1959   

Romans 1953 - 1959

    

Philip K. Dick, Gérard Klein



Cette critique est signée Olivier
10 réponses y ont été apportées. Dernier message le 22/10/2013 à 11h56 par Olivier

Le maître du Haut-Château   

Le maître du Haut-Château

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée Olivier
10 réponses y ont été apportées. Dernier message le 22/02/2016 à 17h14 par lacroute

Romans 1960-1963   

Romans 1960-1963

    

Philip K. Dick



Cette critique est signée Olivier
Aucune réponse pour le moment...

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014