Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
6 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
oman

Inscrit le :
11/02/2005
90 critiques
994 messages
Consulter le profil de oman
Envoyer un message privé à oman

L'univers en folie

Fredric Brown


L'univers en folie
Traduction : Jean Rosenthal, Thomas Day
Illustration : Benjamin Carré
Titre original : What mad world
Première parution : 04 septembre 2002

 Pour la présente édition :

Editeur : Gallimard
ISBN : 207042460X

Ce livre est noté   (3/5 pour 1 évaluations)


J'ai lu ce livre et je souhaite donner mon avis
La critique du livre
Lire l'avis des internautes (19 réponses)

Entrée en matière :

« Le premier lancement de fusée vers la lune eut lieu en 1954 et se solda par un échec. Sans doute à cause d’un défaut de conception, la fusée retomba sur la Terre, tuant une douzaine de personnes. Afin de rendre possible l’observation de son arrivée sur la Lune, depuis la surface de la Terre, la fusée était munie, non pas d’une charge explosive mais d’un accumulateur Burton capable de fonctionner tout au long du voyage à travers l’espace, et d’y accumuler un formidable potentiel électrique qui, au contact du sol lunaire, devait se décharger en produisant un éclair plusieurs milliers de fois plus brillant que celui de la foudre, d’une force destructrice plusieurs milliers de fois supérieure… »

L’histoire :

KeithWinston est journaliste dans l’un des magasines de science fiction : aventures extraordinaires. Ce n’est pas qu’il ne se plaise pas à son poste où ils reçoit des lettres de fans et détracteurs quant à la qualité de ce journal, mais tout pourrait être mieux pour cet écrivain raté. D’autant plus qu’il vient de tomber amoureux de la rédactrice du journal Harmonie parfaite, que détient le magnat de la presse Borden, en plus d’aventures extraordinaires. Ce dernier a invité Winton pour la soirée. Le même soir, la première fusée doit décoller pour la Lune. Cet engin n’arrivera pas à bon port, mais plutôt sur la maison de Borden. C’est l’explosion. Winton se retrouve allongé et décide de repartir vers son domicile, du moins dans ce qui semble être son monde…

Un univers en folie ?
Passé le début de ce roman, où la couleur est annoncée, ce roman est une parodie des vieux romans de space opera où le héros se retrouve dans un univers parallèle. Un héros qui finalement ne se plait pas où il est, à quel poste il est et dans la situation où il est, va vivre les aventures abracadabrantes du péquenot venu d’un autre monde où les mœurs sont différentes, l’histoire est différente.
Mais personnellement, je m’attendais à quelque chose de plus loufoque. Le titre l’univers en folie (what mad world en VO) présupposait quelque chose de plus… de plus abouti en terme de parodie, en terme de délire. Et bien non.
Le ton n’est pas des plus fous, la parodie n’est pas poussée, la critique des space opera n’est pas des plus acerbes.
Quelques bonnes idées comme la machine à coudre, le calaminage permettent au roman de rester une vaste plaisanterie, car ce roman est finalement une pâle parodie. L’humour est peut-être si fin qu’on n’en voit pas la couleur.
Je n’ai pas accroché à cet humour. On dirait que l’auteur oscillait entre le roman parodique et le roman sérieux. Je trouve que ce roman n’arrive pas à la cheville du guide galactique où, on pourra reprocher à Adams d’être allé parfois trop loin et d’être trop lourd à force, mais qui a réussi, lui, à m’arracher de bons éclats de rire.

Brown

est bien meilleur dans ses nouvelles comme dans une étoile m’a dit, plus pince sans rire, plus abouti.

Une semi déception pour ma part, ce roman est néanmoins court et se lit vite.

Extraits :

« Quelque chose entrait par la porte ouverte de l’épicerie. Quelque chose qui n’était pas humain, qui était très loin d’être humain.
Quelque chose qui culminait à plus de deux mètres vingt de haut . Une chose si grande qu’il lui fallait se courber un peu pour franchir le seuil et qui était couverte d’une fourrure d’un pourpre vif, sauf sur les mains, les pieds et sur le visage – des parties du corps tout aussi purpurines, mais couvertes d’écailles au lieu de fourrure. Les yeux se résumaient à des disques blancs sans pupille. La chose n’avait pas de nez. En revanche, elles possédait des dents, beaucoup de dents ! »




10 juin 1954. Première tentative de lancement d'une fusée vers la Lune. Et c'est l'échec. La fusée retombe dans les Catskill. Si près d'un journaliste, comme par hasard directeur d'une revue de SF., qu'il est désintégré... et réintégré dans un univers parallèle. Commence alors pour le malheureux la plus extravagante des aventures. Pris pour un espion d'Arcturus, il ne doit son salut qu'à sa familiarité avec la science-fiction. Mais c'est quand même dur de rencontrer votre double installé dans votre appartement, de voir votre petite amie fiancée à un autre, et de découvrir que les machines à coudre peuvent ouvrir la voie de l'hyperespace...

Indémodable chef-d'oeuvre, le livre qui a propulsé Brown au premier plan des humoristes de la SF.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (19 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
La fille de nulle part   

La fille de nulle part

    

Fredric Brown



Cette critique est signée Olivier
5 réponses y ont été apportées. Dernier message le 16/02/2007 à 18h13 par Jim

Martiens, go home !   

Martiens, go home !

    

Fredric Brown



Cette critique est signée kgb203
7 réponses y ont été apportées. Dernier message le 06/12/2018 à 11h07 par Olivier

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire