Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
28 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
kgb203

Inscrit le :
14/05/2003
7 critiques
820 messages
Consulter le profil de kgb203
Envoyer un message privé à kgb203

Martiens, go home !

Fredric Brown


Martiens, go home !
Traduction : Alain Dorémieux
Illustration : Frank kelly Freas
Titre original : Martians, Go Home
Première parution : 1954

 Pour la présente édition :

Editeur : Gallimard
Collection : Folio SF
Date de parution : 11 octobre 2000

Ce livre est noté   (4.3/5 pour 3 évaluations)


J'ai lu ce livre et je souhaite donner mon avis
La critique du livre
Lire l'avis des internautes (7 réponses)

Imaginez un instant notre chère planète bleue envahie par un bon milliard de petits humanoïdes verts et prétendument martiens, roublards, malotrus et sans gêne, dont l'occupation de prédilection serait de semer la pagaille et la zizanie parmi leurs hôtes bien involontaires, bref, pour faire court, de vous pourrir nuit et jour la vie dans les règles de l'art...
Ridicule, dites-vous ? C'est pourtant la découverte aussi surprenante que malheureuse que va faire Luke Devereaux, écrivain de science-fiction en mal d'inspiration, lorsqu'un soir de pleine lune le premier de ces petits êtres verdâtres viendra toquer à la porte de son spartiate cabanon isolé en plein désert californien et s'invitera dans sa vie. Ceci après lui avoir benoitement révélé que sa petite amie le trompait et lu, hilare, les mots doux échangés par les deux tourtereaux !

Dès lors, les indésirables envahissent la planète, répandant sans vergogne les secrets les mieux gardés, s'invitant dans votre chambre à l'occasion de votre nuit de noce, troublant effrontément les parties de poker entre amis en dévoilant au passage votre jeu, ou interrompant grossièrement les meilleures représentations théâtrales. En quelques jours, l'anarchie s'installe tandis qu'inévitablement les nerfs lâchent et que les plus endurcis des psychiatres craquent l'un après l'autre. D'autant que si la raison de leur venue demeure un inébranlable mystère, on ne sait pas même s'ils repartiront un jour : rien, de la magie d'illustres sorciers africains aux bricolages de fortune de quelques génies bidouilleurs au fond de leur garage, ne semble en effet pouvoir mettre fin aux exactions morales de cette vermine stellaire, surtout pas les bons vieux coup de pied au cul puisque les malotrus sont étrangement intangibles et qu'ils sont capables de se téléporter où bon leur semble...

Luke Devereaux cependant, après un premier choc salutaire, aidé par une imagination aussi débordante que débridée, va s'investir de la mission de bouter l'ennemi hors des affaires terrestres... Mais y a-t-il seulement une échappatoire ?

« Salut Toto, c'est bien la Terre ici ? »

Absurde et iconoclaste, voilà sans aucun doute les termes susceptibles de décrire au mieux « Martiens, go home ! », roman signé par un grand de l'humour et de l'histoire à chute, devenu classique parmi les classiques dans le domaine de la littérature de science-fiction.
Fredric

Brown

passe à la moulinette de l'humour tous les poncifs du genre et parodie volontiers la SF de l'immédiat après-guerre, depuis le fameux syndrome de la page blanche jusqu'aux martiens évidemment verts et leur invasion tout aussi pacifique au sens habituel du terme que catastrophique pour l'humanité. Les clins d'œil tant aux œuvres littéraires que cinématographiques se succèdent, en particulier à destination des grands maîtres du genre comme Wells et sa « Guerre des mondes ».

Ainsi, « Martiens, go home ! », s'il fera tout au plus sourire un lecteur n'ayant pas connu l'âge d'or du cinéma kitsch, et malgré, reflet de l'époque, quelques piques éminemment critiques envers le communisme, s'avère d'une lecture extrêmement plaisante : il s'agit en somme d'un roman léger, divertissant, que l'on dégustera avec la plus grande délectation et sans modération pour son non-sense exquis et son premier degré jubilatoire. On se régale, et on ne demande qu'à se resservir !




Enfermé dans une cabane en plein désert, Luke Devereaux, auteur de science-fiction en mal d'invention, invoque désespérément sa muse - de toute évidence retenue ailleurs - quand soudain... on frappe à la porte. Et un petit homme vert, goguenard, apostrophe Luke d'un désinvolte «Salut Toto !».
Un milliard de Martiens, hâbleurs, exaspérants, mal embouchés, d'une familiarité répugnante, révélant tous les secrets, clamant partout la vérité, viennent d'envahir la Terre.
Mais comment s'en débarrasser ?


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (7 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
L'univers en folie   

L'univers en folie

    

Fredric Brown



Cette critique est signée oman
19 réponses y ont été apportées. Dernier message le 02/02/2007 à 23h53 par morca

La fille de nulle part   

La fille de nulle part

    

Fredric Brown



Cette critique est signée Olivier
5 réponses y ont été apportées. Dernier message le 16/02/2007 à 18h13 par Jim

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire