Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
60 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
  

En 2018, du cinéma en super 8 ?


  Sujet proposé le 04/01/2018 à 18h52 par Fiotox
  Ajouter ce sujet à mes favoris Culture SF
   Répondre   |   page 28 / 38   |   aller en page :      1  2  3  [ ...... ]  27  28  29  [ ...... ]  36  37  38     
bruss

Inscrit le :
08/05/2007
1696 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 23/07/2018 à 17h43  
Je viens de regarder Truman ..un très beau film...
   Consulter le profil de bruss  Envoyer un message privé à bruss  
Jim

Inscrit le :
17/08/2005
4190 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 24/07/2018 à 10h50  
On ne s’attend pas à trouver de bons documentaires sur CSTAR
mais Amy d’Asif Kapadia, sur la vie trop courte d’Amy Whinehouse, est très bien.

Quel gâchis...

(Rediffusion lundi prochain)
Signature de Jim "Je déteste les discussions, elles vous font parfois changer d'avis."
dernière édition : 24/07/2018 à 10h52   Consulter le profil de Jim  Envoyer un message privé à Jim  
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
6833 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 24/07/2018 à 16h01  
Signature de Olivier "Un monde nouveau va naître, un monde dans lequel il n'aura pas sa place. Il est trop clairvoyant pour lutter contre lui ; mais il ne feindra pas de l'aimer." George Orwell
   Consulter le profil de Olivier  Envoyer un message privé à Olivier  Visiter le site de Olivier  
bruss

Inscrit le :
08/05/2007
1696 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 24/07/2018 à 17h54  
Good Father , le retour de Mel Gibson dans un bon road movie assez classique ...
   Consulter le profil de bruss  Envoyer un message privé à bruss  
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
6833 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 25/07/2018 à 10h28  
A mort l'arbitre de Jean-Pierre Mocky, avec Michel Serrault et Eddy Mitchell.
Probablement l'un de mes Mocky préférés, voire mon préféré.
Le casting est tout simplement excellent, entre Serrault qui incarne un supporter fanatique à la tête d'une meute d'abrutis, qui traquent un Eddy Mitchell, séducteur d'un calme et d'un flegme impressionnants, entre deux bourres-pif.
La musique signée Alain Chamfort est d'une élégance rare, une véritable dentelle sonore (quoi qu'un peu marquée 80's).
Mocky en flic flegmatique, avec toujours un ou deux coups de retard sur les supporters est parfait.
La fin, assez différente de celle du roman (initialement tournée, mais Serrault voulait la changer, et il a eu raison), est magnifique.
Bref, un film à voir sans hésiter, qui me rappelle un peu Le prix du danger.
Signature de Olivier "Un monde nouveau va naître, un monde dans lequel il n'aura pas sa place. Il est trop clairvoyant pour lutter contre lui ; mais il ne feindra pas de l'aimer." George Orwell
   Consulter le profil de Olivier  Envoyer un message privé à Olivier  Visiter le site de Olivier  
morca

Inscrit le :
27/04/2004
5295 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 25/07/2018 à 22h22  
Un peu de vacances, où j'ai pu boucher quelques trous honteux, dans la vidéothèque idéale.

Le Monde, la Chair et le DIable : le film n'est pas fabuleux et manque de finesse sans doute, mais les thèmes qu'il pose sont de bonne intention et toutes ces séquences d'un New-York nettoyé de toute vie sont marquantes. Le "Huis-Clos" ouvert en deuxième partie de film trouve un final ouvert à l'interprétation.


La Fin du Monde : J'hésite à le garder dans la VI... mais bon. C'est le premier parlant de Gance, c'est aussi l'échec commercial et critique qui brisa sa carrière. De plus, je ne pense pas avoir le "director's cut" - bien qu'ayant vu plus long qu'à la sortie en 1931 où le film fut sévèrement mutilé. Est-ce le fait que le film m'arrive aux yeux - et oreilles donc - en piteux état ? Est-ce que Gance négocia mal ce passage au parlant ? Toujours est-il que je trouvais le récit mal fichu et tant d'effets trop appuyés... Pourtant oui, c'est un Gance dramatique dans la carrière de Gance, peut-être cela ajoute-t-il à l'intérêt... Je lui préfère quand même Verdens Undergang, film danois de 1916 avec une vraie presque-fin-du-monde, des effets apocalyptiques mieux travaillés ama (15 ans avant je veux dire) et quelques résonances avec notre contemporanéité qui lui donne pas mal d'intérêt...

Damned, je suis bien long !!!

et...


La Légende de Kaspar Hauser. Si vous n'avez pas peur de vous retrouver dans un film techno, quasi sans dialogue (non pas sans parole), noir et blanc, avec tous les trucs du film d'auteur fauché, du trip déjanté d'après -mais de loin- la vie de l'orphelin de l'Europe, etc... bin allez-y, vous me direz... Ah oui, est-ce de la SF ?... Nnnnon.. mais on pourrait l'y forcer - d'autant que ça commence et ça finit avec des... soucoupes volantes.
Signature de morca C'est pas vrai, je ne suis pas misanthrope. La preuve, j'ai des amis humains.
dernière édition : 25/07/2018 à 22h37   Consulter le profil de morca  Envoyer un message privé à morca  Visiter le site de morca  
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
6833 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 27/07/2018 à 15h24  
Fritz Bauer, un héros allemand
Le film raconte l'histoire d'un juge, qui joua un rôle décisif dans la traque et l'arrestation d'Eichmann.
Il nous replonge aussi dans l'Allemagne des années 50 et d'Adenauer, où tant et plus de nazis et d'anciens SS s'étaient reconvertis sans problème dans l'économie, l'administration ou la politique (le bras droit d'Adenauer avait participé à la rédaction des lois de Nuremberg).
Le plus hallucinant, c'est de voir l'attitude de la société de l'époque : enivrée par le miracle économique naissant, et surtout totalement indifférente à son lourd passé. Une indifférence qui vire à l'amnésie délirante, puisque la police et la justice mettent bien plus d'entrain à traquer les homosexuels que les nazis.
Face à l'indolence de la justice, Bauer décidera donc de commettre un crime de haute trahison, en transmettant ses informations à Israël, bien plus décidé que l'Allemagne à arrêter et juger les anciens nazis.
Un film assez réussi, qui pointe du doigt l'oubli intéressé du nazisme, visant à ancrer l'Allemagne de l'ouest dans le camp atlantiste. Cela rappelle dans une moindre mesure la France, où Papon et Bousquet ont fait de belles carrières, tandis que Touvier n'était que très mollement recherché.

Je n'en attendais pas grand chose, et le film se révèle parfois assez académique, voire un brin poussiéreux, malgré une très belle photographie. Le portrait de Bauer, homme solitaire, secret et cassant, révèle un homme assez touchant, qui doit naviguer au gré des intérêts pour arriver à ses fins (promettre de ne pas inquiéter un ancien SS qui travaille chez Mercedes pour qu'il lui confirme qu'Eichmann est bel et bien en Argentine).
J'ai surtout vu ce film parce que c'était le même réalisateur que La révolution silencieuse.
Un jeune réalisateur (44 ans), qui fouille les tréfonds d'un passé, avec une dimension politique et un goût du coup de pied dans la fourmilière qui rappelle un peu Yves Boisset.
A voir, ne serait-ce que pour se tenir au courant du cinéma de nos cousins germains.
Signature de Olivier "Un monde nouveau va naître, un monde dans lequel il n'aura pas sa place. Il est trop clairvoyant pour lutter contre lui ; mais il ne feindra pas de l'aimer." George Orwell
dernière édition : 27/07/2018 à 15h29   Consulter le profil de Olivier  Envoyer un message privé à Olivier  Visiter le site de Olivier  
bruss

Inscrit le :
08/05/2007
1696 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 28/07/2018 à 07h32  
Gueule d'amour avec un Jean Gabin étonnant dans cette histoire d'amour dramatique ...
   Consulter le profil de bruss  Envoyer un message privé à bruss  
LeGaidol

Inscrit le :
12/05/2005
2839 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 29/07/2018 à 08h40  
Frank de Lenny Abrahamson, récit improbable autour d'un groupe de rock expérimental dont le chanteur leader porte en permanence une tête en carton mâché.
Ce film est une pure merveille de délicatesse et de cruauté, oscillant sans cesse entre le drame et la comédie. Derrière l'histoire de ce groupe disfonctionnel (The Soronprfbs), on sent affleurer progressivement un autre sujet dont la révélation finale nous crucifie. Michael Fassbender et surtout Maggie Gyllenhaal crèvent littéralement l'écran et le film comporte de nombreux moments de grâce absolue.

Un petit extrait

Un des sources d'inspiration du film
dernière édition : 29/07/2018 à 09h33   Consulter le profil de LeGaidol  Envoyer un message privé à LeGaidol  
bruss

Inscrit le :
08/05/2007
1696 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 29/07/2018 à 10h33  
Vu un gros nanar de Delon : " Parole de flic " .....
Tout est DELON , même le générique .... quel malheur !!! :p
   Consulter le profil de bruss  Envoyer un message privé à bruss  
   Répondre  |   page 28 / 38   |  aller en page :      1  2  3  [ ...... ]  27  28  29  [ ...... ]  36  37  38     

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire