Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
59 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
  

En 2018, du cinéma en super 8 ?


  Sujet proposé le 04/01/2018 à 18h52 par Fiotox
  Ajouter ce sujet à mes favoris Culture SF
   Répondre   |   page 38 / 38   |   aller en page :      1  2  3  [ ...... ]  36  37  38  
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
6833 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 04/12/2018 à 13h41  
Les veuves de Steve McQueen
J'étais curieux de voir comment il allait s'en tirer avec le polar.
Hé bien il s'en tire haut la main : personnages bien creusés, ambiance hard boiled d'un parfait cynisme, casting impeccable, et toujours cet art de filmer les personnages (la scène sur le terrain de basket avec cette caméra tournante) et les lieux.
Signature de Olivier "Un monde nouveau va naître, un monde dans lequel il n'aura pas sa place. Il est trop clairvoyant pour lutter contre lui ; mais il ne feindra pas de l'aimer." George Orwell
   Consulter le profil de Olivier  Envoyer un message privé à Olivier  Visiter le site de Olivier  
Jim

Inscrit le :
17/08/2005
4190 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 07/12/2018 à 21h02  
Revu The Devil's rejects de Rob Zombie.

Durant la première heure, j'avais encore du mal à comprendre la flatteuse réputation du film, les petits jeux des psychopathes avec leurs victimes impuissantes m'ennuyant assez.
Ensuite, j'ai compris. À partir du moment où les prédateurs deviennent proies, à la merci d'un sheriff (excellent William Forsythe) qui justifie sa haine et son sadisme par le droit à la vengeance, personnelle et divine, le film opère un tour de force : créer de l'empathie pour des personnages détestables, coupables des pires atrocités.
Simplement parce que pour autant, ils restent des êtres humains, et que les voir se faire torturer par un fou furieux n'est pas plaisant.
Enfin, le film bénéficie d'un beau final élégiaque au son de Free bird (cette deuxième vision m'aura permis de mieux prêter attention à l'excellente bande musicale).

--------

La fille sur la balançoire de Richard Fleischer.

Sur la jaquette du dvd, le film est qualifié de "fait divers en Technicolor" et c'est bien ça : l'apparat du cinéma hollywoodien en costumes appliqué à un récit aux fondements scabreux.
Tiré de l'affaire Thaw/White (dont s'inspira Claude Chabrol pour La fille coupée en deux).
Peut-être pas un grand Fleischer mais un bon.

--------

La secte de Michele Soavi.

Après le très inégal Sanctuaire, Soavi passe la vitesse supérieure (ce qui le mènera ensuite au très beau Dellamorte Dellamore).
Considérant comme références du film de secte satanique/païenne les classiques Rosemary's baby et The wicker man, il n'en égale pas la maîtrise mais ne démérite pas, signant une œuvre singulière aux nombreuses scènes marquantes.
La façon dont il arrive à amalgamer des références diverses (de Lewis Carroll à Clive Barker) en un ensemble original et cohérent est remarquable.
Le film connaît un petit coup de mou en son centre, en grande partie par l'addition d'un personnage superflu (le soupirant), mais sinon la spirale infernale est implacable et les audaces nombreuses (vous ne regarderez plus un oiseau marabout de la même façon...)

PS : Une belle analyse du film, qui en dévoile beaucoup mais qui par ses nombreuses photos donne une idée de sa richesse visuelle.
Signature de Jim "Je déteste les discussions, elles vous font parfois changer d'avis."
dernière édition : 07/12/2018 à 21h05   Consulter le profil de Jim  Envoyer un message privé à Jim  
BouquetdeNerfs

Inscrit le :
15/09/2007
1716 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 07/12/2018 à 23h33  
Leto de Kirill Serebrennikov, à ne louper sous aucun prétexte en salle obscure. Les idées sourdent de tous les côtés, et la musique est d'enfer. En un mot, G-E-N-I-A-L
   Consulter le profil de BouquetdeNerfs  Envoyer un message privé à BouquetdeNerfs  
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
6833 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 08/12/2018 à 13h51  

Citation :

Considérant comme références du film de secte satanique/païenne les classiques Rosemary's baby et The wicker man

Deux films qui jouent aussi sur le huis-clos (l'appartement new-yorkais et l'île écossaise), et sur l'isolement du personnage principal (Rosemary et l'enquêteur), et à chaque fois un final inoubliable.


Citation :

Enfin, le film bénéficie d'un beau final élégiaque au son de Free bird (cette deuxième vision m'aura permis de mieux prêter attention à l'excellente bande musicale)

Zombie n'est pas musicien pour rien.
C'est ce que j'aime dans ce film : l'absence de bien et de mal, détruits par les pulsions irrépressibles des personnages, et quels personnages, à commencer par Captain Spaulding ou la superbe Sherimoon Zombie.
Ainsi que l'esthétique de la fusillade finale, digne du meilleur Peckinpah, étouffée par le solo de Free bird (et quel solo, bongu nous dirait Lacroute).

Je suis curieux de voir la suite que nous tourne actuellement Rob Zombie.
Signature de Olivier "Un monde nouveau va naître, un monde dans lequel il n'aura pas sa place. Il est trop clairvoyant pour lutter contre lui ; mais il ne feindra pas de l'aimer." George Orwell
   Consulter le profil de Olivier  Envoyer un message privé à Olivier  Visiter le site de Olivier  
LeGaidol

Inscrit le :
12/05/2005
2840 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 08/12/2018 à 15h01  
Jim en a parlé, quelque part, et j'ai cédé à mon tour à l'attrait pour Knightriders de George A. Romero. Du coup (euphémisme), je m'envoie des claques pour ne pas l'avoir fait plus tôt (quoique, j'ai maintenant envie de le revoir).

Pour résumer, en gros, Knightriders raconte l'histoire d'une troupe de motards saltimbanques dirigée par Billy, leur roi, sillonnant les petites villes de l'Amérique profonde pour y présenter un spectacle d'inspiration médiévale, avec joutes à motos.
Transposition de l'univers chevaleresque du légendaire arthurien dans l'Amérique du début des années 1980, Knightriders laisse affleurer une profonde nostalgie, celle d'une communauté d'inspiration hippie, réfugiée dans un idéal contre-culturel désormais décalé à l'époque du reaganisme triomphant. Féminisme, égalitarisme, liberté sont ainsi confrontés à l'individualisme, l'entertainement et au consumérisme, incarné par un public qui ne voit que l'aspect spectaculaire des représentations de la troupe. Car pour Billy et ses compagnons, l'enjeu dépasse le simple spectacle. Il s'agit de faire vivre une proposition de vie, indépendamment des aléas de l'Histoire, et d'en transmettre les valeurs pour l'avenir. En-cela, Knigthriders est un film profondément optimiste, dont le point culminant intervient au moment de l'ultime joute et de la passation du pouvoir. Le rêve n'est pas mort. Il continue juste sous une autre forme.
dernière édition : 08/12/2018 à 15h01   Consulter le profil de LeGaidol  Envoyer un message privé à LeGaidol  
Jim

Inscrit le :
17/08/2005
4190 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 12/12/2018 à 11h36  
Apparus en janvier, ré-apparus en décembre, les chevaliers motorisés de George Romero auront bouclé le fil ciné 2018... ^^

Content que ce film singulier t'ait plu, LeGaidol.
Signature de Jim "Je déteste les discussions, elles vous font parfois changer d'avis."
dernière édition : 12/12/2018 à 11h41   Consulter le profil de Jim  Envoyer un message privé à Jim  
LeGaidol

Inscrit le :
12/05/2005
2840 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 12/12/2018 à 13h47  
Mince ! Quelle coïncidence ! C'est un signe du destin, forcément. ^^
   Consulter le profil de LeGaidol  Envoyer un message privé à LeGaidol  
Jim

Inscrit le :
17/08/2005
4190 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 12/12/2018 à 16h32  


Cul-de-sac de Roman Polanski.

Un joli théâtre de l’absurde, avec un chouette casting dépareillé (Donald Pleasence dans un de ses meilleurs rôles, la trop tôt disparue Françoise Dorléac et Lionel Stander, robuste gars du Bronx à la voix de rocaille), shooté dans une belle photo en noir et blanc (pour mieux égarer les personnages dans ses nuances de gris) et magnifié par le très cinématographique paysage d’Holy Island.
Signature de Jim "Je déteste les discussions, elles vous font parfois changer d'avis."
   Consulter le profil de Jim  Envoyer un message privé à Jim  
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
6833 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 12/12/2018 à 18h20  
Cul-de-sac de Polanski, qui me rappelle toujours cette chanson d'Yves Simon.

A propos de Knightriders : y avez-vous reconnu Stephen King ?
Signature de Olivier "Un monde nouveau va naître, un monde dans lequel il n'aura pas sa place. Il est trop clairvoyant pour lutter contre lui ; mais il ne feindra pas de l'aimer." George Orwell
dernière édition : 12/12/2018 à 18h21   Consulter le profil de Olivier  Envoyer un message privé à Olivier  Visiter le site de Olivier  
LeGaidol

Inscrit le :
12/05/2005
2840 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 13/12/2018 à 05h38  
Yep! Tout de suite. Son interprétation est savoureuse. Il y avait aussi Patricia Tallman de Babylon 5.
   Consulter le profil de LeGaidol  Envoyer un message privé à LeGaidol  
   Répondre  |   page 38 / 38   |  aller en page :      1  2  3  [ ...... ]  36  37  38  

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire