Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
9 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
  

En 2018, du cinéma en super 8 ?


  Sujet proposé le 04/01/2018 à 18h52 par Fiotox
  Ajouter ce sujet à mes favoris Culture SF
   Répondre   |   page 24 / 38   |   aller en page :      1  2  3  [ ...... ]  23  24  25  [ ...... ]  36  37  38     
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
6829 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 19/06/2018 à 19h59  
Héritage : globalement d’accord avec Jim
Toni Colette est remarquable, le scénario retors à souhait, joue beaucoup sur le doute et l’angoisse, jusqu’au basculement final, quand cessent les doutes.
Sauf que la fin est loupée, son esthétique est... ridicule.
Du coup, elle plombe lourdement le film.
J’ai pensé à The witch : ambiance rurale, huis-clos et doutes, peu d’horreur frontale. Sauf que là, la fin était réussie.

J’ai profité des 50 ans de ce qui est pour moi LE FILM, pour le voir enfin au ciné.
Et là, la claque.
Magistrale.
Inoubliable.
L’image, la musique, les plans des planètes, de la Lune, tout.
Alors que je connais ce film par coeur, que j’avais vu pour la première fois gamin, et qui depuis n’a cessé de me fasciner, malgré son ésotérisme, j’ai eu l’impression de le revoir pour la première fois.
Bref, n’hésitez pas à aller revoir 2001 s’il repasse par chez vous.
Signature de Olivier "Un monde nouveau va naître, un monde dans lequel il n'aura pas sa place. Il est trop clairvoyant pour lutter contre lui ; mais il ne feindra pas de l'aimer." George Orwell
   Consulter le profil de Olivier  Envoyer un message privé à Olivier  Visiter le site de Olivier  
Jim

Inscrit le :
17/08/2005
4185 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 20/06/2018 à 10h59  


Hedy Lamarr : from Extase to Wifi (Bombshell : the Hedy Lamarr story)
d'Alexandra Dean.

Révélée au monde dans les années 30 pour avoir été la première actrice à apparaître nue et dans une scène de sexe dans un film non-pornographique, elle est devenue un des visages les plus célébrés d’Hollywood, une icône du glamour.
Une image loin de la satisfaire : « N'importe quelle fille peut avoir l'air glamour », disait-
-elle, « tout ce que vous avez à faire est de rester immobile et de prendre un air idiot. »

Passionnée de technologie et d’inventions, elle souffrait d’être réduite à son joli minois et aspirais à être reconnue pour sa créativité et son ingéniosité.
Après avoir échoué à élaborer du coca-cola en comprimé effervescent, elle parviendra (avec l’aide du musicien George Antheil) à déposer un brevet pour un système de cryptage radio (qu’elle destinait au guidage des torpilles alliés) s’appuyant sur un procédé d’importance (puisqu’on le retrouve jusqu’à aujourd’hui dans les procédés Wifi, Buetooth, GPS...) : le saut de fréquence.

Une première étape pour dépasser son statut de star du celluloïd ? Ni les studios hollywoodiens ni son pays d’adoption ne lui permettront...

Essentiellement louangeur mais ne faisant pas l’impasse sur les zones d’ombre de son personnage, ce documentaire à la mise en scène somme toute classique dresse le portrait d’une femme complexe, au désir de liberté entravé par le carcan d’une société limitée.
Signature de Jim "Je déteste les discussions, elles vous font parfois changer d'avis."
dernière édition : 20/06/2018 à 11h01   Consulter le profil de Jim  Envoyer un message privé à Jim  
Jim

Inscrit le :
17/08/2005
4185 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 21/06/2018 à 12h19  


Le jour du fléau (The day of the locust) de John Schlesinger,
d’après L’incendie de Los Angeles de Nathaniel West.

Hollywood à la fin des années 30, l'âge d’or des grands studios, et une multitude d’êtres plus ou moins paumés attirés comme des papillons par une ampoule. Pétris de névroses, de rêves naïfs ou d’ambitions délirantes : des proies faciles pour un Moloch en habits de lumière.

Ambiance onirique, rythme lancinant, acteurs remarquables (Karen Black et Burgess Meredith en tête), et ce final, bon sang, ce final !

Une belle réussite.

PS : Donald Sutherland interprète un grand benêt nommé... Homer Simpson. ^^
PPS : le roman de West est un des préférés de Ballard.
Signature de Jim "Je déteste les discussions, elles vous font parfois changer d'avis."
dernière édition : 21/06/2018 à 14h13   Consulter le profil de Jim  Envoyer un message privé à Jim  
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
6829 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 23/06/2018 à 17h15  

Citation :

Hollywood à la fin des années 30, l'âge d’or des grands studios, et une multitude d’êtres plus ou moins paumés attirés comme des papillons par une ampoule. Pétris de névroses, de rêves naïfs ou d’ambitions délirantes : des proies faciles pour un Moloch en habits de lumière

Ca me rappelle le roman La belle vie de Matthew Stokoe. Il raconte l’irrésistible ascension à Los Angeles d'un arriviste parti de rien mais prêt à tout.
On y retrouve les ingrédients du polar (flic pourri, prostitution, trafics, magouilles, etc.), mais le roman contenait quelques passages particulièrement crus, et une indifférence clinique, qui avaient agité le landernau du polar.
Pour ma part, j'avais vraiment beaucoup, beaucoup aimé, mais à réserver à un public averti.
Signature de Olivier "Un monde nouveau va naître, un monde dans lequel il n'aura pas sa place. Il est trop clairvoyant pour lutter contre lui ; mais il ne feindra pas de l'aimer." George Orwell
   Consulter le profil de Olivier  Envoyer un message privé à Olivier  Visiter le site de Olivier  
bruss

Inscrit le :
08/05/2007
1696 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 23/06/2018 à 19h43  
Je ne suis pas un salaud .
De Emmanuel Finkiel (2015)
Avec Nicolas Duvauchelle, Mélanie Thierry, Maryne Cayon

Synopsis :
Après avoir traversé une période difficile, Eddie tente de se réinsérer dans la vie active. Le jeune homme, qui a notamment des problèmes de boisson, partage la garde de son fils avec sa compagne, Karine, dont il est séparé. Une nuit, lors d'une soirée passée dans un bar, Eddie se dispute avec un groupe de jeunes gens. La discussion dégénère et Eddie se retrouve au sol, après avoir été frappé de plusieurs coups de tournevis. Alors qu'il passe sa convalescence chez Karine, il accepte de témoigner pour la police. Au cours de l'identification, il affirme reconnaître un jeune homme, Ahmed. Mais celui-ci affirme qu'il n'a absolument rien à voir avec l'affaire...

******************************************************

Eddie passe une période difficile , séparé de sa femme , pas de boulot , tendance à boire...
Un soir après une altercation avec une bande de jeunes en train de voler une voiture , il se fait sauvagement agresser...
Mais les choses vont changer dans sa vie , il se remet avec sa femme et trouve une boulot....
En témoignant à la police , il croit reconnaitre un de ces agresseurs , Ahmed , qui lui nie formellement être dans le coup...
Sa vie qui était redevenue "normale , commence à changer dangereusement...

******************************************************

Un très bon film , même si un peu lent au début qui monte en puissance avec une excellente interprétation de Nicolas Duvauchelle ...
C'est l'histoire d'un homme mal dans sa peau , dans une société dépressive qui va péter les plombs...
Un très bon film noir ....
   Consulter le profil de bruss  Envoyer un message privé à bruss  
Jim

Inscrit le :
17/08/2005
4185 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 25/06/2018 à 11h29  

bruss :

Je ne suis pas un salaud de Emmanuel Finkiel (2015)
Un très bon film , même si un peu lent au début qui monte en puissance avec une excellente interprétation de Nicolas Duvauchelle ...

Duvauchelle, dans les quelques seconds rôles où je l’ai vu, je ne l’ai jamais trouvé très convaincant ; mais quand j’ai vu la bande-annonce de ce film-ci, à l’époque de sa sortie, je me souviens m’être dit qu’il avait l’air très bon...

Je regarderai ça à l’occasion.

---------------------



Mother ! de Darren Aronofsky.

C’est par curiosité que j’empruntai le dvd de ce film parce que j’avais à son égard des aprioris négatifs. Je m’attendais à y trouver le pire du précédent film d'Aronofsky, Noé :
la parabole biblique lourdingue, l’esthétique douteuse.

Bon, il y a un peu de ça, surtout dans le dernier acte, pour l’aspect religieux ;
mais on y trouve aussi le meilleur : le suspense psychologique, l’horreur apocalyptique.

J’ai surtout aimé la première heure, pour sa tension et son atmosphère fantastique.

Ensuite vient un épisode plus solaire, moins prenant à mes yeux.

Le dernier acte, par contre, pousse tous les curseurs dans le rouge : c’est la fin du monde entre quatre murs...
Le récit se fait alors explicite voire didactique (tare trop courante du cinéma hollywoodien) mais les séquences fortes ne manquent pas.
Signature de Jim "Je déteste les discussions, elles vous font parfois changer d'avis."
dernière édition : 25/06/2018 à 11h45   Consulter le profil de Jim  Envoyer un message privé à Jim  
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
6829 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 25/06/2018 à 12h16  
How to talk to girls at parties d’après Neil Gaiman.
Une reconstitution intéressante et fort réussie du punk, avec un excellent casting.
Le côté sf est sympa au début, mais vire vite au portnawak.
Et je ne suis pas fan de la fin.
Bref, couci-couça.
Signature de Olivier "Un monde nouveau va naître, un monde dans lequel il n'aura pas sa place. Il est trop clairvoyant pour lutter contre lui ; mais il ne feindra pas de l'aimer." George Orwell
   Consulter le profil de Olivier  Envoyer un message privé à Olivier  Visiter le site de Olivier  
Jim

Inscrit le :
17/08/2005
4185 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 27/06/2018 à 09h34  
La robe de sang (I'm dangerous tonight), téléfilm de Tobe Hooper d'après une nouvelle de Cornell Woolrich.
Je m’étais laissé dire que c’était très mauvais alors qu’en fait, sous une apparence impersonnelle, ça reste d’honnête facture. Anecdotique, mais loin d’être honteux.
Signature de Jim "Je déteste les discussions, elles vous font parfois changer d'avis."
dernière édition : 27/06/2018 à 11h05   Consulter le profil de Jim  Envoyer un message privé à Jim  
Jim

Inscrit le :
17/08/2005
4185 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 01/07/2018 à 09h56  
Revu Suspiria de Dario Agento.

J'avais le souvenir d'un film visuellement époustouflant quelque peu parasité par une intrigue faiblarde et une piètre interprète.
Je devais me tromper de film...
Parce que l'intrigue est simple mais solide, dépourvue des errements qui plombent trop de scénarios du réalisateur, et Jessica Harper joue correctement son rôle de Blanche Neige (la comparaison est d'Argento).
Et comme du côté de la mise en scène, c'est toujours aussi formidable, je n'ai plus aucune hésitation à considérer ce classique comme un des plus grands chefs-d'oeuvres du fantastique horrifique.
Signature de Jim "Je déteste les discussions, elles vous font parfois changer d'avis."
   Consulter le profil de Jim  Envoyer un message privé à Jim  
tj

Inscrit le :
20/06/2007
2075 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 01/07/2018 à 16h59  
SIcario 2 . Un honnete thriller , sans l'intensité délirante du premier ....
   Consulter le profil de tj  Envoyer un message privé à tj  
   Répondre  |   page 24 / 38   |  aller en page :      1  2  3  [ ...... ]  23  24  25  [ ...... ]  36  37  38     

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire