Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
12 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
  

En 2018, du cinéma en super 8 ?


  Sujet proposé le 04/01/2018 à 18h52 par Fiotox
  Ajouter ce sujet à mes favoris Culture SF
   Répondre   |   page 23 / 38   |   aller en page :      1  2  3  [ ...... ]  22  23  24  [ ...... ]  36  37  38     
Jim

Inscrit le :
17/08/2005
4190 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 09/06/2018 à 11h53  

Olivier :

la nouvelle de McCammon, dans le Territoires de l'inquiétude consacré aux zombies. Le bonhomme avait opté pour l'humour, et avait fort bien réussi son texte.

C'est la poésie de la nouvelle qui m'avait frappé, plus que l'humour.
Cela dit, l'un n'empêche pas l'autre...

À peine une dizaine de nouvelles de McCammon parues en France (la moitié dans Les territoires...) ; je suis loin d'avoir tout lu mais outre l'excellente Mange-moi, j'ai apprécié Un été à guêpes, plus classique, plus "Kingienne", et en VO, Nightcrawlers, adaptée pour la TV par William Friedkin.
Signature de Jim "Je déteste les discussions, elles vous font parfois changer d'avis."
dernière édition : 09/06/2018 à 11h54   Consulter le profil de Jim  Envoyer un message privé à Jim  
LeGaidol

Inscrit le :
12/05/2005
2839 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 11/06/2018 à 07h32  
Vu L'homme qui tua Don Quichotte.
Le film maudit de Terry Gilliam. Longtemps annoncé, repoussé, annulé, puis relancé jusqu'aux ultimes déboires avec l'un de ses producteurs, on a beaucoup glosé autour de cette œuvre, véritable arlésienne atteinte du syndrome de Stockholm. Bon finalement, c'est pas mal, sans doute pas inoubliable, mais loin de la honte totale. En tout cas, on y retrouve toutes les marottes de Gilliam. Son goût pour les trucages à l'ancienne, un art de l'illusion n'étant pas sans évoquer celui des magiciens. Un scénario et une mise en scène foutraque, joyeusement bordélique. Un humour volontiers absurde, tournant en dérision le microcosme du cinéma et de la pub. On retrouve également cette thématique qui sous-tend toute l’œuvre de ce britannique d'adoption : si tu n'es pas satisfait du monde où tu vis, inventes-en un autre. Sans oublier la folie créatrice, véritable remède aux maux psychologiques. Bref, j'ai bien apprécié ce film qui résume finalement assez bien la carrière de Gilliam. Bien content d'avoir retrouvé aussi Jonathan Pryce, accompagné d'un Adam Driver pas mal du tout.
   Consulter le profil de LeGaidol  Envoyer un message privé à LeGaidol  
Jim

Inscrit le :
17/08/2005
4190 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 12/06/2018 à 15h55  
Du Silverberg adapté au cinéma, c'est pour bientôt :

« Filming will start on June 18 on my story "Needle in a Timestack." John Ridley, who won an Oscar for his screenplay for TWELVE YEARS A SLAVE, is the writer and director. »
Signature de Jim "Je déteste les discussions, elles vous font parfois changer d'avis."
   Consulter le profil de Jim  Envoyer un message privé à Jim  
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
6833 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 13/06/2018 à 11h17  
Le repas des fauves de Christian-Jaque.
Un excellent huis-clos, dialogué au cordeau par Henri Jeanson.
Un très bon choix de personnages, du collabo au résistant, en passant par les attentistes (vision assez réaliste de la France de l'époque, loin du mythe de la France résistante trahie par une poignée d'égarés), et une peinture cruelle de la médiocrité humaine.
Excellentes prestations des acteurs, dont les plus connus sont Francis Blanche et Claude Rich (alors tout jeunot).
Signature de Olivier "Un monde nouveau va naître, un monde dans lequel il n'aura pas sa place. Il est trop clairvoyant pour lutter contre lui ; mais il ne feindra pas de l'aimer." George Orwell
   Consulter le profil de Olivier  Envoyer un message privé à Olivier  Visiter le site de Olivier  
Jim

Inscrit le :
17/08/2005
4190 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 14/06/2018 à 11h20  


Messiah of Evil de Willard Huyck et Gloria Katz.

Coup de cœur pour un film fantastique atypique, entre tradition et modernité.

Quand on lui offre l’occasion de mettre en scène son premier long-métrage à condition qu’il s’agisse d’un film d’horreur, Willard Huyck (qui ne réalisera par la suite que quelques films oubliables pour finir par le four Howard the Duck) saisit la perche sans enthousiasme débordant car le genre ne le passionne guère...
Et pourtant, avec la collaboration de sa femme (co-productrice, co-scénariste et co-réalisatrice – bien que non-créditée pour le dernier poste), il livrera une petite pépite.

Amateur de cinéma européen, il introduira bien des références à la « nouvelle vague »
(un ménage à trois ; un clin d’œil à Pierrot le fou) mais rien d’envahissant et, pour le reste, saura mêler habilement narration classique et visuels en accord avec les formes du moment.

Si l’histoire s’inscrit dans un héritage lovecraftien (récit tiré du journal d’un disparu ; quidams guettant depuis la plage le retour de l’« homme en noir »), les premières images semblent influencées par l’expressionisme italien à la Bava/Argento (noirs profonds, teintes bleutées, rouges vifs) et l’arrivée dans la maison du disparu, aux murs recouverts d’inquiétants trompe-l’œil, accentue encore l’impression d’étrangeté.

La déflagration causée par La nuit des morts-vivants de George Romero étant encore récente, la menace prend des allures clairement zombiesques mais certaines scènes anticipent déjà le futur Zombie et une séquence (dans un cinéma) est mémorable.


--------------------


J’irai voir ce soir en salle ce que vaut le buzz horrifique du moment, Hérédité.
Je dois dire que la dernière bande-annonce m’a laissé dubitatif (j’aime bien Toni Colette mais ici elle a l’air d’en faire des tonnes, Gabriel Byrne fait tapisserie et je trouve pas mal de clichés dont l’absence est, dit-on, un des points forts du film).
Mais comme les bandes-annonces montent souvent les effets les plus faciles, on n’est jamais à l’abri d’une bonne surprise...
Signature de Jim "Je déteste les discussions, elles vous font parfois changer d'avis."
dernière édition : 14/06/2018 à 11h27   Consulter le profil de Jim  Envoyer un message privé à Jim  
tj

Inscrit le :
20/06/2007
2077 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 14/06/2018 à 16h14  
Quelqu'un a été voir A quiet Place ? Ou dois je attendre la sortie en stream ... Intrigué par ce film , qui ne revendique par ailleurs pas son adaptation du bouquin The Silence de Tim Lebbon, ou alors c 'est un gros plagiat.
   Consulter le profil de tj  Envoyer un message privé à tj  
morca

Inscrit le :
27/04/2004
5295 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 14/06/2018 à 16h41  
Ah, tiens étonnant..
Je suppose que tu as vu, mais au cas où : a priori, sur le site de Lebbon, celui-ci a l'air au courant, et on ne dirait pas que ça le chiffonne - il dit que les deux sont quand même différents. Les deux, oui : un autre film d'après le livre serait en post-production :
Signature de morca C'est pas vrai, je ne suis pas misanthrope. La preuve, j'ai des amis humains.
   Consulter le profil de morca  Envoyer un message privé à morca  Visiter le site de morca  
tj

Inscrit le :
20/06/2007
2077 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 14/06/2018 à 19h16  
ouaip , j'ai vu , mais franchement je trouve ca louche , vu l avalanche de films qui sortent , 2 sur le même theme a quelque mois d intervalle , ca va etre chaud pour le deuxieme ( qui est a priori l adaptation de son bouquin , et qui , squf erreur , ne beneficiera pas d une tete d 'affiche comme Emily Blunt pour le tirer ). Si je devais donner un pronostic , je dirais : cagade assurée pour le deuxieme.
   Consulter le profil de tj  Envoyer un message privé à tj  
Jim

Inscrit le :
17/08/2005
4190 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 15/06/2018 à 18h42  
Hérédité de Ari Aster.

Je comprends l'engouement du moment autour de ce film, qui est de belle facture (réalisation soignée, photo veloutée, ambiance sonore oppressante), bénéficie d'un bon groupe d'acteurs et qui en travaillant le thème du deuil et de la violence des relations familiales, propose des choses fortes.
Pour autant, je ne parlerais pas de chef-d'œuvre.

Il y a de menues facilités scénaristiques, mais elles passent plutôt bien parce que le rythme en crescendo est prenant...
Je regrette que le rôle des miniatures n'aille pas au-delà de la métaphore, mais leur présence donne de l'originalité au décor et permet quelques superbes visuels...
En fait, c'est surtout sur le final que je tique : je trouve que tous les effets les plus grossiers du film y sont rassemblés. Quant à l'ambigüité des derniers instants, elle me paraît trop calculée.
Par conséquent, mon ultime impression est une mauvaise impression...

C'est dommage mais insuffisant pour que je ne reconnaisse pas que le film porte une belle intensité, et que si le suspense est ponctué de scènes horrifiques très frontales,
le réalisateur n'oublie que la plus grande horreur est encore celle qui se lit sur le visages des personnages.
Signature de Jim "Je déteste les discussions, elles vous font parfois changer d'avis."
dernière édition : 15/06/2018 à 18h44   Consulter le profil de Jim  Envoyer un message privé à Jim  
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
6833 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 16/06/2018 à 12h13  
Secret d'Etat de Michael Cuesta
Le film revient sur les magouilles de Reagan, quand il faisait vendre du crack dans les ghettos noirs pour financer les Contra au Nicaragua. Le film se base sur la vie et l'enquête du journaliste qui a révélé cette ténébreuse affaire, et finira suicidé de deux balles dans la tête.
Un film assez conventionnel (de commande ?), avec superbe scène sur fond de Know your rights de The clash.

Baron noir : la saison 2. Aussi palpitante que la première, avec un Kad Merad splendide, en apparatchik magouilleur impénitent, et un François Morel surprenant mais réussi, dans la peau de Mélenchon. Une vision peu ragoutante mais franchement réaliste de la politique.
Signature de Olivier "Un monde nouveau va naître, un monde dans lequel il n'aura pas sa place. Il est trop clairvoyant pour lutter contre lui ; mais il ne feindra pas de l'aimer." George Orwell
   Consulter le profil de Olivier  Envoyer un message privé à Olivier  Visiter le site de Olivier  
   Répondre  |   page 23 / 38   |  aller en page :      1  2  3  [ ...... ]  22  23  24  [ ...... ]  36  37  38     

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire