Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
14 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
  

En 2022, que le cinéma ne soit pas cafardeux


  Sujet proposé le 06/01/2022 à 16h26 par Olivier
  Ajouter ce sujet à mes favoris Culture SF
   Répondre   |   page 36 / 59   |   aller en page :      1  2  3  [ ...... ]  35  36  37  [ ...... ]  57  58  59     
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
9252 messages
RE : En 2022, que le cinéma ne soit pas cafardeux 05/03/2023 à 14h23  
Everything everywhere all at once : un film délirant sur le thème des univers parallèles.
C’est diablement intelligent, scénario aux petits oignons pour ne jamais se prend-elle les pieds dans le tapis.
Ajoutons-y un casting merveilleux, des effets spéciaux formidables, et surtout un humour qui fait mouche.
Bref, un très grand film.
Signature de Olivier "Un monde nouveau va naître, un monde dans lequel il n'aura pas sa place. Il est trop clairvoyant pour lutter contre lui ; mais il ne feindra pas de l'aimer." George Orwell
   Consulter le profil de Olivier  Envoyer un message privé à Olivier  Visiter le site de Olivier  
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
9252 messages
RE : En 2022, que le cinéma ne soit pas cafardeux 13/03/2023 à 07h59  
Excellente nouvelle : la SF déjantée d’Everything, everywhere, all at once triomphe aux Oscars.
Signature de Olivier "Un monde nouveau va naître, un monde dans lequel il n'aura pas sa place. Il est trop clairvoyant pour lutter contre lui ; mais il ne feindra pas de l'aimer." George Orwell
   Consulter le profil de Olivier  Envoyer un message privé à Olivier  Visiter le site de Olivier  
bruss

Inscrit le :
08/05/2007
2901 messages
RE : En 2022, que le cinéma ne soit pas cafardeux 13/03/2023 à 21h45  
Everything Everywhere All at Once ; il en faut pour tous les gouts , mais au bout d'une heure ,cela ma saoulé grave ...je sais pas si je continuerais demain ?? :/
   Consulter le profil de bruss  Envoyer un message privé à bruss  
tj

Inscrit le :
20/06/2007
2998 messages
RE : En 2022, que le cinéma ne soit pas cafardeux 13/03/2023 à 23h19  
J'ai eu beaucoup de peine aussi , lache au bout de 20 mn .. peut petre pas le bon moment , je retenterais ...
   Consulter le profil de tj  Envoyer un message privé à tj  
Jim

Inscrit le :
17/08/2005
5701 messages
RE : En 2022, que le cinéma ne soit pas cafardeux 14/03/2023 à 10h46  
Ce film donne vraiment l'impression d'être à quitte ou double pour les spectateurs...
(Je ne l'ai pas encore vu.)

L'Oscar pour Jamie Lee Curtis, je ne l'avais pas vu venir (elle non plus, à en juger par sa réaction à l'annonce de son nom... ^^) : content pour elle.
Signature de Jim "Je déteste les discussions, elles vous font parfois changer d'avis."
dernière édition : 14/03/2023 à 10h47   Consulter le profil de Jim  Envoyer un message privé à Jim  
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
9252 messages
RE : En 2022, que le cinéma ne soit pas cafardeux 14/03/2023 à 11h51  

Citation :

Ce film donne vraiment l'impression d'être à quitte ou double pour les spectateurs...

Effectivement, j'ai eu du mal à rentrer dedans.
Mais une fois qu'on y est, et que le scénario se déploie, c'est époustouflant. Un modèle de maitrise en matière de complexité.
Signature de Olivier "Un monde nouveau va naître, un monde dans lequel il n'aura pas sa place. Il est trop clairvoyant pour lutter contre lui ; mais il ne feindra pas de l'aimer." George Orwell
   Consulter le profil de Olivier  Envoyer un message privé à Olivier  Visiter le site de Olivier  
Jim

Inscrit le :
17/08/2005
5701 messages
RE : En 2022, que le cinéma ne soit pas cafardeux 16/03/2023 à 11h23  
Sea fever de Neasa Hardiman.

Une bonne petite surprise.
Faute de bénéficier d'un gros budget pour ses effets spéciaux, cette série B, inscrite dans la lignée d'Alien et The Thing (cette fois-ci sur un chalutier), les utilisent avec parcimonie et se concentre sur les relations humaines.
De plus, elle permet quelques observations sur le travail en mer (condition des employés immigrés ; contournement des règles maritimes).
Ce n'est certes pas un chef-d'œuvre mais c'est plaisant.


----------


Last night in Soho d'Edgar Wright.

Une relativement bonne surprise.
Je reconnaissais à Edgar Wright un talent pour la réalisation, dynamique et lisible, mais j'espérais le voir l'employer à des récits plus adultes.
C'est le cas ici avec une histoire qui aborde la face sombre du "Swinging London" : l'exploitation sexuelle de jeunes femmes en rêve de gloire.
La narration entremêlant deux temporalités et deux personnages est assez originale.
Malheureusement, au deux tiers du film, quand débarquent les fantômes, les séquences deviennent plus banales, répétitives, et l'héroïne est trop souvent réduite à hurler d'effroi.

Néanmoins, l'ensemble m'incite à garder un œil sur le projet suivant du réalisateur.
Ce sera de la SF : un remake de Running Man (il faudra s'attendre à une flopée d'articles oubliant de mentionner l'inspiration sheckleyenne du roman de Stephen King...)
Signature de Jim "Je déteste les discussions, elles vous font parfois changer d'avis."
dernière édition : 16/03/2023 à 11h45   Consulter le profil de Jim  Envoyer un message privé à Jim  
bruss

Inscrit le :
08/05/2007
2901 messages
RE : En 2022, que le cinéma ne soit pas cafardeux 17/03/2023 à 13h58  
Significant Other - (Une obsession venue d'ailleurs )

Synopsis :
Un jeune couple, Ruth et Harry, partent en randonnée dans le nord-ouest des Etats-Unis mais les choses prennent une sombre tournure quand ils réalisent qu’ils ne sont peut-être pas seuls.

Mon avis : histoire d'une randonnée en forêt ou se cache un méchant extra terrestre .. 40 mn ou presque sans rien , puis pas grand chose ..un film de série B aux moyens limités , on peu éviter ..
   Consulter le profil de bruss  Envoyer un message privé à bruss  
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
9252 messages
RE : En 2022, que le cinéma ne soit pas cafardeux 18/03/2023 à 11h26  
Trauma de Dan Curtis
Certainement l'un des chefs-d'oeuvre les plus méconnus de l'horreur, catégorie horreur psychologique.
L'un des nombreux bijoux de la fabuleuse décennie 70's, avec des effets de lumière qui rappellent le meilleur Argento.

Le résumé de Wikipedia est très bien fait, pour ce film d'horreur psychologique.

Le réalisateur joue systématiquement sur le doute, face à très très peu d'évènements étranges, et s'en remet au jeu bluffant des acteurs, notamment la terrible scène de la piscine ou l'agonie de la tante.
Le plan final avec les nouvelles photos est un pur chef-d’œuvre digne du meilleur Matheson.

Si vous aimez Shirley Jackson, La malédiction ou Polanski, n'hésitez pas.
Le roman dont le film est tiré, a été publié chez NéO et repris chez Pocket terreur : autant de gages de qualité.

La 4e de couverture :
" « RESIDENCE D'ETE EXCEPTIONNELLE. Tranquille, isolée. Parfaite pour une grande famille. Piscine, plage privée, embarcadère. A louer pour la saison. Prix très abordable. »
Telle est la petite annonce à laquelle les Rolfe vont donner suite, Car c'est exactement ce qu'il leur faut pour leurs vacances. Marian en aura la certitude dès que, avec Ben son mari, et leur jeune fils David, elle se sera engagée sur le chemin en lacet au bout duquel se dresse l'imposante demeure.
En fait, la maison est très délabrée, ses vieux meubles sont poussiéreux, les mauvaises herbes ont envahi la terrasse... et puis, fait troublant, pendant la visite le petit David fait une chute inexplicable et se blesse... Mais les propriétaires demandent un prix dérisoire et ne posent qu'une condition : apporter trois fois par jour à manger à leur vieille mère — leur vénérée chérie — qui ne sort jamais de sa chambre.
Ben, le mari, est méfiant, presque effrayé. Marian se charge de le convaincre : comment devinerait-elle qu'elle va ainsi déclencher le mécanisme de l'horreur ?
De la séduction à la possession, de la menace à la terreur, le récit s'élève, dans un crescendo foudroyant, jusqu'à la limite de l'angoisse. Ce roman du mal — du maléfice — prend place, par l'art avec lequel il est mené, parmi les chefs-d'œuvre de l'épouvante."
Signature de Olivier "Un monde nouveau va naître, un monde dans lequel il n'aura pas sa place. Il est trop clairvoyant pour lutter contre lui ; mais il ne feindra pas de l'aimer." George Orwell
dernière édition : 18/03/2023 à 12h09   Consulter le profil de Olivier  Envoyer un message privé à Olivier  Visiter le site de Olivier  
Jim

Inscrit le :
17/08/2005
5701 messages
RE : En 2022, que le cinéma ne soit pas cafardeux 20/03/2023 à 09h42  

Olivier :

Trauma de Dan Curtis
Certainement l'un des chefs-d'oeuvre les plus méconnus de l'horreur, catégorie horreur psychologique.

+1

Une qualité d'ambiance maintenue tout du long et des climax, comme les scènes que tu cites, particulièrement malaisants.


Olivier :

Le roman dont le film est tiré, a été publié chez NéO et repris chez Pocket terreur (...)

Il se dit que c'est également un chef-d'œuvre.

J'aime assez l'illustration de sa première édition France :

Signature de Jim "Je déteste les discussions, elles vous font parfois changer d'avis."
   Consulter le profil de Jim  Envoyer un message privé à Jim  
   Répondre  |   page 36 / 59   |  aller en page :      1  2  3  [ ...... ]  35  36  37  [ ...... ]  57  58  59     

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire