Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
9 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
  

En 2022, que le cinéma ne soit pas cafardeux


  Sujet proposé le 06/01/2022 à 16h26 par Olivier
  Ajouter ce sujet à mes favoris Culture SF
   Répondre   |   page 31 / 59   |   aller en page :      1  2  3  [ ...... ]  30  31  32  [ ...... ]  57  58  59     
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
9252 messages
RE : En 2022, que le cinéma ne soit pas cafardeux 06/12/2022 à 10h19  
J'en suis à la moitié de Peaky blinders, saison6.
Signature de Olivier "Un monde nouveau va naître, un monde dans lequel il n'aura pas sa place. Il est trop clairvoyant pour lutter contre lui ; mais il ne feindra pas de l'aimer." George Orwell
   Consulter le profil de Olivier  Envoyer un message privé à Olivier  Visiter le site de Olivier  
Jim

Inscrit le :
17/08/2005
5701 messages
RE : En 2022, que le cinéma ne soit pas cafardeux 06/12/2022 à 11h38  

Olivier :

Maléfique d'Eric Valette (...) mélange assez improbable entre Lovecraft (on y évoque Yog-Sothoth, on y évoque le fameux Ph'nglui...) [et] Jean Genet (prison, travestissement avec un Clovis Cornillac exceptionnel).

J'y trouve des similitudes avec Cube : le huis-clos avec des personnages dépareillés, le final... À ceci près que je n'aime pas Cube alors que Maléfique, j'aime bien ! ^^

Le personnage joué par Clovis Cornillac est (d)étonnant
(ce serait moins le cas aujourd'hui mais c'était il y a dix ans...)


-----------


Noroï – la malédiction de Kôji Shiraishi.

C'est un film du genre found footage. Un genre que je goûte peu, d'ordinaire, mais je faisais une exception pour ce titre en raison de sa flatteuse réputation et parce que j'apprécie généralement le cinéma fantastique japonais.
Bien m'en a pris : j'ai trouvé ça très bon.

D'une longueur inhabituelle pour une œuvre de ce type (près de 2 h), le film met à profit cette durée pour prendre le temps de développer sa mythologie, nourrir son atmosphère d'angoisse et distiller ses moments de frayeurs, tout du long (contrairement à des homologues d'outre-Pacifique qui misent trop souvent sur un feu d'artifice final).
Formellement, les prises de vues sont suffisamment variées pour ne pas ennuyer.

Clairement dans le haut du panier du genre
(me reste à voir l'australien Lake Mungo qui jouit d'une réputation similaire).
Signature de Jim "Je déteste les discussions, elles vous font parfois changer d'avis."
dernière édition : 06/12/2022 à 11h40   Consulter le profil de Jim  Envoyer un message privé à Jim  
Jim

Inscrit le :
17/08/2005
5701 messages
RE : En 2022, que le cinéma ne soit pas cafardeux 08/12/2022 à 09h49  


Gun Crazy de Joseph H. Lewis,
scénarisé sous pseudonyme par le blacklisté Dalton Trumbo.

Quand un amoureux des armes non violent et une Calamity Jane de fête foraine s'éprennent l'un de l'autre, leur histoire risque une fin à la Bonnie and Clyde.

Un très bon film noir, aux personnages ambivalents et attachants.
Signature de Jim "Je déteste les discussions, elles vous font parfois changer d'avis."
dernière édition : 08/12/2022 à 09h59   Consulter le profil de Jim  Envoyer un message privé à Jim  
bruss

Inscrit le :
08/05/2007
2901 messages
RE : En 2022, que le cinéma ne soit pas cafardeux 12/12/2022 à 16h42  
Billy The Kid - bonne série , on attend la saison 2 -
   Consulter le profil de bruss  Envoyer un message privé à bruss  
Jim

Inscrit le :
17/08/2005
5701 messages
RE : En 2022, que le cinéma ne soit pas cafardeux 15/12/2022 à 14h29  


L'invasion vient de Mars de Tobe Hooper.

Il s'agit un pastiche de films d'invasion extra-terrestre des années 50.
Et le pastiche, dans le cinéma de genre, ce n'est généralement pas ma tasse de thé ;
il n'empêche : celui-ci m'a beaucoup plu !

L'humour est bien présent – par le grotesque des créatures, le jeu outré de Louise Fletcher, des répliques telles que "Nous vous inquiétez-pas : nous, les Marines, n'avons aucun scrupule à tirer sur des Martiens." – mais quand il s'agit de poser une tension, ou de cadrer une séquence d'action, Hopper fait le boulot avec toute la conscience professionnelle d'un bon artisan ; et l'équilibre obtenu est très plaisant.
Signature de Jim "Je déteste les discussions, elles vous font parfois changer d'avis."
   Consulter le profil de Jim  Envoyer un message privé à Jim  
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
9252 messages
RE : En 2022, que le cinéma ne soit pas cafardeux 15/12/2022 à 17h43  

Citation :

L'invasion vient de Mars de Tobe Hooper.

Il s'agit un pastiche de films d'invasion extra-terrestre des années 50.
Et le pastiche, dans le cinéma de genre, ce n'est généralement pas ma tasse de thé ;
il n'empêche : celui-ci m'a beaucoup plu !

L'humour est bien présent – par le grotesque des créatures, le jeu outré de Louise Fletcher, des répliques telles que "Nous vous inquiétez-pas : nous, les Marines, n'avons aucun scrupule à tirer sur des Martiens." – mais quand il s'agit de poser une tension, ou de cadrer une séquence d'action, Hopper fait le boulot avec toute la conscience professionnelle d'un bon artisan ; et l'équilibre obtenu est très plaisant.

J'avais beaucoup aimé cet hommage de Hooper au cinéma de son enfance, qu'il pastiche avec intelligence et respect, sans tomber dans le comique lourdingue ou outrancier.
Cela me rappelle Funhouse devenu Massacre dans le train fantôme, avec l'extrait de La fiancée de Frankenstein et son ouverture sur un hommage giallesque à Psychose : quelle scène magnifique !
Signature de Olivier "Un monde nouveau va naître, un monde dans lequel il n'aura pas sa place. Il est trop clairvoyant pour lutter contre lui ; mais il ne feindra pas de l'aimer." George Orwell
dernière édition : 15/12/2022 à 17h45   Consulter le profil de Olivier  Envoyer un message privé à Olivier  Visiter le site de Olivier  
Jim

Inscrit le :
17/08/2005
5701 messages
RE : En 2022, que le cinéma ne soit pas cafardeux 16/12/2022 à 16h55  
Re-visionnage de séries B d'horreur, suite.



The descent de Neil Marshall.

Une anomalie dans la filmographie, par ailleurs bien décevante et bourrine, de son réalisateur.

Est-ce vraiment lui qui a écrit et filmé ces scènes d'exposition qui présentent personnages (quasi-exclusivement des femmes) et enjeux, avec une telle justesse, une telle économie de moyens ?

Oh, il y a bien, par la suite, de menues scories (dans le dernier acte, une ou deux poses des héroïnes, en mode badass, ne devraient pas y être) mais sinon j'aime toujours autant son crescendo horrifique qui fonctionne à chaque étape : suspense claustrophobique, déchaînement barbare, belle fin amère (dans la version européenne, les diffuseurs américains ayant insisté pour un happy-end).

----------



Freddy sort de la nuit de Wes Craven.

Commençons par ce qui fâche : l'effet spécial (numérique) final est particulièrement hideux.
Avant ça, je peux facilement passer sur des inscrustations ou maquettes un peu trop visibles ; mais cette ultime image de Freddy, il m'est plus difficle de la pardonner...

J'y arrive, néanmoins, tant ce qui précède m'apparut d'un très bon niveau (alors que le film m'avait déçu la première fois...)

C'est Craven qui aurait dû scénariser les opus de sa saga Scream (les meilleurs scènes du deuxième, d'ailleurs, sont de sa main) car la mise en abîme de ce Wes Craven's new nightmare, sa dimension "méta", est remarquablement élaborée, scène par scène, détail après détail.

S'y épanouissent deux acteurs, bridés dans d'autres productions, et qui peuvent ici explorer toute une gamme d'émotions : Heather Langenkamp (la mère, héroïne du premier Freddy, grandement sous-exploitée dans le troisième) et Miko Hughes (l'enfant, connu pour être revenu d'outre-tombe – et de méchante humeur – dans Simetierre).
Signature de Jim "Je déteste les discussions, elles vous font parfois changer d'avis."
dernière édition : 16/12/2022 à 17h15   Consulter le profil de Jim  Envoyer un message privé à Jim  
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
9252 messages
RE : En 2022, que le cinéma ne soit pas cafardeux 17/12/2022 à 10h26  

Citation :

Freddy sort de la nuit de Wes Craven.

J'avais beaucoup aimé son coté La nuit américaine, avec une mise en abyme sur le tournage d'un film d'horreur, où les protagonistes ont du mal à réaliser ce qu'il se passe vraiment. Une sorte d'horreur priestienne, en quelque sorte. Pour le reste, le film accuse son âge et marque la transition vers le numérique et les fonds verts, qui devaient nous offrir de belles atrocités.
J'aime bien la suite de la carrière de Craven, qui décide résolument de tourner le dos à ce cinéma, qui connaitra son aboutissement avec Marvel, pour finir sur des films indépendants, comme le magistral My soul to take.
Sa fin de carrière est l'une des plus honorables dans le cinéma d'horreur.
Signature de Olivier "Un monde nouveau va naître, un monde dans lequel il n'aura pas sa place. Il est trop clairvoyant pour lutter contre lui ; mais il ne feindra pas de l'aimer." George Orwell
   Consulter le profil de Olivier  Envoyer un message privé à Olivier  Visiter le site de Olivier  
soleilvert

Inscrit le :
28/02/2005
1243 messages
RE : En 2022, que le cinéma ne soit pas cafardeux 17/12/2022 à 14h47  
Tout simplement la soirée Tim Burton sur M6 hier : Dumbo et Edward aux mains d'argent.
Signature de soleilvert blog : La sortie est au fond du web
   Consulter le profil de soleilvert  Envoyer un message privé à soleilvert  Visiter le site de soleilvert  
bruss

Inscrit le :
08/05/2007
2901 messages
RE : En 2022, que le cinéma ne soit pas cafardeux 18/12/2022 à 10h08  
The English - 1 saison 6 épisodes . Encore du bon western , je deviens fan ...
   Consulter le profil de bruss  Envoyer un message privé à bruss  
   Répondre  |   page 31 / 59   |  aller en page :      1  2  3  [ ...... ]  30  31  32  [ ...... ]  57  58  59     

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire