Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
12 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
  

En 2019, sur les écrans, c'est la teuf


  Sujet proposé le 07/01/2019 à 13h48 par Jim
  Ajouter ce sujet à mes favoris Culture SF
   Répondre   |   page 37 / 40   |   aller en page :      1  2  3  [ ...... ]  36  37  38  39  40     
Butch

Inscrit le :
29/09/2012
459 messages
RE : En 2019, sur les écrans, c'est la teuf 11/10/2019 à 16h01  
ça n'a rien à voir avec l'imaginaire, mais je viens de me revoir A tombeau Ouvert.
Malgré un intérêt modéré pour Martin Scorcese et Nicolas Cage, j'aime beaucoup ce film.
Signature de Butch Quand les vents sont porteurs, même les dindons volent.
   Consulter le profil de Butch  Envoyer un message privé à Butch  
Jim

Inscrit le :
17/08/2005
4459 messages
RE : En 2019, sur les écrans, c'est la teuf 14/10/2019 à 16h07  

Butch :

A tombeau Ouvert (...) Malgré un intérêt modéré pour Martin Scorcese et Nicolas Cage, j'aime beaucoup ce film.

Je le reverrai volontiers, celui-là.
Souvenir d’une sorte de mariage heureux entre le cinéma de Scorcese et celui d’Oliver Stone, avec une belle galerie de seconds rôles.

----------

Deux jurassiqueries :

_ Jurassic Park : The Lost World de Steven Spielberg :
J’ai voulu le revoir pour les effets spéciaux et sur ce point je ne le regrette pas :
les T-Rex, en particulier, sont de toute beauté...!
Je craignais par contre le scénario, dont je gardais un souvenir déplorable, et je l’ai retrouvé comme je l’avais laissé, en plus de redécouvrir les dialogues, affligeants...
Du coup, je quittai le film quand les personnages quittaient l’île. :-(

_ Jurassic World : Fallen Kingdom de Juan Antonio Bayona :
Le film commence là où la plupart des blockbusters s’achèveraient : dans un grand feu d’artifice (la fuite d’une île volcanique en train d’exploser, avec plein de dinosaures dessus...) Difficile, malgré tout, de se passionner pour le sort des personnages, tant leurs actes et leurs comportements font clichés.
La dernière partie, dans le manoir, rehausse le niveau en tendant vers une imagerie gothique, moins attendue, mais ça ne va pas bien haut.

Et une gothamanie :

_ Joker de Todd Phillips :
Un scénario linéaire, sans surprise, assez grossier dans son propos politique (la révolte des défavorisés contre les plus riches), plus intéressant quand il aborde la question de la maladie mentale et sa (non-)prise en charge.
Une ambiance qui tend vers le New-York dur des 70s (et les films de Scorcese et Friedkin). Sans y atteindre vraiment, du fait de la photographie d’aujourd’hui, trop propre ; mais ça fait quand même plaisir...
Une mise en scène globalement en-dedans, trop banale (hormis deux-trois plans).
Quant à l’interprétation de Joaquin Phoenix, je vois qu’elle divise la critique, entre
« acteur-de-génie » et « acteur-qui-en-fait-des-caisses-pour-décrocher-un-Oscar »...
Pour ma part, je l’ai trouvé remarquable (comme dans la plupart de ses films, depuis quelques années).
Signature de Jim "Je déteste les discussions, elles vous font parfois changer d'avis."
dernière édition : 14/10/2019 à 16h11   Consulter le profil de Jim  Envoyer un message privé à Jim  
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
7099 messages
RE : En 2019, sur les écrans, c'est la teuf 15/10/2019 à 12h02  

Citation :

_ Joker de Todd Phillips :
Un scénario linéaire, sans surprise, assez grossier dans son propos politique (la révolte des défavorisés contre les plus riches), plus intéressant quand il aborde la question de la maladie mentale et sa (non-)prise en charge.
Une ambiance qui tend vers le New-York dur des 70s (et les films de Scorcese et Friedkin). Sans y atteindre vraiment, du fait de la photographie d’aujourd’hui, trop propre ; mais ça fait quand même plaisir...
Une mise en scène globalement en-dedans, trop banale (hormis deux-trois plans).
Quant à l’interprétation de Joaquin Phoenix, je vois qu’elle divise la critique, entre
« acteur-de-génie » et « acteur-qui-en-fait-des-caisses-pour-décrocher-un-Oscar »...
Pour ma part, je l’ai trouvé remarquable (comme dans la plupart de ses films, depuis quelques années).

J'ai vraiment beaucoup aimé ce film.
Tout d'abord son ambiance qui, comme tu l'as dit, rappelle fortement Taxi driver, qui est pour moi un film culte.
J'ajoute également un de mes autres films cultes, Série noire.
Nous y trouvons la même ambiance de déréliction urbaine et individuelle, d'un individu qui bascule dans la folie meurtrière, face à un monde abject qui est le nôtre.
Joaquin Phoenix est à cet égard magistral, et marche sans complexe dans les pas de De Niro et Dewaere. De Niro qui, dans ce film, me rappelle un peu La valse des pantins (un comique minable cherchant à percer qui sombre dans la violence).

J'ai aussi beaucoup aimé la dimension dickienne ou priestienne du film SPOILER où nous entrons dans les délires du Joker sans nous en rendre compte, notamment son histoire d'amour avec sa voisine. Je me suis fait totalement balader, alors que j'avais bien vu que sa présence dans le public de De Niro était un délire bovaryste. Et l'attitude plus que trouble de sa mère, dont on ne soupçonne pas la mythomanie ou les mauvais traitements qu'elle a fait subir à son fils. Chapeau bas.

J'ai également beaucoup aimé l'esthétique du film : immeubles délabrés, télés et magnétoscope datant du début des années 80, ou cette cage entourant les boites aux lettres, les couloirs sans fin de l'hôpital, et cette avancée sanglante vers la lumière. Et bien sûr, le lieux magnifiques où l'on trouve Wayne : son manoir, le cinéma, etc. Transition toute trouvée vers le point suivant : l'aspect politique.

Concernant le fonds politique, il retrace aussi ce qu'était l'Amérique à l'époque de Reagan : vae victis. Il renvoie également aux graves problèmes sociaux que traverse l'Amérique actuelle (inégalités, appauvrissement des classes moyennes, crise sanitaire des opiacées), qui rappelle un peu l'Amérique des 70's, et la noirceur de son cinéma à l'époque (une période qui va d'Easy rider à Maniac ou Henry, avec sa rust belt sinistrée, une Amérique profonde bien réac, etc.). Bref, un magnifique désenchantement.

Enfin, nous avons la parfaite antithèse du film de super-héros, et ça, ça fait vraiment plaisir.
Tout d'abord, la noirceur, bien sûr. Personne ne sauve le monde, et tout s'effondre dans le chaos (ce qui est très actuel).
Ensuite, le refus des effets spéciaux, du spectaculaire, des grands combats avec des destructions à tout va, des super-pouvoirs, etc. La dimension finalement très intimiste du film est magnifique, et Phoenix est remarquable.
Et puis les personnages. Sombre, complexe, délirant et nihiliste, on retrouve le véritable Joker.
Et le jeu tout en retenue de Phoenix le place aux antipodes d'un Nicholson ou d'un Ledger, me parait le plus fidèle au Joker tel que je l'imagine, dans toute sa noirceur et sa froideur de psychopathe.
Signature de Olivier "Un monde nouveau va naître, un monde dans lequel il n'aura pas sa place. Il est trop clairvoyant pour lutter contre lui ; mais il ne feindra pas de l'aimer." George Orwell
   Consulter le profil de Olivier  Envoyer un message privé à Olivier  Visiter le site de Olivier  
Jim

Inscrit le :
17/08/2005
4459 messages
RE : En 2019, sur les écrans, c'est la teuf 15/10/2019 à 16h48  

Olivier :

J'ai vraiment beaucoup aimé ce film.

Et tu en parles bien.

Si je ne suis pas aussi enthousiaste que toi, c’est tout de même le positif qui domine : j’ai passé une bonne séance, apprécié cette proposition cinématographique inhabituelle partant d’un personnage de comics, aimé le feeling 70s et la performance d’acteur haut de gamme.


Olivier :

De Niro qui, dans ce film, me rappelle un peu La valse des pantins

Un beau renversement de rôle, d’un film à l’autre.
Comme John Hurt a pu le faire en passant de 1984 à V pour Vendetta.


Olivier :

cette avancée sanglante vers la lumière

Très belle séquence.
J’aurais aimé en voir plus de cet acabit.
Signature de Jim "Je déteste les discussions, elles vous font parfois changer d'avis."
   Consulter le profil de Jim  Envoyer un message privé à Jim  
tj

Inscrit le :
20/06/2007
2209 messages
RE : En 2019, sur les écrans, c'est la teuf 15/10/2019 à 18h09  
Je suis decu , pas de revues de Rambo 8?
   Consulter le profil de tj  Envoyer un message privé à tj  
bruss

Inscrit le :
08/05/2007
1885 messages
RE : En 2019, sur les écrans, c'est la teuf 16/10/2019 à 08h26  
La fracture : un assez bon thriller qui nous fait tourner en bourrique , un bon suspens ..

Dans les hautes herbes : tiré d'une nouvelle de Stephen King , même si le film n'est pas nul comme je l'ai lu , il est tellement tordu que l'on n'y comprend rien ... :p
   Consulter le profil de bruss  Envoyer un message privé à bruss  
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
7099 messages
RE : En 2019, sur les écrans, c'est la teuf 16/10/2019 à 13h34  
Les meilleures adaptations de King, pour moi, sont signées Darabont et Singer.
Signature de Olivier "Un monde nouveau va naître, un monde dans lequel il n'aura pas sa place. Il est trop clairvoyant pour lutter contre lui ; mais il ne feindra pas de l'aimer." George Orwell
   Consulter le profil de Olivier  Envoyer un message privé à Olivier  Visiter le site de Olivier  
tj

Inscrit le :
20/06/2007
2209 messages
RE : En 2019, sur les écrans, c'est la teuf 16/10/2019 à 15h49  
enfin vu Ad Astra , beaucoup aime , enfin .. jusqu'aux dix dernieres minutes .

C'est quoi le coup du ventilateur sur Neptune , et apres la bombinette a traverser le systeme solaire ??? mais qu 'est ce qui a pris James Gray alors que le film tenait une bonne apparence d'extrapolation scientifique serieuse jusque la ?
   Consulter le profil de tj  Envoyer un message privé à tj  
Butch

Inscrit le :
29/09/2012
459 messages
RE : En 2019, sur les écrans, c'est la teuf 17/10/2019 à 14h22  

Olivier :

Les meilleures adaptations de King, pour moi, sont signées Darabont et Singer.

Carpenter et Cronenberg n'ont pas démérité dans ce registre.
Signature de Butch Quand les vents sont porteurs, même les dindons volent.
   Consulter le profil de Butch  Envoyer un message privé à Butch  
BC

Inscrit le :
05/01/2011
565 messages
RE : En 2019, sur les écrans, c'est la teuf 21/10/2019 à 14h25  

Citation :

Joker de Todd Phillips :
Un scénario linéaire, sans surprise, assez grossier dans son propos politique (la révolte des défavorisés contre les plus riches) (...) Une mise en scène globalement en-dedans, trop banale (hormis deux-trois plans).
Quant à l’interprétation de Joaquin Phoenix, je vois qu’elle divise la critique, entre
« acteur-de-génie » et « acteur-qui-en-fait-des-caisses-pour-décrocher-un-Oscar »...
Pour ma part, je l’ai trouvé remarquable (comme dans la plupart de ses films, depuis quelques années).

J'ai détesté ce film. Comme fan de Batman de la première heure (ou presque) je n'ai reconnu ni le Joker ni le meurtre des parents de Bruce, ni ces parents eux-mêmes, des vieux dans le film. Mais ce n'est pas ça qui me l'a fait détester. OK, si on y tient, pour louer l'interprétation de Joaquin Phoenix. Mais tout le reste, mise en scène comprise, est d'une platitude confondante. Le scénario est d'une bêtise noire. Et le message politique est très grossier, effectivement... J'étais dans une salle énorme peuplée essentiellement de moins de trente ans mangeurs de pop-corn, et il y a eu des applaudissements à la fin. Attristant.
   Consulter le profil de BC  Envoyer un message privé à BC  
   Répondre  |   page 37 / 40   |  aller en page :      1  2  3  [ ...... ]  36  37  38  39  40     

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire