Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
37 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
  

En 2018, du cinéma en super 8 ?


  Sujet proposé le 04/01/2018 à 18h52 par Fiotox
  Ajouter ce sujet à mes favoris Culture SF
   Répondre   |   page 21 / 38   |   aller en page :      1  2  3  [ ...... ]  20  21  22  [ ...... ]  36  37  38     
Butch

Inscrit le :
29/09/2012
395 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 30/05/2018 à 19h05  

Citation :

Je trouve la plupart de ses remarques sensées.

itou.

D'une manière générale, j'ai retenu de Kubrick que: Les sentiers de la gloire, Spartacus et Dr Folamour.
2001 a un coté moins-tu-comprends-plus-c'est-beau, qui l'a laissé de glace; et concernant Shinning, Carpenter avec Christine ou Cronenberg avec Dead Zone ont été sans doute moins vertuoses mais beaucoup plus professionnels et honnêtes par rapport au matériaux original.
Signature de Butch Quand les vents sont porteurs, même les dindons volent.
   Consulter le profil de Butch  Envoyer un message privé à Butch  
bruss

Inscrit le :
08/05/2007
1696 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 30/05/2018 à 20h56  
Le repas des fauves
De Christian-Jaque (1964)
Avec France Anglade, Francis Blanche, Boy Gobert
Dans la France occupée, quelques amis sont réunis autour d'une table pour célébrer un anniversaire. A deux pas de là, un attentat a lieu tuant deux officiers nazis. Le capitaine SS Kaubach exige alors l'exécution d'une vingtaine d'otages si les coupables ne sont pas trouvés...

Bon film avec plusieurs acteurs connus qui nous montre des situations cocasses et des personnages capables du pire pour sauver leur peau ( Francis Blanche) ; le tout tourné sans vraiment le côté dramatique de la situation ..
   Consulter le profil de bruss  Envoyer un message privé à bruss  
morca

Inscrit le :
27/04/2004
5295 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 31/05/2018 à 00h22  

Citation :

Ce serait quoi, principalement ?

Ah merde, il faudrait que je le revoie, car c'est bien lointain. Possiblement j'ai pas compris (et pas cherché ^^) à comprendre le film... Dans mon souvenir, y'a un côté pas terminé, ou pas terminé sérieusement. Je veux dire, bon, en 2 heures, un type dans un hôtel isolé finit par pêter un plomb, bon ça marche... Il y a eu un meurtre avant, on boucle tout ça, y'a du brouillard temporel, admettons. Mais y'a aussi le shining. J'ai un mauvais souvenir à ce propos, mais c'est resté une impression, disons une impression de truc pas développé, ou mal développé, qui limite n'a rien à faire là. Mais il doit aussi y avoir des petits trucs dérangeants. Je me souviens avoir sauté au plafond quand on a essayé de me faire avaler le truc de la malédiction parce que l'Hôtel était construit sur un cimetière indien. Mais qu'est-ce qu'il y a besoin de rajouter une connerie pareille, qui en plus n'a plus - je crois - d'incidence dans le reste de l'histoire, si ce n'est pour rajouter un truc typique fantastique pour faire genre... (je crois que c'est même pas dans le livre). Et à la fin, y'a la photo des années 20 ou Nicholson est déjà dedans... et je me demande si je dois prendre ça au sérieux ou si c'est juste un mindfuck...
Mais ouais, faudrait que je le revoie (et que je réfléchisse)... beau film quand même, ceci étant dit...

Première saison de Psycho-Pass... Vite dit : une société idéale (ou pas du tout), dont la sécurité est assurée par le system Sybil, qui détecte le niveau d'agressivité d'un individu (le psycho-pass) qui doit rester dans les normes. Sinon, l'individu dit criminel dormant est poursuivi, arrêté voire tué illico-presto par la Sécurité Publique, qui emploie pour ce faire des exécuteurs, qui ne sont bien sûr que des... criminels dormants réintégrés pour les besoins de la cause. On suit une section de la Sécurité Publique qui va se heurter à un problème qui va tenir 22 épisodes quand même. Scénario fort sympathique (qui m'a rappelé certains éléments vogtien (le colosse anarchique et le système Kirlian, ou les armes de la police qui ne peuvent tirer que sur une cible certifiée, qui rappelle un peu Les armureries d'Isher, bien sûr). L'auteur est un intello, dirait-on, qui aime intégrer d'ici de là dans les dialogues des références à des philosophes, écrivains et penseurs divers. Le tout offre un anime-SF plutôt mature. Une héroïne avec des yeux globuleux, hélas, qui tranche avec les autres personnages...

Là, on voit bien, avec un psycho-pass à 24, elle est ultra-zen, on peut pas lui tirer dessus ^^...
Signature de morca C'est pas vrai, je ne suis pas misanthrope. La preuve, j'ai des amis humains.
dernière édition : 31/05/2018 à 00h34   Consulter le profil de morca  Envoyer un message privé à morca  Visiter le site de morca  
Jim

Inscrit le :
17/08/2005
4190 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 31/05/2018 à 11h09  

bruss :

Le repas des fauves

Intrigant. J’essaierai de mettre la main dessus.




---------------


morca :

(...) bon, en 2 heures, un type dans un hôtel isolé finit par pêter un plomb, bon ça marche... Il y a eu un meurtre avant, on boucle tout ça, y'a du brouillard temporel, admettons. Mais y'a aussi le shining. (...) une impression de truc pas développé, ou mal développé, qui limite n'a rien à faire là.

Ce n’est jamais que la chose qui donne son titre au film...^^
Dommage, ce sous-développement.
J’aurais aimé voir plus Scatman Crothers, qui a un beau personnage.


morca :

(...) le truc de la malédiction parce que l'Hôtel était construit sur un cimetière indien. Mais qu'est-ce qu'il y a besoin de rajouter une connerie pareille, qui en plus n'a plus - je crois - d'incidence dans le reste de l'histoire

+1


morca :

Et à la fin, y'a la photo des années 20 ou Nicholson est déjà dedans... et je me demande si je dois prendre ça au sérieux ou si c'est juste un mindfuck...

J’ai eu la même réflexion devant une toupie qui ne s’arrête pas (s’arrête ?)


morca :

beau film quand même, ceci étant dit...

Magnifique,
ce qui compense ses faiblesses, dans une certaine mesure.


morca :

(...) Psycho-Pass... (...) une société idéale (ou pas du tout), dont la sécurité est assurée par le system Sybil, qui détecte le niveau d'agressivité d'un individu (le psycho-pass) qui doit rester dans les normes.

J’étais tombé sur un épisode un soir : ça m’avait bien plu (alors que les animes ne sont pas ma tasse de thé – en partie à cause des yeux globuleux...^^)
Signature de Jim "Je déteste les discussions, elles vous font parfois changer d'avis."
dernière édition : 31/05/2018 à 11h12   Consulter le profil de Jim  Envoyer un message privé à Jim  
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
6833 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 31/05/2018 à 14h09  
Je crois que mes adaptations préférées de King restent celles de Darabont (mention spéciale pour The mist, pour la fin, et pour la director's cut en noir et blanc) et Bryan Singer (Un élève doué).
Signature de Olivier "Un monde nouveau va naître, un monde dans lequel il n'aura pas sa place. Il est trop clairvoyant pour lutter contre lui ; mais il ne feindra pas de l'aimer." George Orwell
   Consulter le profil de Olivier  Envoyer un message privé à Olivier  Visiter le site de Olivier  
morca

Inscrit le :
27/04/2004
5295 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 31/05/2018 à 17h06  

Citation :

Ce n’est jamais que la chose qui donne son titre au film...^^

Ouais, ce coup-ci, ça doit être dans le livre aussi ^^ On m'a dit par contre que le livre était carrément mieux sur ce point...

Citation :

J’ai eu la même réflexion devant une toupie qui ne s’arrête pas (s’arrête ?)

Chardin toi-même !!!


Citation :

mes adaptations préférées de King

Je n'en ai pas vu des masses... ça pourrait être drôle de les voir toutes, tiens... mais je crains qu'il y ait beaucoup à jeter là-dedans, et king ne m'a jamais inspiré... mmmm...
Signature de morca C'est pas vrai, je ne suis pas misanthrope. La preuve, j'ai des amis humains.
   Consulter le profil de morca  Envoyer un message privé à morca  Visiter le site de morca  
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
6833 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 31/05/2018 à 18h10  

Citation :

Je n'en ai pas vu des masses... ça pourrait être drôle de les voir toutes, tiens... mais je crains qu'il y ait beaucoup à jeter là-dedans, et king ne m'a jamais inspiré... mmmm...


S'il ne fallait en retenir qu'un seul : The mist. De la sf pure, avec du Dead can dance dans la BOF et une fin inoubliable, que même Stephen King il a adoré.
Et il avait donné ou vendu 1 dollar je crois, le droit d'adapter Un élève doué, parce qu'il apprécie Singer (et qu'il a raison).
Signature de Olivier "Un monde nouveau va naître, un monde dans lequel il n'aura pas sa place. Il est trop clairvoyant pour lutter contre lui ; mais il ne feindra pas de l'aimer." George Orwell
dernière édition : 31/05/2018 à 18h11   Consulter le profil de Olivier  Envoyer un message privé à Olivier  Visiter le site de Olivier  
tj

Inscrit le :
20/06/2007
2077 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 31/05/2018 à 20h29  
+ 1 pour la fin de Mist , encore plus vicieuse que ce que King aurait pu imaginer . par contre pas de souvenir de la BO , va falloir que je le revoie ...
   Consulter le profil de tj  Envoyer un message privé à tj  
morca

Inscrit le :
27/04/2004
5295 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 01/06/2018 à 09h15  

Citation :

the mist

ok, je note.
...
Ah, c'est le type qui a fait la Ligne Verte... bien aimé, celui-là...
Ah, c'est le type qui a fait Les Evadés... pas aimé celui-là... lool... Oh, il fait partie des 100 meilleurs films de l'American Film Institute... je dois avoir des gouts de chiottes ^^
Signature de morca C'est pas vrai, je ne suis pas misanthrope. La preuve, j'ai des amis humains.
   Consulter le profil de morca  Envoyer un message privé à morca  Visiter le site de morca  
Jim

Inscrit le :
17/08/2005
4190 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 03/06/2018 à 12h03  

Olivier :

Je crois que mes adaptations préférées de King restent celles de Darabont (mention spéciale pour The mist, pour la fin, et pour la director's cut en noir et blanc) et Bryan Singer (Un élève doué).

Un élève doué est rarement cité quand on parle des adaptations de King.
Je l’apprécie aussi ; le jeu de manipulation, à double sens, entre l’ado pervers et le vieil S.S. procure de beaux moments de tension.

Concernant The mist, je ne peux qu’acquiescer sur sa formidable fin ; mais je suis moins emballé par ce qui précède : je trouve répétitive l’alternance de scènes d’attaques de bestioles (dont aucune ne m’a semblé mémorable) et de montée de tension entre les assiègés (même si Marcia Gay Harden compose un personnage terrifiant de bigoterie haineuse).

Darabont a adapté King dès son premier court-métrage professionnel : The woman in the room.
C’est tiré de la nouvelle qui clot le recueil Danse macabre (sous le titre Chambre 312) ; c’est une poignante histoire de fin de vie et, à mon avis, ça vaut le détour.
Signature de Jim "Je déteste les discussions, elles vous font parfois changer d'avis."
dernière édition : 03/06/2018 à 12h04   Consulter le profil de Jim  Envoyer un message privé à Jim  
   Répondre  |   page 21 / 38   |  aller en page :      1  2  3  [ ...... ]  20  21  22  [ ...... ]  36  37  38     

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire