Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
26 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
LeGaidol

Inscrit le :
12/05/2005
25 critiques
2707 messages
Consulter le profil de LeGaidol
Envoyer un message privé à LeGaidol

Tehanu

Ursula Le Guin


Tehanu
Traduction : Isabelle Delord-Philippe
Illustration : Wojtek Siudmak
Titre original : Tehanu, The last book of Earthsea
Première parution : 1990

 Pour la présente édition :

Editeur : Presses Pocket
ISBN : 2-266-05115-6

La critique du livre
Lire l'avis des internautes (4 réponses)

À la mort de son mari Silex, Tenar revient chez Ogion qu’elle a jadis abandonné pour choisir la vie de femme et de mère. Elle a adopté une petite fille qui a été violentée et à demi brûlée. Le vieux mage est malade et il ne tarde pas à mourir. Un jour, au bord de la falaise auprès de laquelle sa maison est bâtie, un dragon dépose Ged de retour de son voyage dans la contrée des ténèbres.



Le livre de trop ?
Seize années après la parution du troisième livre de Terremer, Ursula

Le Guin

est revenu à son univers. Portant le sous-titre de dernier livre de Terremer, le récit s’ouvre pendant un temps de changement.
Le premier changement évident est le retrait de Ged et c’est sans doute cela et une action étroitement centrée sur l’île de Gont qui concourt à l’impression d’essoufflement du récit. Ged n’est plus que l’ombre de lui-même après son voyage au-delà des rivages de la vie. Comme un verre d’eau, il a déversé son pouvoir sur la terre desséché de la contrée des morts afin de réparer la brèche ouverte par le mage Cygne. Le héros est fatigué et sa geste est achevée. Il n’aspire plus qu’à retrouver dans son île natale la tranquillité et l’apaisement d’une existence retirée.

Le second changement est celui instauré par la restauration de la monarchie à Havnor*. Celle-ci a été amorcée à la fin de « L’ultime rivage » avec le couronnement d’Arren sous son vrai nom de Lebannen. Le principe du retour du roi, restaurateur de l’harmonie universelle, est un thème classique depuis Tolkien, voire bien avant, avec la matière de Bretagne et les mythes celtiques dans lesquels elle prend racine.
Cependant l’intérêt principal n’est pas là. Il réside dans cette préoccupation humaniste inspirée toujours du Taoïsme. L’humain transparaît nettement à nouveau dans le propos de l’auteur qui déplace son point de vue dans un domaine négligé par son regard jusque-là : l’interaction entre l’homme et la femme.

Aussi faible et méchant qu’un sortilège de femme.
« Tehanu » est un livre de femmes. En effet ce sont les personnages féminins qui sont poussés sur l’avant-scène : Tenar devenue épouse de fermier et non magicienne,Tehanu petite fille brisée et défigurée par la violence masculine et Mousse la vieille sorcière de Ré Albi persuadée qu’il n’y a plus rien à attendre des hommes.
L’élément féminin jusque-là a été simplement effleuré. D’ailleurs il est présenté sous un aspect faussement défavorable, je reviendrai là-dessus. Les puissances ténébreuses sont féminines et dans les terres kargades sont servis uniquement par des religieuses. De même dans « Le sorcier de Terremer », la tante de Ged est présentée comme une femme ignorante qui utilise fréquemment ses dons à des fins douteuses et déraisonnables.
En réalité cette représentation du sexe dit faible est trompeuse. L’harmonie, Taoïsme oblige, repose sur la connaissance des différences entre les sexes et la reconnaissance de leur complémentarité. Les femmes ne peuvent pas connaître la nature féminine si elles ne vivent qu’entres-elles. De même les hommes ne peuvent pas connaître leur nature s’ils ne vivent qu’entre eux. C’est un équilibre fragile qu’il faut entretenir et non une égalité qu’il faut imposer. Certes, la femme n’a pas la meilleure part : trop souvent la liberté de l’un signifie la servitude de l’autre. Aussi l’homme a t-il davantage de chemin à parcourir pour rétablir l’équilibre.
Finalement ce n’est pas la femme ou l’homme qui sont à blâmer dans cette histoire mais l’ignorance mutuelle dans laquelle ils vivent.



Notes :
*c’est une constante de l’humanité pour Ursula

Le Guin

. L’Homme se distingue des autres espèces par sa capacité à se différencier socialement et culturellement. Néanmoins, par nostalgie de l’unité originelle perdue, il organise des systèmes d’échanges entre les divers groupes. Le cycle science fictif de Hain fonctionne sur un principe identique. Nier ce processus, c’est refuser un caractère essentiel de l’humain. C’est rejeter également toute possibilité d’évolution. Il semble, par contre, que bien des auteurs de fantasy l’ait oublié en rejouant ad nauseam le même scénario manichéen.




Avec "La Main gauche de la nuit" et "Les Dépossédés", qui reçurent tous deux les prix Hugo et Nébula, Ursula Le Guin devint l'un des plus fameux auteurs de science-fiction américains. Elle avait construit en cinq romans, à travers le cycle de Hain, l'une des plus remarquables Histoires du futur.
Mais elle décida d'explorer un autre univers. Celui de Terremer compte trois livres : "Le Sorcier de Terremer", "Les Tombeaux d'Atuan" et "L'Ultime Rivage". Voici le quatrième : "Tehanu", qui signifie "flèche" dans la langue d'Atuan et qui est aussi le nom d'une étoile.

Tenar est devenue femme. Elle a conservé de ses aventures précédentes de redoutables pouvoirs : celui de guérir les corps et les âmes et celui de parler aux dragons.

Tehanu, comme les autres livres du cycle de Terremer, relève de la "fantasy". Mais ici la magie s'enseigne et se pratique comme une science et, de même que les humains, les dragons ont aussi des sentiments. Et l'écriture est un enchantement.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (4 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
La main gauche de la nuit   

La main gauche de la nuit

    

Ursula Le Guin



Cette critique est signée Lisbei
15 réponses y ont été apportées. Dernier message le 18/08/2017 à 09h59 par Olivier

Le sorcier de Terremer   

Le sorcier de Terremer

    

Ursula Le Guin



Cette critique est signée LeGaidol
8 réponses y ont été apportées. Dernier message le 08/02/2010 à 14h39 par machin

Les tombeaux d'Atuan   

Les tombeaux d'Atuan

    

Ursula Le Guin



Cette critique est signée LeGaidol
Aucune réponse pour le moment...

L'ultime rivage   

L'ultime rivage

    

Ursula Le Guin



Cette critique est signée LeGaidol
11 réponses y ont été apportées. Dernier message le 21/04/2008 à 21h11 par Leo

Contes de Terremer   

Contes de Terremer

    

Ursula Le Guin



Cette critique est signée LeGaidol
10 réponses y ont été apportées. Dernier message le 01/01/2006 à 19h28 par McFungos

Les dépossédés   

Les dépossédés

    

Ursula Le Guin



Cette critique est signée solaris
17 réponses y ont été apportées. Dernier message le 14/10/2008 à 21h40 par vda

Planète d'exil   

Planète d'exil

    

Ursula Le Guin



Cette critique est signée vda
4 réponses y ont été apportées. Dernier message le 23/05/2008 à 18h21 par LeGaidol

L'autre côté du rêve   

L'autre côté du rêve

    

Ursula Le Guin



Cette critique est signée vda
7 réponses y ont été apportées. Dernier message le 09/02/2009 à 14h33 par Franz

Lavinia   

Lavinia

    

Ursula Le Guin



Cette critique est signée BouquetdeNerfs
2 réponses y ont été apportées. Dernier message le 24/03/2017 à 09h50 par BouquetdeNerfs

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014