Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
66 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
vda

Inscrit le :
16/02/2006
34 critiques
1484 messages
Consulter le profil de vda
Envoyer un message privé à vda

L'autre côté du rêve

Ursula Le Guin


L'autre côté du rêve
Traduction : Henry-Luc Planchat
Illustration : Wojtek Siudmak
Titre original : The Lathe of Heaven
Première parution : 4ème trimestre 1971

 Pour la présente édition :

Editeur : Pocket
Date de parution : mars 1984
ISBN : 9782266013888

La critique du livre
Lire l'avis des internautes (7 réponses)

Ursula

Le Guin

débute son roman de façon banale, dans un univers à peine anticipé. Son rêveur, George Orr, à la capacité par certains rêves de transformer le monde en profondeur, de changer le tableau dans le cabinet de son psychiatre, de modifier la couleur de la peau des hommes, de mettre fin à des guerres intestines et rémanentes, de … Il possède ce pouvoir depuis toujours et s’en est toujours défié. Aussi cherche-t-il à ne pas rêver. Dans ce but, il a tenté l’auto-hypnose, puis l’abrutissement par les médicaments. Cette sur médication illégale l’a amené à un traitement volontaire, et dans le cabinet du Docteur William Haber, qui l’a fait rêver.
Par ces rêves sous commandement de l'hypnose, le monde a été changé, selon les directives de Haber, un homme bon. Et de simple praticien, le Docteur Haber est désormais un savant reconnu et réputé, respecté, dont George est le seul patient. Progressivement, Orr s’est senti utilisé. Il s’en est ouvert à une juriste, Heather Lelache qui a assisté à une séance, mais la chose est-elle crédible, surtout lorsqu’on voit disparaître les tours de Portland et que le souvenir d’une terrible catastrophe s’inscrit parmi d’autres souvenirs.


Les œuvres d’Ursula

Le Guin

ayant pour cadre la Terre me paraissent singulièrement plus sombres que celles se déroulant sur les planètes de l’Ekumen. Une illusion, car le dépaysement, qui joue pour les mondes de l'Ekumen, n’est pas là qui distrairait de son propos sombre, désespéré, et où cependant se glisse une certaine sérénité, comme celle qui sert de pivot au personnage principal de L’autre côté du rêve.
La traduction française n’a pas me semble-t-il la qualité de celle de romans comme Planète d’exil ou Les Dépossédés. Toutefois, le roman a l’intelligence de commencer dans un quotidien, une trame science-fictive classique et de progressivement susciter un malaise allant crescendo dans le rythme et l’angoisse. Intimiste, délicat, il est une leçon de vie non dénué d’un humour grinçant et douloureux.

« Il y avait tant de mémoire différentes maintenant, tant de vies différentes qui se bousculaient dans sa tête, qu’il essayait à peine de se rappeler quelque chose. Il prenait les évènements comme ils se présentaient. Il vivait presque comme un jeune enfant, uniquement dans le présent. Rien ne le surprenait, et tout l’étonnait. »

Nommé pour les prix Hugo et Nebula, c'est finalement le Locus qui a couronné les qualités de ce court roman en 1972, adapté par deux fois pour la télévision
Il a fait l'objet d'une réédition en 2002 sous l'égide du Livre de Poche et une couverture signée JP..

Edition : Les coïncidences de lectures sont troublantes, et si j'avais lu Penser avec la science-fiction de Fredric Jameson avant d'écrire cette chronique, elle aurait certainement été plus intelligente. Jameson développe rapidement un commentaire sur L'autre côté du rêve, qui se conclut par "..., cette œuvre fascinante traite peut-être plus profondément des dangers que présentent l'imagination de l'Utopie et, plus spécifiquement, l'écriture même du texte utopique." (p.25)




Une fois au lit, on fait l'amour. L'amour ne se contente pas de demeurer là, comme une pierre, il faut le faire, comme le pain ; le refaire tout le temps, le renouveler. Et quand c'est fait, on reste allongés dans les bras l'un de l'autre, on retient son amour, on s'endort. Et on rêve. Tout le problème, c'est que George Orr, au réveil, s'aperçoit que ses rêves ont le pouvoir de changer le monde ; et chaque monde nouveau implique un nouveau passé (y compris le nôtre, à l'occasion). Pourquoi ? Parce que tout rêve, même les pierres ; et que nos vies sont des rencontres de rêveurs et des échanges de rêves. De cauchemars aussi, quelquefois. Le monde alors devient affreux, se peuple de guerres atomiques et d'invasions extra-terrestres. Il faut maîtriser le fantastique pouvoir de George Orr.
Et le meilleur moyen, sans doute, serait qu'il apprenne à se maîtriser lui-même.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (7 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
La main gauche de la nuit   

La main gauche de la nuit

    

Ursula Le Guin



Cette critique est signée Lisbei
15 réponses y ont été apportées. Dernier message le 18/08/2017 à 09h59 par Olivier

Le sorcier de Terremer   

Le sorcier de Terremer

    

Ursula Le Guin



Cette critique est signée LeGaidol
8 réponses y ont été apportées. Dernier message le 08/02/2010 à 14h39 par machin

Les tombeaux d'Atuan   

Les tombeaux d'Atuan

    

Ursula Le Guin



Cette critique est signée LeGaidol
Aucune réponse pour le moment...

L'ultime rivage   

L'ultime rivage

    

Ursula Le Guin



Cette critique est signée LeGaidol
11 réponses y ont été apportées. Dernier message le 21/04/2008 à 21h11 par Leo

Tehanu   

Tehanu

    

Ursula Le Guin



Cette critique est signée LeGaidol
4 réponses y ont été apportées. Dernier message le 11/02/2010 à 19h07 par Lisbei

Contes de Terremer   

Contes de Terremer

    

Ursula Le Guin



Cette critique est signée LeGaidol
10 réponses y ont été apportées. Dernier message le 01/01/2006 à 19h28 par McFungos

Les dépossédés   

Les dépossédés

    

Ursula Le Guin



Cette critique est signée solaris
17 réponses y ont été apportées. Dernier message le 14/10/2008 à 21h40 par vda

Planète d'exil   

Planète d'exil

    

Ursula Le Guin



Cette critique est signée vda
4 réponses y ont été apportées. Dernier message le 23/05/2008 à 18h21 par LeGaidol

Lavinia   

Lavinia

    

Ursula Le Guin



Cette critique est signée BouquetdeNerfs
2 réponses y ont été apportées. Dernier message le 24/03/2017 à 09h50 par BouquetdeNerfs

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014