Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
36 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
LeGaidol

Inscrit le :
12/05/2005
25 critiques
2707 messages
Consulter le profil de LeGaidol
Envoyer un message privé à LeGaidol

Le sorcier de Terremer

Ursula Le Guin


Le sorcier de Terremer
Traduction : Michel Lee Landa, Philippe Hupp
Illustration : Wojtek Siudmak
Titre original : The wizard of Terremer
Première parution : 1968

 Pour la présente édition :

Editeur : Presses Pocket
ISBN : 2-266-02346-2

La critique du livre
Lire l'avis des internautes (8 réponses)

Sur l’île de Gont le jeune Dan se signale à son entourage par sa faculté à retenir le vrai nom des choses et des êtres. Mage-né, il est surnommé Epervier. Mais un grand pouvoir est dangereux pour soi-même et pour autrui sans la connaissance. Attiré par la publicité de ses exploits juvéniles le mage de Ré Albi Ogion le baptise de son vrai nom : Ged. Puis il le prend un temps sous son aile pour l’éduquer. Mais, l’initiation est périlleuse car l’élève est d’une curiosité insatiable. Aussi, après lui avoir donné le choix, Ogion le recommande auprès de l’Archimage de l’école de Roke.
« Je t’envoie celui qui sera le plus grand des magiciens de Gont, si le vent lui est favorable. »
Favorable, en effet, si Ged apprend à se connaître.

Apprendre à se connaître.
Des trois premiers livres du cycle de Terremer, celui-ci est l’entrée en matière. Le lecteur y découvre Terremer par le biais d’un héros, Ged dit l’Epervier, grand magicien, maître des dragons et explorateur infatigable, dont le narrateur nous présente les aventures comme une geste édifiante passée. D’emblée l’intérêt ne réside donc pas uniquement dans l’aventure, que l’on peut résumer très rapidement tant elle est simple, mais dans les enseignements et les réflexions qu’elle suscite. Le récit de cette construction individuelle, un flash-back nous projetant pendant la jeunesse de Ged, met le lecteur non dans une position passive mais active. Il l’invite à la réflexion puisqu’il le place sur le même plan que les supposés habitants de Terremer, Ursula

Le Guin

endossant le rôle de conteuse. Ce dispositif qui n’est pas nouveau, fonctionne ici à merveille. Il ne revêt pas ce caractère factice, dont on peut se lamenter par ailleurs dans d’autres lectures, car on y apprend vraiment autant que les personnages du roman à se construire ou à se reconstruire. Voilà pour le côté intellectuel. Mais fort heureusement « Le sorcier de Terremer » est aussi un texte dense qui se lit agréablement d’une traite et dont le charme repose autant sur l’aspect sensible qu’intellectuel.

Magie éthique.
A Terremer la réalité s’incarne dans les mots du Langage de la Création. Les chants et les poèmes précisent que l’archipel est issu des paroles de Segoy qui a tiré de l’eau les îles et créé tous les êtres en les nommant dans le Langage de la Création. Donc dire c’est faire mais faire c’est aussi dire car détenir le vrai nom d’un être ou d’un objet, c’est disposer d’un immense pouvoir sur lui, celui d’agir sur le monde, de le transformer voire de le défaire et de lier les individus, si l’on possède quelque capacité magique.
Magie. Ce terme évoque l’irrationnel et l’illusion et suscite boutons et nausées chez les rationalistes forcenés de la science-fiction. Pourtant, à Terremer la magie respecte une logique quasi-scientifique. En fait cette logique regarde davantage du côté des philosophies et syncrétismes religieux orientaux, notamment le Taoïsme* dont Ursula

Le Guin

est une grande lectrice.
Le don de magie est un talent inné chez certains individus parmi les peuples hardiques qui habitent la majeure partie de l’archipel de Terremer. C’est un talent latent, que l’on peut cultiver mais très rares sont ceux qui le manifestent sans entraînement. Ged est justement une de ces exceptions, un mage-né, dont la prédisposition au don se manifeste très tôt. Il doit apprendre à le maîtriser et à en user à bon escient car si le don de magie prend toute sa puissance dans l’utilisation du Vrai Langage, où le nom de la chose est la chose elle-même, il comporte sa part de bien et de mal. En effet la magie n’est ni bonne ni mauvaise, elle est les deux à la fois. De l’affrontement avec le mal peut naître l’aspiration au mieux. Que le mal disparaisse et le bien s’efface avec lui. « Le jour est la main gauche de la nuit » pourrait-on dire en paraphrasant un autre titre de roman de l’auteur. En conséquence, user de la magie entraîne des dangers car cela implique une rupture de l’équilibre entre le bien et le mal. Cette conception n’est qu’en apparence manichéenne car le bien, une fois de plus, n’exclut pas le mal. « Allumer une chandelle, c’est projeter une ombre ». C’est donc un usage équilibré de la magie qui est préconisé. Un usage en pleine connaissance des règles enseignées à l’école de Roke*.
Ged l’apprendra à ses dépens et c’est après une longue course-poursuite, pendant laquelle il est successivement proie et chasseur, qu’il parviendra à triompher de l’ombre maléfique, qui menace de le dévorer, en la nommant, la faisant basculer de la non-existence à l’existence. Yin Yang. L’équilibre est rétablit.

Notes :
Taoïsme : L’ensemble du cycle de Terremer peut être interprété dans une perspective taoïste. Le Vrai Langage, c’est le Tao qui est l’essence de toute chose, l’origine de toute existence, la source avant même l’acte créateur. En s’incarnant, le Tao engendre des opposés à interaction réciproque : Yin et Yang. Sans entrer davantage dans le détail du taoïsme, force est de constater que l’univers de Terremer est amplement d’inspiration extrême-orientale avec quelques références celtes.
Roke : Petite île située non loin d’Havnor, Roke est le siège de l’école de magie. Fondée par des mages opposés à l’usage dévoyé du don pendant l’âge sombre, en gros la période de désordre suivant la mort du dernier roi d’Havnor, l’école s’est fixée pour but de guider le pouvoir politique en utilisant la magie dans une optique éthique. A la fonction de contrôle s’ajoute la mission de collecte, de classification et de mise en commun du savoir. C’est dans ce cadre que Ged commence et perfectionne l’apprentissage de son art.




L'île de Gont est renommée pour ses magiciens. Le plus grand, dit-on, s'appelait Epervier ; mais son vrai nom, Ged, lui fut donné par le sorcier Ogion quand il célébra son Passage, à l'âge de treize ans. Ne le répétez pas : nul ne doit révéler son vrai nom, surtout s'il est sorcier ; si vos ennemis viennent à l'apprendre, ils peuvent le prononcer, vous obliger à leur apparaître et vous plier à leur volonté. Epervier fut un intrépide voyageur, qui sillonna les flots et les îles de Terremer, cherchant toujours à en savoir davantage. Sans doute fut-il téméraire : les mages savent bien que la nature est en équilibre et qu'il ne faut pas trop y toucher. Dans son enfance, une petite fille lui dit en souriant qu'il était un peu jeune. Cette banale provocation suffit : il ouvrit un livre et lut une formule ; l'Ombre apparut. Depuis, elle le poursuit et cherche à l'attirer au pays des morts, où elle se glissera dans sa peau.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (8 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
La main gauche de la nuit   

La main gauche de la nuit

    

Ursula Le Guin



Cette critique est signée Lisbei
15 réponses y ont été apportées. Dernier message le 18/08/2017 à 09h59 par Olivier

Les tombeaux d'Atuan   

Les tombeaux d'Atuan

    

Ursula Le Guin



Cette critique est signée LeGaidol
Aucune réponse pour le moment...

L'ultime rivage   

L'ultime rivage

    

Ursula Le Guin



Cette critique est signée LeGaidol
11 réponses y ont été apportées. Dernier message le 21/04/2008 à 21h11 par Leo

Tehanu   

Tehanu

    

Ursula Le Guin



Cette critique est signée LeGaidol
4 réponses y ont été apportées. Dernier message le 11/02/2010 à 19h07 par Lisbei

Contes de Terremer   

Contes de Terremer

    

Ursula Le Guin



Cette critique est signée LeGaidol
10 réponses y ont été apportées. Dernier message le 01/01/2006 à 19h28 par McFungos

Les dépossédés   

Les dépossédés

    

Ursula Le Guin



Cette critique est signée solaris
17 réponses y ont été apportées. Dernier message le 14/10/2008 à 21h40 par vda

Planète d'exil   

Planète d'exil

    

Ursula Le Guin



Cette critique est signée vda
4 réponses y ont été apportées. Dernier message le 23/05/2008 à 18h21 par LeGaidol

L'autre côté du rêve   

L'autre côté du rêve

    

Ursula Le Guin



Cette critique est signée vda
7 réponses y ont été apportées. Dernier message le 09/02/2009 à 14h33 par Franz

Lavinia   

Lavinia

    

Ursula Le Guin



Cette critique est signée BouquetdeNerfs
2 réponses y ont été apportées. Dernier message le 24/03/2017 à 09h50 par BouquetdeNerfs

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014