Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
11 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
  

En 2022, que le cinéma ne soit pas cafardeux


  Sujet proposé le 06/01/2022 à 16h26 par Olivier
  Ajouter ce sujet à mes favoris Culture SF
   Répondre   |   page 8 / 59   |   aller en page :      1  2  3  [ ...... ]  7  8  9  [ ...... ]  57  58  59     
Jim

Inscrit le :
17/08/2005
5656 messages
RE : En 2022, que le cinéma ne soit pas cafardeux 26/03/2022 à 11h21  

Olivier :

J'aime beaucoup Haneke, notamment ce film. Il me fait parfois penser à un Matheson splatterpunk, et me rappelle aussi Lisa Tuttle et Anne Duguël.
Je garde aussi un excellent souvenir de Funny games ou du Ruban blanc (assez controversé).

"Un Matheson splatterpunk", l'expression n'est pas banale, mais ça me parle. ^^

J'avoue que j'avais (j'ai encore ?) quelques préjugés sur l'oeuvre d'Haneke, en rapport à un type de cinéma doloriste, tendant vers le moralisme et aux manipulations pas toujours subtiles.
(sur ce dernier point, par exemple, j'aime beaucoup, dans Caché, le doute sur les régimes d'images, ces moments où l'on se demande si ce que l'on voit est "en direct" ou si l'on regarde une vidéo ; le dernier plan, par contre, m'agace.)

Enfin, je reconnais volontiers que c'est un grand cinéaste et je commence à m'intéresser de plus près à ses films.
J'avais trouvé très bien Le ruban blanc (je ne me souviens pas des controverses autour de cette Palme d'or).
Signature de Jim "Je déteste les discussions, elles vous font parfois changer d'avis."
   Consulter le profil de Jim  Envoyer un message privé à Jim  
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
9145 messages
RE : En 2022, que le cinéma ne soit pas cafardeux 26/03/2022 à 12h25  

Citation :

Thème pas facile, mais très beau film. Peux-tu me rappeler la fin stp Olivier? Je ne le souviens pas de ce final priestien.

SPOILER
La femme est à la fois morte et vivante, comme le montre le dernier plan sur Trintignant.


Citation :

J'avais trouvé très bien Le ruban blanc (je ne me souviens pas des controverses autour de cette Palme d'or).

Certains avaient trouvé que ce film était un pensum.
Signature de Olivier "Un monde nouveau va naître, un monde dans lequel il n'aura pas sa place. Il est trop clairvoyant pour lutter contre lui ; mais il ne feindra pas de l'aimer." George Orwell
dernière édition : 26/03/2022 à 12h26   Consulter le profil de Olivier  Envoyer un message privé à Olivier  Visiter le site de Olivier  
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
9145 messages
RE : En 2022, que le cinéma ne soit pas cafardeux 26/03/2022 à 12h29  
Street trash que j'avais vu sur VHS dans ma folle jeunesse.
Je gardais de vagues souvenirs d'effets spéciaux réussis et de scènes bien gores.
Le film a du mal à mélanger de façon réussie ses films narratifs, mais porte un regard assez acerbe sur la clochardisation de l'Amérique sous Reagan dont Neil Young parlera dans Keep on rockin' in a free world.
Au final, c'est un film gore assez bancal, qui lorgne parfois vers une action à la Carpenter.
Signature de Olivier "Un monde nouveau va naître, un monde dans lequel il n'aura pas sa place. Il est trop clairvoyant pour lutter contre lui ; mais il ne feindra pas de l'aimer." George Orwell
   Consulter le profil de Olivier  Envoyer un message privé à Olivier  Visiter le site de Olivier  
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
9145 messages
RE : En 2022, que le cinéma ne soit pas cafardeux 29/03/2022 à 14h57  
Frad Walton, un réal hélas trop oublié, virtuose de l'angoisse qui vous fout les jetons avec une fermeture de porte et la musique adéquate.

Terreur sur la ligne
Une jeune baby-sitter est confrontée à un psychopathe qui la harcèle au téléphone, en lui demandant comment vont les enfants.
Elle apprend que les appels viennent de la maison, et l'angoisse monte à pic.
L'ouverture de la porte d'entrée est un moment d'anthologie.
Quelques années plus tard, mariée et mère de famille, elle apprend que le psychopathe s'est échappé...
Un thriller avec une petite dose d'horreur qui vous met les nerfs à vif, tant le réal excelle à faire monter la tension, en jouant avec une incroyable virtuosité de la musique, et des retournements de situation SPOILEr [/color]à commencer par le coup du lit, putain cette rapidité ![color=black] SPOILER qui l'avait vu venir ?

Week-end de terreur (Poisson d'avril en vo).
Des étudiants partent sur une île isolée pour le springbreak.
Comme c'est le premier avril, on se laisse aller à des blagues potaches (coussin péteur, verre et chaise truqués et le coup du tableau, redoutable !). Jusqu'à ce qu'un tueur (l'un des étudiants ?) commence à éliminer les convives un à un.
Bloqués sur une île loin de tout, comment s'en sortir.
SPOILER[/color]Cela n'aurait été qu'un slasher réussi, mais l'auteur réussit le coup de génie de manipuler le spectateur du début à la fin, jusqu'à la toute fin avec le coup du cadeau : j'avoue que je me suis bien fait rouler dans la farine.[color=black] SPOILEr
Là encore, peu de gore, d'effets spéciaux mais une ambiance qui vous met les nerfs à vif, où une simple porte qui claque avec la musique adéquate vous effraie littéralement.

Bref, deux films bien plus habiles qu'il n'y parait, surtout le second, qui est particulièrement retors et, j'ose le mot, génial.
Signature de Olivier "Un monde nouveau va naître, un monde dans lequel il n'aura pas sa place. Il est trop clairvoyant pour lutter contre lui ; mais il ne feindra pas de l'aimer." George Orwell
   Consulter le profil de Olivier  Envoyer un message privé à Olivier  Visiter le site de Olivier  
BouquetdeNerfs

Inscrit le :
15/09/2007
2115 messages
RE : En 2022, que le cinéma ne soit pas cafardeux 04/04/2022 à 23h08  
1er épisode de la série Infiniti avec Céline Sallette Histoire sur 6 épisodes.
Il se trouve que le premier épisode est offert par Canal Bolloré, je ne sais pas bien comment je regarderai la suite. Comme bien des séries ou des films dits "SF", il y a ces aspects tarabiscotés, paranormaux et/ou lourdingues qui me déplaisent. Et, en même temps, je regarderais bien la suite par vice. Heureusement, je n'aurais pas le temps... :-D
dernière édition : 04/04/2022 à 23h08   Consulter le profil de BouquetdeNerfs  Envoyer un message privé à BouquetdeNerfs  
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
9145 messages
RE : En 2022, que le cinéma ne soit pas cafardeux 07/04/2022 à 11h30  
Inexorable de Fabrice Du Welz.
Benoît Poelvoorde a connu un immense succès avec son premier roman, mais semble en panne pour le second.
Sa femme et éditrice vient d’hériter d’un manoir, dans lequel ils vont s’installer avec leur dille et leur gouvernante.
Puis arrive une mystérieuse jeune fille, dont on ne sait rien, et qui va vite devenir indispensable…
J’étais curieux de la rencontre entre BP et le réal du sublime Calvaire.
Le film est un huis-clos étouffant, où un immense manoir se réduit à un tout petit espace, permettant des plans atypiques, où macèrent le mensonge, le désir, la manipulation, la frustration et le mystère.
J’ai par moment pensé à Argento, dans les décors et la façon de filmer.
Il y a aussi la patte Du Welz partout, notamment le spectacle d’anniversaire.

Bref, Du Welz se confirme comme un réalisateur de premier plan, aux films vénéneux et étouffants, entre Lisa Tuttle et Dario Argento.
On aimera ou pas, mais comme Gaspar Noé, il reste pour moi un cinéaste dont j’apprécie l’univers et l’originalité, qui nous sort du prêt-à-regarder.

La bande-annonce, avec ses couleurs très argentiennes :
https://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19590114&cfilm=286122.html

Gage de qualité s’il en est : Télérama a détesté !
Signature de Olivier "Un monde nouveau va naître, un monde dans lequel il n'aura pas sa place. Il est trop clairvoyant pour lutter contre lui ; mais il ne feindra pas de l'aimer." George Orwell
dernière édition : 07/04/2022 à 11h36   Consulter le profil de Olivier  Envoyer un message privé à Olivier  Visiter le site de Olivier  
bruss

Inscrit le :
08/05/2007
2857 messages
RE : En 2022, que le cinéma ne soit pas cafardeux 07/04/2022 à 18h22  
Vu " Sans répit" 2021 ; Par Régis Blondeau , Kim Seong-hun
Avec Franck Gastambide , Simon Abkarian , Michaël Abiteboul ;
Même si beaucoup de passages sont peu crédibles , le film est efficace et les acteurs s'en tirent bien ; rien de nouveau dans cette histoire de flics corrompus , mais ça se regarde sans déplaisir . :)
   Consulter le profil de bruss  Envoyer un message privé à bruss  
Jim

Inscrit le :
17/08/2005
5656 messages
RE : En 2022, que le cinéma ne soit pas cafardeux 08/04/2022 à 10h04  

Olivier :

Inexorable de Fabrice Du Welz.
(…) J’étais curieux de la rencontre entre BP et le réal du sublime Calvaire.

Poelvoorde avait déjà un petit rôle dans le film précèdent de DuWelz, Adoration, le dernier chapitre de sa « trilogie ardennaise » (je ne l’ai pas vu celui-là, mais j’avais beaucoup aimé Calvaire et Alleluia)

J’avais prévu de voir cet Inexorable* et je compte bien ne pas me laisser arrêter par sa mauvaise distribution dans la région toulousaine (le sort des « films du milieu », jugés ni assez bankable pour les multiplexes, ni assez indépendants pour les salles d’art et essai…)
Et je suis content de retrouver Poelvoorde dans un thriller : dans le genre, je l’avais trouvé bon dans Entre ses mains.

* Du coup, je ne regarderai la bande-annonce qu’a posteriori. Je n’ai eu de visuel du film que la photo de son affiche, ce qui est rare pour moi en cette époque d’hyper-information : je vais me laisser plus de surprise pour cette fois.
Signature de Jim "Je déteste les discussions, elles vous font parfois changer d'avis."
   Consulter le profil de Jim  Envoyer un message privé à Jim  
Jim

Inscrit le :
17/08/2005
5656 messages
RE : En 2022, que le cinéma ne soit pas cafardeux 09/04/2022 à 21h22  
Alors,

Olivier :

Inexorable de Fabrice Du Welz.
(...) Le film est un huis-clos étouffant, où un immense manoir se réduit à un tout petit espace, permettant des plans atypiques, où macèrent le mensonge, le désir, la manipulation, la frustration et le mystère.
J’ai par moment pensé à Argento, dans les décors et la façon de filmer.
Il y a aussi la patte Du Welz partout, notamment le spectacle d’anniversaire.

+1 à tout cela. :-)

Juste un bémol :
la musique très appuyée sur les scènes de tensions, plus que de nécessaire à mon sens ;
et deux mentions :
les jeunes actrices (Alba Gaïa Bellugi et Janaina Halloy), remarquables,
et la photographie ("shot in glorious Kodak Technicolor 16 mm", dit le générique de fin ^^) signée de l'excellent Manuel Dacosse qui œuvrait déjà sur les meilleurs DuWelz
(ainsi que sur le très bel Evolution de Lucile Hadzihalilovic).
Signature de Jim "Je déteste les discussions, elles vous font parfois changer d'avis."
   Consulter le profil de Jim  Envoyer un message privé à Jim  
bruss

Inscrit le :
08/05/2007
2857 messages
RE : En 2022, que le cinéma ne soit pas cafardeux 10/04/2022 à 08h53  
Fresh ( 2022 )- Comédie romantique qui se termine en boucherie . Début un peu mou , mais l'ensemble n'est pas trop mal .La dernière partie est plus efficace ; mais rien de bien horrifique .
   Consulter le profil de bruss  Envoyer un message privé à bruss  
   Répondre  |   page 8 / 59   |  aller en page :      1  2  3  [ ...... ]  7  8  9  [ ...... ]  57  58  59     

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire