Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
44 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
  

En 2018, du cinéma en super 8 ?


  Sujet proposé le 04/01/2018 à 18h52 par Fiotox
  Ajouter ce sujet à mes favoris Culture SF
   Répondre   |   page 32 / 38   |   aller en page :      1  2  3  [ ...... ]  31  32  33  [ ...... ]  36  37  38     
bruss

Inscrit le :
08/05/2007
1696 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 23/09/2018 à 18h38  
Moi , Daniel Blake


De Ken Loach (2016)

avec Dave Johns, Hayley Squires.

Synopsis :
Pour la première fois de sa vie, Daniel Blake, un menuisier anglais de 59 ans, est contraint de faire appel à l'aide sociale à la suite de problèmes cardiaque. Cependant, bien que son médecin lui ait interdit de travailler, il se voit signifier l'obligation d'une recherche d'emploi sous peine de sanction. Au cours de ses rendez-vous réguliers au job center, Daniel va croiser la route de Rachel, mère célibataire de deux enfants qui a été contrainte d'accepter un logement à 450 km de chez elle.

********************************************************
A 59 ans Daniel Blake est déclaré inapte à travailler pour problème cardiaque par ses médecins , mais l'administration veut l'obliger à travailler sous peine de radiation...
Il va être confronté à l'absurdité et la bêtise non seulement de l'administration moderne et aussi de la rigidité de certains employés obtus ...
Dans son malheur il va rencontrer une mère célibataire et ses deux enfants qui vont lui donner le courage de lutter ...

Voilà un film magnifique , qui vous met la rage , tant la bêtise humaine est présente à chaque moment ..
Les acteurs sont excellents et attachants , à voir absolument ..
   Consulter le profil de bruss  Envoyer un message privé à bruss  
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
6833 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 24/09/2018 à 19h55  
Ciné :

Burning de Lee Chang-Dong
Une histoire de triangle amoureux, évoquant parfois Fitzgerald (un des personnages est un riche oisif dont on ignore tout des revenus), qui bascule subtilement dans le thriller obsessionnel et paranoïaque. Magistral.
Avec en bonus, un regard sans concession sur la fin du miracle coréen, qui rappelle la France : chômage, précarité, logements de misère, inégalités, etc.

L'amour est une fête de Cédric Anger.
Il retrouve Guillaume Canet qu'il avait dirigé dans le glaçant La prochaine fois je viserai le coeur.
Ici, nous sommes au début des 80's, dans le cinéma porno et les sex-shop. Canet et Gilles Lelouche y jouent deux flics infiltrés qui veulent faire tomber Michel Fau pour ses magouilles, et se retrouvent vite à tourner un porno dirigé par Xavier Beauvois. Tournage épique et hilarant.
Une comédie policière et rétro parfaitement réussie et assez jouissive : les acteurs ont pris un plaisir fou à jouer, et ça se sent. Michel Fau a la parfaite gueule de l'emploi, et le film joue délibérément sur les quiproquos et les rebondissements toujours loufoques.
Une belle réussite du cinéma français.

DVD

Une femme flic d'Yves Boisset.
Miou-Miou joue une femme flic mutée dans le Nord, où elle va découvrir que les notables du coin ont mis en place un réseau pédophile.
Ca rappelle Chabrol (portrait acide de la bourgeoisie provinciale), avec une bonne dose de Boisset (le film est assez politique et pessimiste), servi par des acteurs excellents (Jean-Marc Thibault, Niels Arrestrup tout jeunot et presque méconnaissable).
Un excellent polar, noir, très noir.

My own private Idaho de Gus Van Sant
Là encore, un très bon film.
Le portrait de deux ados à la dérive (River Phoenix et Keanu Reeves), teinté d'onirisme et de road-movie. A (re)voir sans hésitation.

Je suis un évadé de Mervy LeRoy
Un film de gangsters parfaitement réussi : le portrait sans concession d'un système pénitentiaire tenant presque de l'esclavage.
C'est dans les vieux pots, etc.
Signature de Olivier "Un monde nouveau va naître, un monde dans lequel il n'aura pas sa place. Il est trop clairvoyant pour lutter contre lui ; mais il ne feindra pas de l'aimer." George Orwell
   Consulter le profil de Olivier  Envoyer un message privé à Olivier  Visiter le site de Olivier  
Jim

Inscrit le :
17/08/2005
4190 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 25/09/2018 à 10h48  


La nuit des diables de Giorgio Ferroni, d’après La famille du Vourdalak d’Alexeï Tolstoï.

L’histoire classique du pauvre bougre qui abîme sa voiture dans le mauvais coin de campagne et qui reçoit l’hospitalité d’une famille se comportant étrangement une fois la nuit tombée.

On est moins de dix ans après que Mario Bava ait adaptée la même nouvelle (dans Les trois visages de la peur) mais les mœurs cinématographiques ont changé dans la série B italienne et il faut à peine plus de deux minutes pour que gore et nudité frontale envahissent l’écran. Passé cet éclat, l’intrigue devient plus sage, voire carrément plan-plan, d’autant que les acteurs ne brillent pas par leur vitalité, même quand leurs personnages sont encore bien vivants.

Cela dit, la langueur du film sied bien à son sujet, l’atmosphère lugubre est plutôt bien rendue et les maquillages, qui évoquent le cinéma de... Mario Bava, sont assez plaisants ; alors ce visionnage a fini par me procurer plus une douce torpeur qu’un méchant ennui.
Signature de Jim "Je déteste les discussions, elles vous font parfois changer d'avis."
dernière édition : 25/09/2018 à 10h49   Consulter le profil de Jim  Envoyer un message privé à Jim  
Jim

Inscrit le :
17/08/2005
4190 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 26/09/2018 à 11h23  


Berlin Express de Jacques Tourneur, d’après une histoire de Curt Siodmak.

Un bon petit film noir d’espionnage.

Filmé en 1950, il a la particularité d’avoir été tourné en partie dans les ruines de l’Allemagne occupée, à Francfort essentiellement puis à Berlin.

L’intrigue, sans temps mort, portée par l’art de la mise en scène de Tourneur et un beau casting (Robert Ryan, Merle Oberon...), s’achève comme une ode à l’entente entre les peuples, ce qui par les temps qui courent n’est pas désagréable.
Signature de Jim "Je déteste les discussions, elles vous font parfois changer d'avis."
dernière édition : 26/09/2018 à 11h55   Consulter le profil de Jim  Envoyer un message privé à Jim  
bruss

Inscrit le :
08/05/2007
1696 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 29/09/2018 à 07h09  
Regardé un Gabin peu connu : "Le sang à la tête " 1956.
Synopsis :
L'ancien débardeur François Cardinaud est devenu, après trente ans d'efforts, armateur, mareyeur et l'un des hommes les plus puissants du port de La Rochelle. Il a épousé Marthe, une amie d'enfance issue d'un milieu misérable. Marthe ne peut être acceptée par la bonne société rochelaise. Elle s'ennuie dans sa grande maison entre cuisinière, jardinier et gouvernante pour ses deux enfants.

Elle va fuguer trois jours avec Mimile, un mauvais garçon, amour de jeunesse de retour d'Afrique. La mère de Mimile vend du poisson à la criée et sa sœur se prostitue. Tout La Rochelle est au courant de cette fugue et se réjouit de voir Cardinaud bafoué. À la maison, la gouvernante croit voir dans le départ de l'épouse, l'opportunité de séduire Cardinaud.

À la recherche de sa femme, Cardinaud croise Drouin, le capitaine du cargo qui a ramené Mimile d'Afrique et que ce dernier a dénoncé aux douaniers. Drouin, bouillant de colère, veut tuer Mimile, tandis que François Cardinaud veut seulement reprendre son épouse.

Celle-ci a quitté Mimile et Cardinaud la retrouve sur le bac de l'Île de Ré. Elle a compris qu'elle n'avait pas d'avenir avec un voyou (après tout, la vie bourgeoise a ses bons côtés et elle aime ses enfants) ; Cardinaud comprend qu'il a négligé sa femme. Marthe retrouvée, il lui pardonne et s'engage à penser davantage à leur bonheur.

Un film sur l'adultère , Gabin égal à lui même... à voir
   Consulter le profil de bruss  Envoyer un message privé à bruss  
Jim

Inscrit le :
17/08/2005
4190 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 03/10/2018 à 11h47  
Vu avec ma filleule de 8 ans : La prophétie de l’horloge d’Eli Roth, adaptation d’un livre jeunesse de John Bellairs, The house with a clock in its walls.

Étonnant de voir un spécialiste de l’horreur sanglante s’atteler à ce projet...
Pour autant, le résultat est plutôt réussi.

On a droit à un lot de clichés habituels (le personnage principal est un jeune orphelin, en mal d’intégration dans sa nouvelle école du fait de sa différence, mais qui finira par sauver le monde ; des blagues jouent sur des substances « dégueus ») ; rien de rédhibitoire cependant.

Le film bénéficie surtout de son casting adulte : Jack Black, en habitué de ce genre de productions, et Cate Blanchett, qui apporte une touche de classe, affichent une belle complémentarité.


PS : certains passages pourront effrayer les enfants les plus jeunes ou les plus sensibles (notamment le flashback sur le démon dans la Forêt Noire).
Signature de Jim "Je déteste les discussions, elles vous font parfois changer d'avis."
   Consulter le profil de Jim  Envoyer un message privé à Jim  
bruss

Inscrit le :
08/05/2007
1696 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 04/10/2018 à 17h28  
La Dernière maison sur la gauche
Une famille de psychopathes s'en prend à une famille ...

Remake d'un remake , ce film est destiné à un public adepte du gore et de la violence gratuite ...viol , main dans le broyeur et j'en passe...
Comme avec l'arroseur arrosé notre famille de dingues va subir la vengeance terrible d'un couple , bien remonté ...

Quand même pas trop mal dans le genre , un film qui se regarde , enfin pas pour tout le monde ...
   Consulter le profil de bruss  Envoyer un message privé à bruss  
Jim

Inscrit le :
17/08/2005
4190 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 06/10/2018 à 16h00  

bruss :

La Dernière maison sur la gauche
(...)
Remake d'un remake

J'imagine que tu parles du film de Dennis Iliadis, daté de 2009, et pars du principe que le film de Craven est un remake déguisé de La source de Bergman.
Parce que sinon, je ne vois pas...


bruss :

Quand même pas trop mal dans le genre

Stephen King le considère comme le meilleur film d'horreur des années 2000 : il y a des fois où il exagère, le père King...

Plutôt efficace, oui. Tendu, avec une belle photo (chaude et lisse en contraste de la version précédent : les deux fonctionnent, je trouve) et quelques solides interprétations.

Par contre, je n'aime pas du tout les changements opérées dans l'histoire par rapport au film de 1972, ils rendent le récit moins radical et bien plus manichéen :
la fille survit, ce qui permet une forme de happy end avec reconstitution du foyer / il n'y a pas de témoins horrifiés du déchaînement de violence des parents (ceux à quoi servaient les policiers à la fin du film de Craven) ; au contraire, un épilogue rajoute une mise à mort sadique, de sang froid).
Signature de Jim "Je déteste les discussions, elles vous font parfois changer d'avis."
dernière édition : 06/10/2018 à 16h01   Consulter le profil de Jim  Envoyer un message privé à Jim  
morca

Inscrit le :
27/04/2004
5295 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 09/10/2018 à 16h34  
Steamboy (Katsuhiro Otomo)


Ca commence à dater, mais c'est toujours esthétiquement chouette. Par contre, le scénar est un peu limite, ama, et le "discours" sur la science ne relève guère l'intérêt... Ca donne envie de revoir Akira...
Signature de morca C'est pas vrai, je ne suis pas misanthrope. La preuve, j'ai des amis humains.
dernière édition : 09/10/2018 à 16h36   Consulter le profil de morca  Envoyer un message privé à morca  Visiter le site de morca  
tj

Inscrit le :
20/06/2007
2077 messages
RE : En 2018, du cinéma en super 8 ? 09/10/2018 à 17h24  
Toutafé
   Consulter le profil de tj  Envoyer un message privé à tj  
   Répondre  |   page 32 / 38   |  aller en page :      1  2  3  [ ...... ]  31  32  33  [ ...... ]  36  37  38     

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire