Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
30 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
ARNm

Inscrit le :
11/10/2005
6 critiques
225 messages
Consulter le profil de ARNm
Envoyer un message privé à ARNm

Une femme sans histoires

Christopher Priest


Une femme sans histoires
Traduction : Hélène Collon
Illustration : Benjamin Carré
Titre original : The quiet woman
Première parution : 1990

 Pour la présente édition :

Editeur : Denoël
Collection : Présence du futur
ISBN : 2-207-25048-2

La critique du livre
Lire l'avis des internautes (6 réponses)

Avec " le Don " chroniqué par Gracie
ici, " Une femme sans histoires " est le deuxième

Priest

qui me laisse un peu de dubitatif. Décevant certes mais pas absolument dénué d'intérêt puisqu'il initie à mon avis l'une de ses plus belles réussites qu'il écrira 14 ans plus tard à savoir " La Séparation " tout en reprenant les thèmes de la création littéraire et de la mémoire déjà au centre de " La fontaine pétrifiante " roman fascinant s'il en est.
Un pont malingre entre deux oeuvres phares voilà l'ennui...

L'histoire, comme souvent chez

Priest

, est faussement simpliste.
Alice Stockton vit seule dans une petite bourgade du Wiltshire au sud de l'Angleterre. Elle se bat aux côtés de son agent littéraire afin de publier son manuscrit saisi pour une raison qu'elle ignore par le Ministère de l'Intérieur britannique. C'est alors qu'elle apprend qu'Eleanor Hamilton, sa voisine et amie elle même écrivain est découverte assassinée.
Le fils d'Eleanor un certain Gordon Sinclair arrive pour les obsèques et s'immisce peu à peu dans la vie d'Alice. Qui est-il et qui était Mme Hamilton qu'Alice croyait connaître ? Voilà la trame.

Vous me direz que le lien avec la Séparation n'est pas évident évident et pourtant il est bien réel.
Tout d'abord " une femme sans histoires " est une uchronie. C'est vrai qu'elle n'est pas franche du collier celle-là mais je ne pense pas que dans mon monde à moi l'usine de retraitement de la Hague ait eu un " incident " type Tchernobyl qui aurait contaminé fin 1980 une bonne partie de notre territoire national et le sud de l'Angleterre. Ou alors la COGEMA, la DST, la DGSE et les services secrets britanniques sont vraiment très forts. Non vraiment, c'est bien une uchronie.
La structure du récit relève elle aussi du même procédé que celui employé dans " La Séparation ". La vie d'Alice est ainsi entrecoupée de lettres, de souvenirs d'enfance, de portions de vie, de rêves aussi peut être. Rien n'est bien clair. Les pistes se brouillent, la réalité et l'a-réalité sont indiscernables et le lecteur se perd tant il est manipulé.

Priest

complète le trouble du lecteur en jouant sur les noms de jeunes filles, sur les pseudonymes, les diminutifs...
Malheureusement alors qu'on arrivait tant bien que mal à faire la part des choses avec la vie des frères J L Sawyer (Joe et Jack) de la Séparation, là où on applaudissait devant la technique narrative de

Priest

, ici le seul sentiment qui demeure quand on a tourné la dernière page reste la confusion rien que la confusion.

Il n'en demeure pas moins que

Priest

est bourré de talent et qu'il sait comme personne nous faire aimer les paysages qu'il anime. Le roman regorge ainsi de ces petits bouts d'Angleterre qu'il essaime avec bonheur tout au long de ses récits...
On y découvre à travers Eleanor Hamilton un

Priest

engagé. Engagé auprès du CND notamment ( campagne pour le désarmement nucléaire). Il nous fait découvrir également les GV (gardes volontaires) un service civil à temps partiel né pendant premiers mois de la Seconde Guerre mondiale et qui avait pour vocation d'assister la police. Ce service connut bien vite quelques dérives fascisantes.
Et comme toujours

Priest

se livre encore un peu plus aux yeux de celui qui le lit : son métier, ses doutes les problèmes d'argent, la page blanche de l'écrivain face à une vie qui s'étire sans histoire, sans ses histoires.




Christopher Priest, connu pour son classique de la science-fiction, Le monde inverti, a reçu le prix de la British Science Fiction Association pour Les extrêmes et le World Fantasy Award pour The prestige. Il vit à Hastings avec sa femme et leurs jumeaux. Son dernier ouvrage paru chez Denoël est eXistenZTM

Une femme sans histoires ? Pas si sûr... Car l'écrivaine Alice Stockton habite dans un des nombreux villages du sud de l'Angleterre contaminés par un accident nucléaire français ; le ministère de l'intérieur a saisi son dernier livre, et sa voisine, Eleanor, a été retrouvée assassinée. Alors qu'elle se débat avec son éditeur et des problèmes de santé dus aux radiations, elle rencontre le fils d'Eleanor, Gordon Sinclair, un homme étrange dont elle devient en quelque sorte la proie..
Une femme sans histoires nous plonge aux confins du désir et de la peur, dans la frange chère à David Lynch.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (6 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
La machine à explorer l'espace   

La machine à explorer l'espace

    

Christopher Priest



Cette critique est signée morca
12 réponses y ont été apportées. Dernier message le 05/08/2005 à 22h49 par morca

La fontaine pétrifiante   

La fontaine pétrifiante

    

Christopher Priest



Cette critique est signée Ione
25 réponses y ont été apportées. Dernier message le 15/01/2009 à 14h35 par Franz

La séparation   

La séparation

    

Christopher Priest



Cette critique est signée LeGaidol
20 réponses y ont été apportées. Dernier message le 26/07/2010 à 03h02 par dragonet70

L'Archipel du Rêve   

L'Archipel du Rêve

    

Christopher Priest



Cette critique est signée Gracie
7 réponses y ont été apportées. Dernier message le 07/09/2006 à 09h56 par Franz

Futur intérieur   

Futur intérieur

    

Christopher Priest



Cette critique est signée Gracie
23 réponses y ont été apportées. Dernier message le 08/02/2010 à 13h16 par machin

Le Don   

Le Don

    

Christopher Priest



Cette critique est signée Gracie
10 réponses y ont été apportées. Dernier message le 23/08/2006 à 12h35 par morca

Le prestige   

Le prestige

    

Christopher Priest



Cette critique est signée Gracie
22 réponses y ont été apportées. Dernier message le 01/09/2009 à 17h06 par morca

Les extrêmes   

Les extrêmes

    

Christopher Priest



Cette critique est signée Arès
7 réponses y ont été apportées. Dernier message le 28/05/2007 à 14h10 par stealrige

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire