Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
10 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
LeGaidol

Inscrit le :
12/05/2005
26 critiques
2899 messages
Consulter le profil de LeGaidol
Envoyer un message privé à LeGaidol

La séparation

Christopher Priest


La séparation
Traduction : Michèle Charrier
Illustration : Benjamin Carré
Titre original : The Separation

 Pour la présente édition :

Editeur : Denoël
Collection : Lunes d'encre

La critique du livre
Lire l'avis des internautes (20 réponses)

Et si...

Et si Rome avait duré au-delà des Grandes Invasions.
Et si la civilisation européenne avait été éradiquée par la peste noire.
Et si Napoléon avait remporté la victoire à la bataille de Waterloo.
Et si, et si, et si...

Les divergences sont multiples et n'ont pour seule limite que l'imagination des auteurs d'uchronie. Elles fondent la richesse d'un pan entier de la littérature de l'imaginaire. Elles en sont également la faiblesse et le défaut de la cuirasse car si le champ des possibles est vaste, les points de divergence sont réducteurs et les scénari trop souvent répétitifs.

Une fois de plus.
Et si en mai 1941 l'Histoire s'était séparée de notre voie, le Royaume-Uni signant l'armistice avec l'Allemagne. C'est ce que propose Christopher

Priest

avec son roman La séparation.
Le récit n'est pas le plus important ici car ce sont les possibilités qu'il offre qui priment. Aussi, je n'en mentionnerai que le début.

En 1999, Stuart Gratton, un historien spécialiste de la Seconde Guerre mondiale, dédicace son nouvel essai consacré à la fin du conflit mondial dans une petite librairie de Buxton. Le chaland est rare et en plus il pleut. Une lectrice se présente à lui et aussitôt lui propose le journal intime de son père, J-L Sawyer, un ancien combattant de la RAF. Coïncidence, il se trouve que justement Gratton est intrigué par ce personnage, rencontré au détour de ses recherches historiques. Grâce à cela, nous découvrons en historien amateur les récits troublants et touchants des jumeaux Sawyer, Jack et Joe. L'un est pilote dans la RAF au cours d'un conflit qui a duré jusqu'en 1945. L'autre est objecteur de conscience travaillant pour la Croix rouge jusqu'à la fin de la guerre en 1941. Enfin, tout deux sont acteurs d'un épisode capital dans le déroulement de la guerre. Mais quand s'est-elle terminée déjà ?

A l'instar de The years of rice and salt, La séparation de Christopher

Priest

ne tombe pas dans l'ornière creusée par de nombreuses uchronies et qui consiste à diluer le procédé de la divergence dans une répétition nauséeuse. Le choix de la période historique, la Seconde Guerre mondiale, était pourtant casse-gueule. Christopher

Priest

évite le piège en nous faisant vivre une uchronie de manière intime, ici au travers du regard des jumeaux Sawyer.
" Un même esprit dans deux corps. " Ainsi sont-ils présentés à plusieurs reprises dans le roman. Un même esprit pour deux , voire une multitude d'Histoires, je me permet d'ajouter. Délaissant la question du sens de l'Histoire, Christopher

Priest

s'interroge sur sa direction et ses acteurs anonymes. Il ne met pas en scène une Histoire, la version officielle, mais une ramification de lignes historiques, celles vécues individuellement et intimement par chaque acteur. Et ces histoires se séparent en fonction de critères personnels et de bifurcations mentales. Christopher

Priest

bâtit ainsi une uchronie labyrinthique peuplée de doubles, de sosies, de doppelgängers dont les vestiges fantômatiques interfèrent d'une ligne historique à l'autre. Il nous balade en multipliant les points de vue ( tiens cela rappelle un certain Le maître du haut château ). Il nous égare et on aime cela. Il ébauche des pistes qui se révèlent sans issue et finalement nous largue en rase campagne sur notre faim mais l'esprit habité étrangement d'illusions lucides persistantes.

Pour tout ceci, respect Mr

Priest

.




Que s'est-il réellement passé dans la nuit du 10 au 11 mai 1941, cette nuit où Rudolf Hess s'est envolé d'Allemagne pour négocier la paix avec la Grande-Bretagne ? Son avion a-t-il été abattu par la Luftwaffe ? Hess a-t-il réussi sa mission sans en informer Adolf Hitler ? Et pourquoi, dans certains documents d'archives, la guerre semble-t-elle s'être prolongée jusqu'en 1945 ? C'est à toutes ces questions que va tenter de répondre l'historien Stuart Gratton ; notamment en s'intéressant au destin exceptionnel de deux frères jumeaux, Joe et Jack Sawyer, qui ont rencontré Hess en 1936 aux Jeux olympiques de Berlin.

Dominant sans partage un territoire délimité, du côté de la littérature générale, par "Les Vestiges du jour" de Kazuo Ishiguro, et du côté de la science-fiction par "Le Maître du haut château" de Philip K. Dick, "La Séparation" a été récompensé par le British Science Fiction Award et le Arthur C. Clarke Award.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (20 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
La machine à explorer l'espace   

La machine à explorer l'espace

    

Christopher Priest



Cette critique est signée morca
12 réponses y ont été apportées. Dernier message le 05/08/2005 à 22h49 par morca

La fontaine pétrifiante   

La fontaine pétrifiante

    

Christopher Priest



Cette critique est signée Ione
25 réponses y ont été apportées. Dernier message le 15/01/2009 à 14h35 par Franz

L'Archipel du Rêve   

L'Archipel du Rêve

    

Christopher Priest



Cette critique est signée Gracie
7 réponses y ont été apportées. Dernier message le 07/09/2006 à 09h56 par Franz

Futur intérieur   

Futur intérieur

    

Christopher Priest



Cette critique est signée Gracie
23 réponses y ont été apportées. Dernier message le 08/02/2010 à 13h16 par machin

Le Don   

Le Don

    

Christopher Priest



Cette critique est signée Gracie
10 réponses y ont été apportées. Dernier message le 23/08/2006 à 12h35 par morca

Une femme sans histoires   

Une femme sans histoires

    

Christopher Priest



Cette critique est signée ARNm
6 réponses y ont été apportées. Dernier message le 21/08/2007 à 15h05 par Gracie

Le prestige   

Le prestige

    

Christopher Priest



Cette critique est signée Gracie
22 réponses y ont été apportées. Dernier message le 01/09/2009 à 17h06 par morca

Les extrêmes   

Les extrêmes

    

Christopher Priest



Cette critique est signée Arès
7 réponses y ont été apportées. Dernier message le 28/05/2007 à 14h10 par stealrige

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire