Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
6 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
vda

Inscrit le :
16/02/2006
34 critiques
1512 messages
Consulter le profil de vda
Envoyer un message privé à vda

Les hommes-machines contre Gandahar

Jean-Pierre Andrevon


Les hommes-machines contre Gandahar
Illustration : C. Jouaire
Première parution : 1969

 Pour la présente édition :

Editeur : Denoël
Collection : Présence du futur

La critique du livre
Lire l'avis des internautes (4 réponses)

Avec une grande simplicité, Jean-Pierre

Andrevon

créé un univers de rêve. La vie est paisible à Gandahar, sous le règne de l’affable Myrne Ambisextra. Les fruits y ont une taille démesurée et sont disponibles pour toute faim. Des fontaines coulent des boissons rafraichissantes, parfois fortement alcoolisées. Les machines, tels les ascenseurs, sont fréquemment en panne, et personne ne se préoccupe de les remettre en état. Des insectes rendus gigantesques par des mutations contrôlées servent de véhicules en remplacement des machines détériorées par le passage du temps. Les jours passent agréablement, paisiblement.

La menace surgit rapidement, sur un territoire riche et impréparé. Une menace dont l’origine lointaine est pourtant née au cœur même des laboratoires de Gandahar. Les anciennes expériences ont donné naissance à des hommes mutants (hommes-tortues, hommes-oiseaux, …) qui ont été rejetés aux marges du royaume, Gandahariens, mais isolés de l’heureux peuple de Gandahar. Le Métamorphe a été le fruit d’une de ces expériences. Plus isolé que les autres, plus seul, et plus durable, avec le temps, Il en est venu, dans son futur, à créer une armée d’hommes-machines qu’il a lancé à l’assaut du temps et de Gandahar dans son âge le plus insoucieux.

Les premières images du roman, la description du monde champêtre de Gandahar ressemblent à des tableaux de Fragonard, des jeunes gens dans des buissons, des discussions dans l’herbe, le vol d’un papillon. L’univers ‘science-fantasy’ du roman fait penser à Gene Wolfe avec L'ombre du bourreau, bien que tout soit beaucoup plus simple et épuré (un dessin au trait fin et précis) et moins cruel. La scène de la bataille dans la plaine de la Valderboise n’est pas sans évoquer celle de Waterloo dans La chartreuse de Parme de Stendhal, Sylvin Lanvère s’y confondant avec Fabrice del Dongo.
Les hommes-machines contre Gandahar a beaucoup de similitudes avec Le temps des grandes chasses du même auteur. La différence est dans l’innocence, dans la douceur (un peu dolente, un peu décadente) du royaume de Gandahar. On n’entend pas le fracas des armes, le jeune chevalier qui est le personnage central du roman est protégé de l’importance de la menace des hommes-machines par son innocence même. Jean-Pierre

Andrevon

a écrit là un conte subtile, doux et apaisant, qui captive.

Les Hommes-machines contre Gandahar a été adapté en film d'animation par René Laloux et Philippe Caza.





À Gandahar, le royaume le plus agréable de la planète Tridan, ils vivaient heureux et en paix. Pour se déplacer, ils utilisaient des insectes géants. Et ils avaient renoncé à la science pour se consacrer aux plaisirs et aux arts. Mais un jour, un message d'alarme fut lancé par les oiseaux-espions : les Hommes-Machines, les terribles robots destructeurs étaient en marche vers Gandahar !
Un conte de fées moderne qui est également le premier exemple français d'une « science-fantasy » à l'américaine, où se sont illustrés Jack Vance, Roger Zelazny, Philip José Farmer.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (4 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
C'est arrivé mais on n'en a rien su   

C'est arrivé mais on n'en a rien su

    

Jean-Pierre Andrevon



Cette critique est signée vda
9 réponses y ont été apportées. Dernier message le 20/05/2006 à 11h05 par bladerunner

Le Monde enfin   

Le Monde enfin

    

Jean-Pierre Andrevon



Cette critique est signée lacroute
21 réponses y ont été apportées. Dernier message le 20/06/2015 à 20h04 par Butch

Le petit garçon qui voulait être mort   

Le petit garçon qui voulait être mort

    

Jean-Pierre Andrevon



Cette critique est signée Olivier
2 réponses y ont été apportées. Dernier message le 01/05/2009 à 22h20 par Olivier

Le Temps des Grandes Chasses   

Le Temps des Grandes Chasses

    

Jean-Pierre Andrevon



Cette critique est signée vda
Aucune réponse pour le moment...

Le reflux de la nuit   

Le reflux de la nuit

    

Jean-Pierre Andrevon



Cette critique est signée Zaroff
Aucune réponse pour le moment...

Cauchemar... cauchemars !   

Cauchemar... cauchemars !

    

Jean-Pierre Andrevon



Cette critique est signée Zaroff
Aucune réponse pour le moment...

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire