Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
4 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
vda

Inscrit le :
16/02/2006
34 critiques
1504 messages
Consulter le profil de vda
Envoyer un message privé à vda

Le Temps des Grandes Chasses

Jean-Pierre Andrevon


Le Temps des Grandes Chasses
Illustration : Stéphane Dumont
Première parution : 1973

 Pour la présente édition :

Editeur : Denoël
Collection : Présence du futur

La critique du livre
Soyez le premier à donner votre avis !

" Les doigts fins et translucides de l'aurore se posèrent sur la joue et l'épaule de Réda qui dormait. "

Une forêt édénique où vit paisible, en harmonie avec la nature un petit groupe d'humains qui se donne le nom de Clan des Hommes. Tout y est simple, on passe de case en case en fonction de son âge puis de sa fonction dans le clan. Les décisions sont communes, les aptitudes et capacités décident du rôle de chacun. Les morts sont sont laissés sans apparat sur la terre où ils retournent.
Lors d'une chasse, Roll et sa compagne Réda voient un objet percer l'obscurité nocturne. Le lendemain, la partie de chasse échappe aux pratiques ordinaires. Le clan des Hommes est à son tour objet d'une chasse mise en oeuvre par des hommes revêtus de métal et pourvus d'armes puissantes.
Tour à tour, Réda, puis Roll sont capturés. Le jeune Chasseur est bientôt emmené avec d'autres dans un lieu où sont regroupés et emprisonnés de nombreux humains. Lui qui n'avait jamais côtoyé que les membres de son Clan, qui ignorait l'existence d'autres groupes découvre la diversité humaine de son monde. Puis les prisonniers sont transportés par navettes dans un vaisseau de fer. On leur explique les planètes, l'espace, le voyage stellaire. Ils ne comprennent pas, mais débarquent douze jours plus tard sur la planète Orum.

Beauté, sauvagerie, innocence.
Laideur, civilisation, perversion.

Le monde gris puant et surpeuplé sur lequel ils sont transportés blesse leurs poumons par ses poussières, et leurs regards par sa laideur, sa grisaille, son éternelle couverture nuageuse. Esclaves, ils sont rapidement répartis entre différents groupes. Tandis que Roll est sélectionné pour les jeux, certains de ses compagnons parmi les plus âgés et les plus faibles sont dévolus à mourir aux travaux des mines et des usines.
Les habitants d'Orum ne travaillent pour la plupart pas. Les taches pour lesquelles des machines seraient trop onéreuses sont le fait d'esclaves chassés outre-planète ou de criminels. Sur Orum a été remis en application le principe de gouvernement romain : avec du pain et des jeux, le peuple ne se révolte pas.
Rapidement entraînés au maniement des armes, rapidement menés dans l'arène, les nouveaux gladiateurs y voient leurs compagnons se réduire au fil des jours, y meurent en nombre, dont Réda et Roll. Roll qui, ramené à la vie, n'a plus pour seul but la vengeance.

Mettez un sauvage dans la civilisation, il s'en tirera ; placez un civilisé dans un cadre primitif, il crèvera : comme toute règle, celle-ci comporte des exceptions, mais elle est néanmoins bien souvent vérifiable."

Un roman lyrique pas du tout onirique.
Le roman de Jean-Pierre

Andrevon

allie une grande simplicité d'intrigue avec une impressionnante richesse de la langue. Les oppositions sont évidentes (le monde vert/ le monde gris, le sauvage/le civilisé) et la démarche de l'auteur immédiatement perçue. Il livre avec ce roman, qui écrit en 1973 n'a pas vieilli, un message pessimiste sur la course au progrès et la perte de l'homme qui en résulte, la mystification du modernisme qui tout en permettant la liberté aliène celle-ci. Même si on ne partage pas forcément la noirceur du regard d'

Andrevon

, on se laisse porter par la rigueur du schéma qu'il dresse avec habilité et lyrisme. Un lyrisme placé sous le patronage d'Homère, qui tout en frôlant parfois le grotesque donne à un récit archétypal une dimension humaniste.

Des couacs. Certains éléments cependant dénotent dans la rigueur du texte : le langage commun non seulement à des clans vivant isolés de mémoire d'homme mais aussi aux chasseurs brillants venant d'une autre planète, et le manque d'information sur l'évolution qui a conduit la Terre à ce nouvel âge de nature.

Andrevon

balaye les réponses à ces deux problèmes d'un revers de chapitre, avec une désinvolture appuyée qui n'est guère satisfaisante, mais a au moins l'avantage d'être rapide.

De la finesse. Par ailleurs, il intègre à son roman une part de complexité avec le personnage qui symbolise Orum, le Maître des Grandes Chasses. Il évite ainsi l'angélisme et le monolithisme. Au début, tout est calme et volupté, puis tout et luxe et volupté, enfin tout est un peu moins simple.




Ils sont une centaine, vingt "mains", comme ils disent. Ils se nomment eux-même le Clan des "Hommes". Ils vivent dans un pauvre village, isolé au sein d'une vaste forêt dont les dimensions sont celles du monde connu. Il subsistent grâce à la cueillette, la pêche, la chasse. Mais qui sont-ils, en réalité ? Et où véritablement vivent-ils ? Il faudra que surviennent d'étranges envahisseurs vêtus de fer et chevauchant d'effrayants "oiseaux de métal" pour que Roll, jeune Chasseur devenu gibier, découvre enfin, après un long périple qui l'entraîne bien loin de son univers, la vérité sur le destin de son peuple.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Soyez le premier à donner votre avis !

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
C'est arrivé mais on n'en a rien su   

C'est arrivé mais on n'en a rien su

    

Jean-Pierre Andrevon



Cette critique est signée vda
9 réponses y ont été apportées. Dernier message le 20/05/2006 à 11h05 par bladerunner

Le Monde enfin   

Le Monde enfin

    

Jean-Pierre Andrevon



Cette critique est signée lacroute
21 réponses y ont été apportées. Dernier message le 20/06/2015 à 20h04 par Butch

Le petit garçon qui voulait être mort   

Le petit garçon qui voulait être mort

    

Jean-Pierre Andrevon



Cette critique est signée Olivier
2 réponses y ont été apportées. Dernier message le 01/05/2009 à 22h20 par Olivier

Les hommes-machines contre Gandahar   

Les hommes-machines contre Gandahar

    

Jean-Pierre Andrevon



Cette critique est signée vda
4 réponses y ont été apportées. Dernier message le 28/09/2008 à 01h30 par Cyril

Le reflux de la nuit   

Le reflux de la nuit

    

Jean-Pierre Andrevon



Cette critique est signée Zaroff
Aucune réponse pour le moment...

Cauchemar... cauchemars !   

Cauchemar... cauchemars !

    

Jean-Pierre Andrevon



Cette critique est signée Zaroff
Aucune réponse pour le moment...

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire