Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
14 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
Franz

Inscrit le :
30/05/2005
3 critiques
3144 messages
Consulter le profil de Franz
Envoyer un message privé à Franz

Le long labeur du temps

John Brunner


Le long labeur du temps
Traduction : Alain Dorémieux
Illustration : Christopher Foss
Titre original : The long result
Première parution : 1965

 Pour la présente édition :

Editeur : J'ai lu
ISBN : 2277118486

La critique du livre
Lire l'avis des internautes (11 réponses)

La terre, futur proche, le XXI° siècle. L’humanité a commencé à essaimer dans l’espace, commerce avec une demi douzaine de races extraterrestres, et possède deux colonies majeure : Stellaris (en anglais Starhome), dont la société est basée sur l’efficacité technique et économique et Viridis, société essentiellement pastorale. L’espace connu est dominé par l’humanité qui est la seul race possédant la maîtrise du voyage spatial, la terre est stable politiquement, socialement, bref on pourrait se croire dans une utopie bien tempérée, mais tout vas être brutalement remis en question par l’arrivée impromptue du premier vaisseau spatial construit sur une autre planète (Stellaris en l’occurrence) avec de plus à bord des émissaires d’une race ET découverte par les stellariens. La paisible quiétude et l’apparente supériorité terrienne vont soudainement être bouleversées et ce qui ne semble être au départ qu’une péripétie de politique coloniale remet en cause tout l’équilibre planétaire… Pour Roald Vincent, la sinécure de directeur adjoint au Bureau des Relations Culturelles va se transformer en cauchemar peuplé de Tau cetiens rancuniers, de terroristes illuminés et de coloniaux vindicatifs alors qu’une mystérieuse « Ligue des étoiles pour l’homme » attente à la vie des émissaires ET…
A courir entre sa blonde petite amie, son atrabilaire patron, un flic encombrant et une mélasse politique de plus en plus inextricable, notre médiocre fonctionnaire réussira-t-il à enfin sortir de sa coquille pour faire avancer le schmilblick ?

La forme :

John

Brunner

a écrit cet ouvrage en 1965, c'est-à-dire AVANT ses œuvres majeures, notamment la tétralogie noire. Toutefois on ne saurait qualifier ce livre d’ « œuvre de jeunesse » tant l’écriture y est bien maîtrisée. Contrairement à la technique de narration employée dans le troupeau aveugle ou tous à Zanzibar, le récit est à la première personne, et le lecteur se met dans la peau de Roald Vincent qui subit bien plus les évènements qu’il n’agit dessus. Cela donne un rythme soutenu, jamais relâché qui permet une progression cohérente du scénario au fur et à mesure que les pièces du puzzle s’assemblent en un paysage de plus en plus structuré jusqu’à un final magistral. Rien que pour cela, le livre est déjà un morceau de maître.

Ostracisme et terrorisme :

Une des créations les plus inquiétantes de

Brunner

dans ce livre est l’apparition sur une terre pourtant bien paisible de la vindicative « ligue des étoiles pour l’homme » dont l’argument est tout simplement la supériorité de la race humaine… Cette association terroriste n’hésite pas à assassiner et à faire exploser tout ce qui peut se mettre en travers d’une domination des races ET par l’humanité, bien que cette idéologie ne semble que fort peu partagée par l’homme de la rue. Cette symbolique est assez fascinante, car d’une part elle nous évoque de futurs contacts extraterrestres pas forcément brillants de par une xénophobie latente endémique à l’espèce humaine et d’autre part elle nous renvoie à une métaphore des XVIII-XIX° siècles entre une Angleterre victorienne dominant les flots (ceci ne dédouanant pas les autres puissances coloniales que pouvaient être entre autres la France, la Hollande, l’Espagne) et justifiant l’asservissement de populations aborigènes au nom de la supériorité de quasi droit divin de la race blanche.

Colonies et indépendance :

Toujours dans la métaphore de cette période, la colonie de Stellaris est clairement l’évocation des colonies américaines qui finiront par obtenir l’indépendance de la couronne britannique. En l’occurrence, les stellariens vont encore plus embrouiller une situation déjà trouble afin de faire éclater une crise pouvant leur servir de « Boston Tea Party » et justifier ainsi de se détacher de la tutelle de la vieille terre. Il y a là également une vue du futur assez originale de la part de

Brunner

quant aux relations que pourraient entretenir colonie et métropole à l’échelle spatiale.

Les racines du futur :

Finalement, au-delà d’un scénario finement ciselé et d’une histoire concentrée et passionnante, John

Brunner

met en scène ce qui sera un argument majeur pour ses dystopies à venir, en l’occurrence ce que j’appellerais « l’heure du choix » pour une société qui peut devenir mature ou bien sombrer dans l’échec. Contrairement à la suite de son œuvre, ce livre est finalement éminemment positif, mais les choix sont parfois douloureux, surtout quand ils sont inévitables ainsi que s’en apercevra à son corps défendant Roald Vincent dans sa vie sentimentale…

Ce livre est à mon humble avis un petit chef d’œuvre qu’il ne faut surtout pas rater. Je l’avais lu pour la première fois à l’âge de quinze ans et je trouve qu’il n’a pas pris une ride depuis. Ayant eu la chance de lire la VO récemment, je me suis également aperçu que la traduction superbe de Alain Dorémieux rendait bien hommage à ce géant de la SF qu’est devenu depuis John

Brunner

. Pour ne rien gâcher, l’illustration de couverture (sans aucun rapport avec le récit) en édition J’ai Lu est du maître Christopher Foss. A l’origine, il s’agissait de la couverture de « Raumschlacht im Vega Sektor », le numéro 6 des aventures de Perry Rhodan

Cette oeuvre qui ne fait certainement pas partie de la partie emergée de l'iceberg

Brunner

mérite toutefois beaucoup plus que son manque de notoriété: elle ravira autant les amateurs de

Brunner

que les autres et se révèle également une excellente introduction à cet auteur majeur.




En ce XXIème siècle, les humains ont essaimé sur deux nouvelles planètes : Stellaris et Viridis. Et ils ont découvert d'autres espèces — des extra-terrestres encore incapables, eux, d'entreprendre des voyages interstellaires. Sur terre, la paix règne, mais certains hommes sont demeurés orgueilleux, convaincus de leur supériorité raciale.

9h38 — zone 7 — mardi 30 février : aux Relations culturelles des Affaires extra-terrestres, c'est la surprise, puis la panique : un vaisseau stellarien annonce qu'il va atterrir avec, à bord, une délégation de Tau-Cétiens, mystérieux extra-terrestres.
Et à cet instant même se déchaîne la très raciste "Ligue des Etoiles pour l'homme". Un de ses commandos marche déjà sur l'astroport...
Une grave crise s'annonce.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (11 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
Tous à Zanzibar   

Tous à Zanzibar

    

John Brunner



Cette critique est signée morca
23 réponses y ont été apportées. Dernier message le 20/02/2016 à 23h30 par Butch

Sur l'onde de choc   

Sur l'onde de choc

    

John Brunner



Cette critique est signée Lisbei
4 réponses y ont été apportées. Dernier message le 10/02/2016 à 19h11 par Butch

Virus   

Virus

    

John Brunner



Cette critique est signée Cyril
1 réponse y a été apportée. Dernier message le 23/12/2005 à 16h34 par zomver

Le creuset du temps   

Le creuset du temps

    

John Brunner



Cette critique est signée Cyril
20 réponses y ont été apportées. Dernier message le 02/01/2018 à 12h03 par Butch

Polymath   

Polymath

    

John Brunner



Cette critique est signée Cyril
5 réponses y ont été apportées. Dernier message le 27/02/2006 à 14h57 par Jim

La planète folie   

La planète folie

    

John Brunner



Cette critique est signée looper
3 réponses y ont été apportées. Dernier message le 09/09/2006 à 23h39 par Fragon

Eclipse totale   

Eclipse totale

    

John Brunner



Cette critique est signée Cyril
7 réponses y ont été apportées. Dernier message le 26/01/2013 à 13h27 par Olivier

La ville est un échiquier   

La ville est un échiquier

    

John Brunner



Cette critique est signée vda
10 réponses y ont été apportées. Dernier message le 21/12/2010 à 21h32 par BouquetdeNerfs

Noire est la couleur   

Noire est la couleur

    

John Brunner



Cette critique est signée Cyril
6 réponses y ont été apportées. Dernier message le 01/08/2007 à 16h28 par Cyril

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire