Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
4 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
vda

Inscrit le :
16/02/2006
34 critiques
1499 messages
Consulter le profil de vda
Envoyer un message privé à vda

La ville est un échiquier

John Brunner


La ville est un échiquier
Traduction : René Baldy
Illustration : Wojtek Siudmak
Titre original : The squares of the city
Première parution : 1965

 Pour la présente édition :

Editeur : Le Livre de Poche

Ce livre est noté   (4/5 pour 1 évaluations)


J'ai lu ce livre et je souhaite donner mon avis
La critique du livre
Lire l'avis des internautes (10 réponses)

Est-ce là un roman de science-fiction ? Pas de vaisseaux spatiaux, pas d’extra-terrestres, aucune tentacule, mais une ville d’Amérique latine, comme émergée d’un nulle part, comme vivant par et pour elle-même, dans un temps qui est le temps lui-même. Eminemment politique, éminemment irréel, ville et intrigue rattachent le livre à une construction imaginaire permettant de tester une idée, à la science-fiction.

Boyd Daniel Hakluyt est régulateur de trafic. L’un des douze ou quinze experts reconnus à travers le globe. Il a été appelé à Aguazul, pays d’Amérique latine, afin d’y résorber des problèmes dans la ville de Cuidad de Vados. La ville, nouvelle, a accueilli en citoyens des natifs de pays étrangers venus aider à son édification. Edification qui a entraîné le détournement de rivières et poussée quantité de villageois à fuir leur lieu de naissance pour s’agréger à elle, en bidonvilles qui la dénaturent.
Le lecteur apprend à connaître Cuidad de Vados à travers les découvertes de Hakluyt, la rectitude de ses avenues jamais embouteillées, la grandeur de ses quatre places centrales ensoleillées, les sinuosités des vies humaines qui la peuplent. Car en son sein, la ville abrite deux factions opposées. L’une veut conserver l’eden qu’ils ont permis de faire sortir de terre, l’autre réclame que la ville accueille les démunis qu’elle a exilé de la campagne environnante.
Pendant le séjour d’Hakluyt, les sentiments s’exacerbent, les mouvements s’accélèrent et les morts s’enchaînent. Son travail cristallise les lignes de fractures des deux camps.

La ville, personnage principal du roman, où se déroule plus que la majorité du roman (une petite excursion du régulateur de trafic dans le reste du pays) offre un sentiment de claustrophobie. Les incursions sur les hauteurs, où dominent l’aéroport, le palais du président Vados et la station de radiotélédiffusion, sont rares et accentuent le sentiment d’oppression.

Derrière la critique de l’opposition sociale et spatiale,

Brunner

rejoue une partie d’échec, et nous livre grandeur urbaine une manipulation de l’homme qu’il n’appelle pas de ses vœux. Le leit motiv de la partie d’échec, jeu révéré par la population d’Aguazul, a un côté qui fait grincer des dents, mais au final il est indispensable à la cohérence du roman.

Brunner

met en place un triple niveau de compréhension dont il joue pleinement : la vision du personnage sensé neutre, celle du lecteur, narration à la troisième personne qui fait qu’on suit Hakluyt mais qu’on ne pense pas Hakluyt, pour autant le lecteur échappe-t-il à toute manipulation, lui qui est mené par l’auteur. Un livre Intelligent, jamais didactique et pourtant plein d’enseignement.




Ciudad de Vados est l'orgueil de la république d'Aguazul. Cette mégalopole futuriste, surgie du néant au beau milieu d'un pays imaginaire d'Amérique Centrale, est l'oeuvre d'un groupe de promoteurs, d'architectes et d'urbanistes venus de tous pays. Grâce à elle, le président Vados espère passer à la postérité. Pourquoi fait-il encore appel à un expert international en matière de trafic urbain ? Boyd Hakluyt est-il vraiment chargé de résoudre un problème de circulation ? Et s'il s'agissait plutôt d'éliminer le bidonville qui, en plein coeur de la cité, rappelle de façon gênante la misère d'Aguazul et trenit les rêves de grandeur du dictateur ? Peu à peu, Boyd découvre qu'il est manipulé comme une simple pièce dans un jeu dont la signification lui échappe. Quel est l'enjeu de cette partie impitoyable où tous les coups sont mortels ?

John Brunner, né en 1934, est l'un des trois ou quatre grands de la S.F. anglaise. Il est fasciné par les sociétés en décomposition (Tous à Zanzibar) comme par la violence et le cauchemar (les Chimères de l'ombre). Tout se retrouve dans La ville est un échiquier, roman d'action à l'emporte-pièce sur les lendemains qui déchantent. George Barlow a consacré à John Brunner un Livre d'Or très convaincant.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (10 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
Tous à Zanzibar   

Tous à Zanzibar

    

John Brunner



Cette critique est signée morca
23 réponses y ont été apportées. Dernier message le 20/02/2016 à 23h30 par Butch

Sur l'onde de choc   

Sur l'onde de choc

    

John Brunner



Cette critique est signée Lisbei
4 réponses y ont été apportées. Dernier message le 10/02/2016 à 19h11 par Butch

Virus   

Virus

    

John Brunner



Cette critique est signée Cyril
1 réponse y a été apportée. Dernier message le 23/12/2005 à 16h34 par zomver

Le long labeur du temps   

Le long labeur du temps

    

John Brunner



Cette critique est signée Franz
11 réponses y ont été apportées. Dernier message le 08/09/2006 à 12h00 par TOUKO

Le creuset du temps   

Le creuset du temps

    

John Brunner



Cette critique est signée Cyril
20 réponses y ont été apportées. Dernier message le 02/01/2018 à 12h03 par Butch

Polymath   

Polymath

    

John Brunner



Cette critique est signée Cyril
5 réponses y ont été apportées. Dernier message le 27/02/2006 à 14h57 par Jim

La planète folie   

La planète folie

    

John Brunner



Cette critique est signée looper
3 réponses y ont été apportées. Dernier message le 09/09/2006 à 23h39 par Fragon

Eclipse totale   

Eclipse totale

    

John Brunner



Cette critique est signée Cyril
7 réponses y ont été apportées. Dernier message le 26/01/2013 à 13h27 par Olivier

Noire est la couleur   

Noire est la couleur

    

John Brunner



Cette critique est signée Cyril
6 réponses y ont été apportées. Dernier message le 01/08/2007 à 16h28 par Cyril

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire