Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
18 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
oman

Inscrit le :
11/02/2005
90 critiques
994 messages
Consulter le profil de oman
Envoyer un message privé à oman

Ravage

René Barjavel


Ravage
Première parution : 27 septembre 1972

 Pour la présente édition :

Editeur : Gallimard
ISBN : 2070362388

Ce livre est noté   (4/5 pour 2 évaluations)


J'ai lu ce livre et je souhaite donner mon avis
La critique du livre
Lire l'avis des internautes (23 réponses)

Entrée en matière :

« François Deschamps soupira d’aise et déplia ses longues jambes sous la table.
Pour franchir les deux cents kilomètres qui le séparaient de Marseille, il avait traîné plus d’une heure sur un voie secondaire et supporté l’ardeur du soleil dans le wagon tout acier d’un antique convoi rampant. Il goûtait maintenant la fraîcheur de la buvette de la gare Saint-Charles. Le long des murs, derrière des parois transparentes, coulaient des rideaux d’eau sombre et glacée. Des vibreurs corpusculaires entretenaient dans la salle des parfums alternés de la menthe et du citron. Aux fenêtres, des nappes d’ondes filtrantes retenaient une partie de la lumière du jour. Dans la pénombre, les consommateurs parlaient peu, parlaient bas, engourdis par un bien-être que toute phrase prononcée trop fort eût troublé… »


L’histoire :

Paris, XXIe siècle. Les temps ont changé, la vie est maintenant plus facile que nos aïeux : le monde est à l’âge atomique, où tout est plus vite plus haut plus fort. Mais les gens ont décidé qu’il fallait se recentrer sur l’homme, et revenir à des technologies plus en adéquation avec leur mode de vie, basé parfois sur les loisirs et l’oisiveté.
François Deschamps est artiste et originaire de la campagne ainsi que Blanche Rouget. Officiellement, ils sont deux amis d’enfance, mais secrètement, il est amoureux de sa petite Blanche, insouciante. Et François s’inquiète dès lors que Blanche abandonne ses études pour devenir une star aux côtés de Jérôme Seita, magna de presse, qui n’arrête pas de mettre des bâtons dans les jambes de François. Soudain, le grand noir, dehors, c’est la chute des villes…

Le rat des villes et le rat des champs.

Barjavel

, dans ce roman décrit une civilisation où le tout atomique rend la vie de tous les jours plus facile, l’avènement des communications comme détentrice des pouvoirs économiques, par opposition aux gens des campagnes, encore bien loin de toute la technologie des villes, et bien loin de posséder tout pouvoir sur la nation. Sauf que… privés de toute énergie qui fait leur pouvoir, les citadins ne sont plus rien. Ils sont obligés pour survivre de se déchirer, de piller, et sont parfois incapables de faire face à la situation. A l’exception d’un jeune homme à l’éducation paysanne qui va réussir à organiser un petit groupe, et à lui permettre de survivre. Une situation qui, avouons le s’inspire de la situation de la guerre de 1939-1945, pendant laquelle ce roman est écrit. Le feu, les pillages, les maladies, les rationnements des personnages sont des métaphores à peine voilées de la situation des citoyens de Paris pendant l’occupation.

Barjavel

y laisse le message que la vie, la mentalité paysanne est la meilleure chance à chacun de survivre à tout. L’esprit pragmatique, terre à terre, permet de faire face à la vie rude et parfois austère que l’on peut mener sans toute cette technologie qui fait des hommes des pauvres animaux sans défense.
Le dénouement est d’ailleurs sans équivoque : revenons à la terre, sus à la technologie !

L’histoire.
Cette histoire de déchéance est magnifiquement décrite : la partie « la chute des villes » est un beau de moment d’écriture de post-apocalyptique. Le passage de l’asile des fous est particulièrement bien réussi.

Barjavel

signe avec de roman son plus gros succès car le plus étonnant dans le paysage littéraire du moment. La littérature française prend un tournant dans la science fiction à cette époque là. Il est l’un des pionniers.

Un très bon roman à lire, même si la fin résume une opinion bien personnelle de l’auteur à cette époque.

Extraits :

« Un froid atroce envahit d’un seul coup le couloir. Les deux hommes voient le docteur reculer, tourner vers eux son visage convulsé d’horreur, ses yeux presque arrachés des orbites par l’épouvante regardant par l’entrebaillement de la porte ce qu’ils ne peuvent voir et qui doit être l’Abominable… Le froid leur a déjà gelé tous les muscles superficiels. Ils ont la peau dure comme de la glace. Ils ne peuvent plus bouger. Le froid s’enfonce en eux, atteint les côtes, les poumons. Le docteur tombe contre la porte. La porte se referme en claquant. »




De l'autre côté de la Seine une coulée de quintessence atteint, dans les sous-sols de la caserne de Chaillot, ancien Trocadéro, le dépôt de munitions et le laboratoire de recherches des poudres. Une formidable explosion entrouvre la colline. Des pans de murs, des colonnes, des rochers, des tonnes de débris montent au dessus du fleuve, retombent, sur la foule agenouillée qui râle son adoration et sa peur, fendent les crânes, arrachent les membres, brisent les os. Un énorme bloc de terre et de ciment aplatit d'un seul coup la paroisse du Gros-Caillou. En haut de la Tour, un jet de flammes arrache l'ostensoir des mains du prêtre épouvanté.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (23 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
La nuit des temps   

La nuit des temps

    

René Barjavel



Cette critique est signée oman
9 réponses y ont été apportées. Dernier message le 02/01/2013 à 13h23 par Butch

Le grand secret   

Le grand secret

    

René Barjavel



Cette critique est signée oman
5 réponses y ont été apportées. Dernier message le 28/11/2005 à 15h59 par Cyril

Le diable l'emporte   

Le diable l'emporte

    

René Barjavel



Cette critique est signée oman
2 réponses y ont été apportées. Dernier message le 01/12/2005 à 16h52 par Cyril

Le voyageur imprudent   

Le voyageur imprudent

    

René Barjavel



Cette critique est signée oman
1 réponse y a été apportée. Dernier message le 06/06/2005 à 09h24 par arthuraccroc

Colomb de la lune   

Colomb de la lune

    

René Barjavel



Cette critique est signée Fred Noctis
2 réponses y ont été apportées. Dernier message le 13/04/2009 à 11h20 par Fred Noctis

La peau de César   

La peau de César

    

René Barjavel



Cette critique est signée Fred Noctis
Aucune réponse pour le moment...

L'Enchanteur   

L'Enchanteur

    

René Barjavel



Cette critique est signée Fred Noctis
2 réponses y ont été apportées. Dernier message le 13/04/2009 à 11h26 par Fred Noctis

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire