Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
28 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
oman

Inscrit le :
11/02/2005
90 critiques
994 messages
Consulter le profil de oman
Envoyer un message privé à oman

Le voyageur imprudent

René Barjavel


Le voyageur imprudent
Illustration : François de Constantin
Première parution : 16 novembre 1973

 Pour la présente édition :

Editeur : Gallimard
ISBN : 2070364852

Ce livre est noté   (4/5 pour 1 évaluations)


J'ai lu ce livre et je souhaite donner mon avis
La critique du livre
Lire l'avis des internautes (1 réponses)

Entrée en matière :

« Il faisait un froid de guerre. Au petit matin, le sergent Mosté découvrit un soldat, demi nu, tordu en travers des feuillées. Le gel qui montait de la neige l’avait empoigné à mort. Ses cuisses sonnaient au doigt comme des planches. Quatre hommes l’emportèrent. Celui qui le prit par la tête lui cassa les oreilles. »

L’histoire :

1940, la France est en pleine guerre, et tous les hommes valides sont réquisitionnés. Parmi eux, un professeur de mathématiques, Pierre Saint-Menoux arrive par hasard devant une jeune fille brune au teint d'albâtre qui le menera vers son destin. Elle le fait entrer dans une salle où se trouve Essaillon, un homme handicapé sous les genoux et père de Annette, qui l'avait guidé. Il se présente comme la personne qui s'était intéressé aux travaux de Saint-Menoux juste avant la guerre et lui annonce avec un grand sourire qu'il savait que ce dernier arriverait à cet endroit, à cet instant. Pour le convaincre, il le fait revenir 2 heures dans le passé. Conquit, Pierre prend une pilule lui permettant de se retrouver 2 ans plus tard et de commencer l'etude et l'exploration du temps...

Aaah ! L'exploration du temps...
Un rêve que les hommes ont toujours voulu concrétiser, mais faute de pouvoir construire une théorie mathématique y menant, c'est toujours resté un rêve.
Mais comment appréhender ces voyages dans le temps, comment réguler les abus ?
Ce livre ne répond à cette question. Par contre, il répond à la question paradoxale du retour dans le passé qui est celle-ci : que se passe t-il si l'on revient dans le passé et que l'on change le cours du temps, à tel point que que l'on met en péril sa propre naissance, par exemple. Qu'advient-il ? Et il m'a fallu attendre la 175eme page pour que l'auteur réponde à cette question que je m'étais posée, en lisant la machine à explorer le temps de Wells, qui d'ailleurs avait totalement occulté la question. Par contre, à l’instar de Wells,

Barjavel

nous plonge vers l’horrible futur vers lequel nous tendons, froid, inhumain, terrible.

Outre cette réflexion, Le voyageur imprudent est aussi une histoire d'amour, chère à

Barjavel

: les amours impossibles, inaccessibles, belles, que certains trouveront ridicules, mais qui sont la marque de fabrique de cet auteur que j'apprécie particulièrement.
On ressent aussi la formation journalistique de cet auteur qui a le soucis du détail lorsqu'il s'agit de faits historiques.
A noter que ce roman date de 1958, alors un peu d'indulgence si le roman semble avoir pris quelques rides :

Barjavel

est un des grands auteurs écrivains français, un des pionniers, qui a exploré beaucoup des thèmes de la science fiction. Et il nous raconte de belles histoires.

Un classique.

Extraits :

« En tous lieux où j’ai parcouru la terre, je l’ai vue jalonnée par des alignements des cônes où vivent les hommes-ventres. Entre ces constructions innombrablement pareilles, le sol est couvert de pâturages et de forêts d’arbres fruitiers. L’homme nouveau ne pratique pas la culture à proprement parler. Il s’est contenté d’exterminer tous les végétaux inutiles ou nuisibles. Il a également détruit les oiseaux, les poissons, les reptiles, les batraciens, […]tous les habitants des eaux, de l’air et de la terre, dont il avait renoncé à se servir. Les mammifères ont été réduits à deux espèces : les vaches et les porcs devenus, herbivores. »

« Une pensée tout à coup le frappa.
« Si maintenant, se dit-il, je changeais de route ? Si je passais sans m’arrêter devant les trois marches de la maison du sorcier ? Je suis libre de bifurquer. Je peux éviter les événements dont je prévois la venue, modifier ma destinée, rester un soldat comme les autres, pour qui le temps se mesure à l’accumulation des souffrances. Je peux aller m’embarquer sans voir Noël Essaillon… » »


La fiche du roman sur Culture-SF : Le voyageur imprudent




Mon premier voyage après l'accident me ramena au lieu même où il s'était produit. Sous la coupole, dans la lumière des champignons, les débris de mon maître mettaient leurs tâches sombres sur l'or roux de la chevelure de la tête coupée. L'expression de celle-ci n'avait pas changé. Les yeux clos, les lèvres enfin calmées esquissaient un sourire de paix totale.

"La science-fiction a fait du chemin en France, mais le roman de Barjavel demeurera toujours comme un classique du genre qu'il faut avoir lu, comme il faut avoir lu Jules Verne et H.G. Wells " (Pierre Desgraupes, Lecture pour tous).


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (1 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
La nuit des temps   

La nuit des temps

    

René Barjavel



Cette critique est signée oman
9 réponses y ont été apportées. Dernier message le 02/01/2013 à 13h23 par Butch

Le grand secret   

Le grand secret

    

René Barjavel



Cette critique est signée oman
5 réponses y ont été apportées. Dernier message le 28/11/2005 à 15h59 par Cyril

Le diable l'emporte   

Le diable l'emporte

    

René Barjavel



Cette critique est signée oman
2 réponses y ont été apportées. Dernier message le 01/12/2005 à 16h52 par Cyril

Ravage   

Ravage

    

René Barjavel



Cette critique est signée oman
23 réponses y ont été apportées. Dernier message le 12/06/2012 à 19h42 par Olivier

Colomb de la lune   

Colomb de la lune

    

René Barjavel



Cette critique est signée Fred Noctis
2 réponses y ont été apportées. Dernier message le 13/04/2009 à 11h20 par Fred Noctis

La peau de César   

La peau de César

    

René Barjavel



Cette critique est signée Fred Noctis
Aucune réponse pour le moment...

L'Enchanteur   

L'Enchanteur

    

René Barjavel



Cette critique est signée Fred Noctis
2 réponses y ont été apportées. Dernier message le 13/04/2009 à 11h26 par Fred Noctis

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire