Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
18 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
Lisbei

Inscrit le :
23/05/2005
20 critiques
2802 messages
Consulter le profil de Lisbei
Envoyer un message privé à Lisbei

Les contes de Neverÿon

Samuel Delany


Les contes de Neverÿon
Traduction : Eric Chédaille
Illustration : Keleck
Titre original : Tales of Neverÿon
Première parution : 1979

 Pour la présente édition :

Editeur : J.C. Lattès
Collection : Titres SF

La critique du livre
Lire l'avis des internautes (3 réponses)

Il y a 5 contes. Et tout commence avec Gorgik : en effet, celui-ci a 16 ans lorsque sa vie bascule, au moment de l'arrivée au pouvoir de l'impératrice enfant Ynelgo, dont le règne est juste et généreux. Ses parents sont tués, lui-même est enlevé en esclavage dans une mine, d'où le sort la vizerine Myrgot, qui s'est prise de goût pour lui. Elle l'emmènera à la Cour, et là l'oubliera suffisamment pour qu'il rencontre, par un hasard dangereux, l'impératrice. Puis il partira vers d'autres aventures, en emportant un astrolabe dont sa protectrice lui a fait cadeau et en évitant la péninsule de Garth, où Lord Aldamir a son château.

La vieille Venn, elle, autant que faire se peut dans une société somme toute primitive, s'est toujours consacrée à la recherche : quel est le sens de l'argent, comment modifie-t'il une société, comment construire un pont qui ne s'effondre pas... Là où l'argent se trouve, nourriture, travail et savoir-faire sont absents ; Là où l'argent se trouve, nourriture, travail et savoir-faire seront bientôt présents, ou l'étaient peu de temps avant. Par sa nature même d'objet d'échange, la pièce de bronze occupe soit un lieu d'où la richesse en nature vient de partir, soit un lieu où elle viendra bientôt. Et elle donne des cours aux enfants, dont la petite Norema, qui plus tard rejoindra la capitale, Kolhari, et voyagera beaucoup.

Petit Sarg était un véritable prince barbare, ce qui impliquait que le frère de sa mère portât des bijoux de femmes. Après sa capture par des étrangers il se mit alors subitement à conceptualiser quelque chose ressemblant de très près à une vision historique, découverte que vous et moi, qui n'en avons jamais été dénué, ne saurions mesurer. [...] Après cela, bien sûr, il ne put jamais redevenir un véritable barbare. Il sera acheté par Gorgik.

Dans le conte suivant, celui des Potiers et des Dragons, on verra Corbeau, la mercenaire envoyée pour tuer Lord Aldamir, sauver la vie de Norema, parce qu'elle est une femme, sans se donner autant de mal pour Bayle, l'apprenti potier... On verra aussi que la puissance de Lord Aldamir n'est pas là où on s'y attendrait.

Et dans le dernier conte, celui des Dragons et des Rêveurs, on mesurera le passage du temps, en voyant que les rôles s'échangent à leur gré entre Gorgik et Petit Sarg, que Gorgik passe devant Myrgot sans la reconnaître, et que Corbeau et Norema ne se sont plus quittées. On saura enfin le fin mot du mystère de ces balles avec lesquelles jouent les enfants.

De même qu'un mot prononcé en trois circonstances différentes, peut signifier trois choses totalement différentes, le collier porté en trois circonstances différentes - le sexe, l'affection, et la société - possède trois significations différentes, précisa Gorgik. Entre le sexe et la société, le rapport est celui d'un objet à son image dans un miroir. L'un inverse l'autre.

Je n'avais de cet ouvrage qu'un souvenir, bon mais vague, très vague. Merci à Jim qui me l'a fait relire. J'ai pris plaisir à cette redécouverte, où

Delany

utilise les canons habituels de l'heroic fantasy (ou s'agit-il de la "high one" ? J'ai un doute...) pour une réflexion sur le langage, sur ce qui compose une civilisation, et sur les traces qu'elle laisse.

Cela dit, plusieurs niveaux de lecture sont possibles, et on prendra aussi plaisir à le lire comme de l'heroic fantasy, sans se poser plus de questions qu'à la lecture de Conan le Barbare. Quoique... Il y a quand même cette distance dont fait constamment preuve l'auteur avec ses personnages et avec l'action, dont les quelques extraits que j'ai cités devraient vous donner une idée...

Et les fans de SF pure et dure seront bien évidemment totalement rebutés par ce recueil... J'en ai peur, du moins. Si vous vous laissez tenter, en zomveria, par exemple, vous ne direz pas que je n'avais pas prévenu... Pour les autres, n'hésitez pas, si vous le trouvez : il y a toujours le style à la fois luxuriant et maîtrisé de

Delany

, et c'est une histoire bien construite, sur le modèle des Chroniques martiennes.




Sous l'auvent de chaume qui couvrait la moitié de la place, le marché d'Ellanon fermait. Une ombre parcourut la poussière pour s'arrêter sur le lourd madrier auquel trois esclaves étaient attachés. Le marchand releva la tête et regarda le géant aux nattes poussièreuses. Gorgik cracha aux pieds du marhand, souleva un jeune garçon par l'épaule, décrocha ses chaînes de la barre de bois, paya et le poussa devant lui. Après quelques pas, Petit Sarg se tordit le cou pour regarder son nouveau maître. "Tu aurais dû prendre la femme, dit-il. Elle t'aurait donné son travail le jour et son corps la nuit". Gorgik tira sur la chaîne. "Pourquoi ? tu ne penses pas pouvoir m'en donner autant ?"
Neverÿon c'est un monde sauvage, barbare, inoubliable où vivent Gorgik, l'ancien esclave racheté par la vizerine Myrgot, l'Impératrice-enfant Ynelgo, Petit-Sarg le prince inculte, Raven la guerrière masquée...


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (3 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
Vice versa   

Vice versa

    

Samuel Delany



Cette critique est signée Olivier
3 réponses y ont été apportées. Dernier message le 30/05/2005 à 12h24 par Lisbei

Hogg   

Hogg

    

Samuel Delany



Cette critique est signée Olivier
4 réponses y ont été apportées. Dernier message le 27/03/2006 à 15h13 par Jim

Nova   

Nova

    

Samuel Delany



Cette critique est signée vda
21 réponses y ont été apportées. Dernier message le 17/11/2019 à 09h45 par lacroute

Babel 17   

Babel 17

    

Samuel Delany



Cette critique est signée vda
11 réponses y ont été apportées. Dernier message le 13/02/2008 à 21h14 par Olivier

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire