Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
12 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
118 critiques
7313 messages
Consulter le profil de Olivier
Envoyer un message privé à Olivier

Hogg

Samuel Delany


Hogg
Titre original : Hogg
Première parution : 2006

 Pour la présente édition :

Editeur : Désordres

La critique du livre
Lire l'avis des internautes (4 réponses)

Absent depuis belle lurette des rayons de nos chères librairies francophones, Samuel

DELANY

reste une figure de proue de la new wave. Il fut d'ailleurs le premier auteur à avoir raflé le Nebula deux fois de suite, pour ses deux chef-d'œuvres que sont "Babel 17" et "L'intersection Einstein". Il s'est ensuite plus ou moins détourné de la sf pour embrasser une carrière universitaire, tout en publiant des ouvrages mêlant la violence et une sexualité extrême, dont "Hogg" est la meilleure illustration.

C'est donc peu dire que cette critique s'adresse à des lecteurs avertis.

"Hogg" est narré par un personnage dont on connaît vaguement le physique, âgé d'une dizaine d'années, mais dont on ne sait rien de plus. Ni son nom, ni ses attitudes, ni rien d'autre : il existe par ce qu'il fait aux autres et par ce que les autres lui font. Il nous raconte l'histoire d'un personnage monstrueux et immonde, Hogg. Dégueulasse, il ne se lave pas, urine et défèque sans même ôter son pantalon qu'il porte depuis des lustres, j'en passe et des meilleurs, comme ses vers. Il semble vivre de l'argent que lui verse un riche personnage contre des actions sordides, à savoir violer et torturer des femmes de la plus horrible façon, sans les tuer. Hogg va donc trimbaler notre narrateur, qu'il appelle Suceur de queues, dans une errance faite de sang, de pisse, de merde, de crasse et de sperme. Seul ou avec d'autres personnages d'un aussi répugnant pedigree, Hogg et son Suceur vont -si l'on ose dire- s'envoyer en l'air, violer et torturer tout au long du livre, où les scènes de coprophagie alternent avec d'autres joyeusetés tout aussi sordides, dans un Sud des Etats-Unis peuplé de racistes, d'incestueux, aussi illettrés que pervers, ne s'exprimant que par grossièretés, dans un langage rustre et parfois incertain. Autant dire que ce Sud là n'a rien à envier à celui d'un Barry GIFFORD ("La ballade de Marble Lesson") ou de Jim THOMPSON ("1275 âmes"). Cependant, aussi curieux que cela puisse paraître, "Hogg" est une histoire d'amour, celle de Hogg et de son Suceur de queue, où petit à petit, la perversion se transmue en anormalité, tandis que le vice se sublime en dépravation. Certes, il s'agit là bel et bien d'un amour hors-norme, sordide et abject dans ses manifestations, mais il n'en demeure pas moins que les sentiments qui unissent peu à peu nos deux protagonistes sont clairement amoureux. Amour hors norme et donc d'autant plus fascinant qu'il est porté par une écriture maîtrisée, et souvent remarquable. S'il écrit une œuvre résolument et terriblement trash, qui mettra d'ailleurs près de 20 ans avant d'être éditée,

DELANY

le fait avec l'excellence qu'on lui connaît, ce qui lui vaut d'ailleurs les salutations de Norman MAILER ou de Bruce BENDERSON.
Le lecteur aura un peu l'impression de se retrouver avec "Orange mécanique" dont la présente version aurait été rendue gore par SADE puis revue par un GENET sous amphétamines : c'est peu dire qu'à coté "American psycho" d'ELLIS fait franchement office d'une mièvrerie digne du pire Walt DISNEY, ou que le terrible "Enfer clos" de Claude ECKEN ressemble à une bluette gorgée d'eau de rose, façon Barbara CARTLAND. Ce livre s'adresse donc à un public restreint, il ne reste donc plus qu'à espérer qu'il le trouve. Toutefois, il ne contient à proprement parler aucun élément science-fictif, et rien ne permet non plus de le rattacher au fantastique, à la fantasy ou aux transfictions. Œuvre littéraire éprouvante mais fascinante, "Hogg" est un livre extrême, par l'histoire bien sûr, mais aussi par la qualité et le soin de son écriture. Poème pervers et vénéneux, il fait partie de ces lectures dont on ne peut absolument pas sortir indemne, mais pour lesquelles on éprouve une satisfaction : celle d'avoir lu un livre bien écrit, qui évite l'écueil de la gratuité et du putassier.
Enfin, quiconque voudrait découvrir l'oeuvre strictement SF de

DELANY

ne saurait même feuilleter cet ouvrage. "Babel 17", par son intelligence et ses qualités littéraires est hautement recommandable, dans l'espoir d'une vraie réédition de l'oeuvre de

DELANY

.
"Hogg" est une part intégrante et majeure de l'oeuvre de

DELANY

, que l'on recommandera plutôt à ses fans qu'aux seuls lecteurs de SF. On ne peut aussi que le recommander à ceux qui voudraient tenter une expérience extrême, qui les portera aux limites de la littérature, de l'indicible et de l'imagination.




Enorme, ferme, le ventre de Hogg s'étalait sous le mien. Son bras épais, en se dépliant, s'étendit sur mon dos. Je fourrai le nez dans le tissu, désormais sec, sous son aisselle. La sueur séchée avait une odeur mi-aigre, mi-douceâtre. Il changea de position, tenta de glisser son visage sous le mien : son haleine évoquait l'intérieur d'un congélateur plein que l'on aurait débranché pendant un mois avant d'ouvrir la porte.





Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (4 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
Vice versa   

Vice versa

    

Samuel Delany



Cette critique est signée Olivier
3 réponses y ont été apportées. Dernier message le 30/05/2005 à 12h24 par Lisbei

Les contes de Neverÿon   

Les contes de Neverÿon

    

Samuel Delany



Cette critique est signée Lisbei
3 réponses y ont été apportées. Dernier message le 24/04/2006 à 11h27 par Lisbei

Nova   

Nova

    

Samuel Delany



Cette critique est signée vda
21 réponses y ont été apportées. Dernier message le 17/11/2019 à 09h45 par lacroute

Babel 17   

Babel 17

    

Samuel Delany



Cette critique est signée vda
11 réponses y ont été apportées. Dernier message le 13/02/2008 à 21h14 par Olivier

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire