Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
10 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
Jim

Inscrit le :
17/08/2005
25 critiques
4503 messages
Consulter le profil de Jim
Envoyer un message privé à Jim

Zone de feu émeraude

Lucius Shepard


Zone de feu émeraude
Traduction : William Olivier Desmond
Illustration : Philippe Gauckler
Première parution : novembre 1988

 Pour la présente édition :

Editeur : Denoël
Collection : Présence du futur
ISBN : 2-207-30476-0

Ce livre est noté   (3/5 pour 1 évaluations)


J'ai lu ce livre et je souhaite donner mon avis
La critique du livre
Lire l'avis des internautes (5 réponses)

Au travers de ses nouvelles, Lucius

Shepard

affiche une prédilection pour les thèmes de la fragilité du réel, les passions farouches des hommes, les sortilèges de la nature. Ce recueil n’y fait pas exception.

Il comprend sept nouvelles :

Zone de feu Emeraude : G.I. en mission de reconnaissance dans la moiteur de la jungle guatémaltèque, Quinn Edward se trouve contraint de contenir les assauts d'un groupe de déserteurs manifestement désaxés car affirmant ne plus devoir obéissance qu'à une mystérieuse Reine, souveraine de ces lieux sauvages.
L'histoire démarre fort: le lecteur est placé au plus près de ce soldat en mauvaise posture, et comme ses sens sont exacerbés par l'adrénaline et les drogues militaires expérimentales,

Shepard

en profite pour magnifier l'étrangeté de l'endroit, hanté par la peur et une certaine magie.
Par la suite, l'intrigue renvoie à des textes antérieurs (Salvador, Le chasseur de jaguar) et exploite des idées très semblables, trop à mon goût, d'où une légère déception malgré la qualité d'atmosphère.

Dernière valse à Nadoka : un rocker cherche à fuir ses erreurs passées en prenant la route, direction Tulsa, Oklahoma. Il sera bloqué avant destination, dans un bled où il fera deux rencontres décisives, avec une accueillante jeune femme et de sophistiquées machines à musique qui semblent lui parler en esprit.
Cette nouvelle m’a laissée sur le bord du chemin. Je n’ai pas perçu où l’auteur voulait me mener ni où battait le cœur du récit : dans les figures féminines opposées aux symboliques respectives de mort et de passé, de vie et d’avenir ? dans l’influence mystérieuse et fatale de la musique ? Je ne pourrai pas dire que cette histoire soit mauvaise; simplement, je ne suis pas entré dans la danse.

L'Aragne solaire : un fantasque chercheur, habitant avec sa belle épouse dans une grande station d’observation et d’étude du Soleil, est obsédé par la possible existence d’une forme de vie à la surface de l’astre.
Au-delà du contexte scientifique et du sense of wonder inhérent à la proximité de l’étoile du jour, ce récit, narré alternativement par les deux personnages principaux, est avant tout une belle histoire sur l’amour idéalisé, qui compense par la générosité des sentiments une intrigue somme toute pauvre en action.

L'Arcevoalo : un homme qui n’en est pas un se réveille dans la forêt amazonienne ; il est le bras d’une Nature revancharde dans sa guerre contre l’homme du futur, et son arme sera l’Amour.
Un héros qui découvre ses pouvoirs, le monde et, surtout, le tumulte des émotions humaines.
Une cité et ses habitants qui cachent leur laideur grâce à l’illusion technologique.
Une vision fantastique de joutes romantiques et barbares à la Roméo et Juliette…
Cette nouvelle est une splendeur.

Exercice spirituel : un prêtre, en crise de foi et fort sensible aux tentations de la chair, se rêve en meneur d’une révolution spirituelle où les vices des uns trouveraient leurs compléments dans ceux des autres. Il voit en ses ouailles de parfaits cobayes.
Entre psychologie et luxure, il plane sur cette nouvelle comme un perpétuel ciel d’orage, jusqu’au rugissement final du tonnerre.

Aymara : un jeune journaliste de Nouvel-Angleterre part au Honduras pour enquêter sur un ancien général américain, devenu mercenaire, et qui joua un rôle important dans les conflits qui ensanglantèrent la région. Il en ramènera une invraisemblable histoire de voyage dans le temps, qui lui permettra pourtant de lancer sa carrière, et s’éprendra d’une jeune femme qui, comme lui, a des sympathies pour les mouvements gauchistes.
Ancrée dans une dure réalité sociale, cette nouvelle n’en demeure pas moins une des plus science-fictives de cet ouvrage puisque l’auteur use du motif classique des paradoxes temporels. Et il s’acquitte de l’exercice de belle manière en dosant habilement le spectaculaire et l’intime.

Delta Sly Honey : Randall J. est un pauvre hère dans l’enfer du Vietnam. Assigné à la morgue, sujet aux brimades de son supérieur hiérarchique, il n’est vraiment vivant que lorsqu’il divertit ses compagnons d’arme par ses improvisations radio. Mais quand les soldats fantômes qu’il a inventé à cette occasion se mettent à lui répondre, c’est le cours de son existence qui en sera changé.
Cette dernière histoire rend superbement l’impression de confusion qui règne dans une zone de guerre où les morts et les vivants se cotoient et se ressemblent trop.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Au final, alors que j’avais quelques réserves au début de ma lecture, la façon dont

Shepard

nous prend au cœur et aux tripes aura de nouveau emporté mon adhésion.
Ce recueil plaira indubitablement à ceux qui ont déjà apprécié cet auteur, ainsi qu’à bien d’autres.




Seul survivant de sa patrouille, un soldat américain erre dans la jungle guatémaltèque, harcelé par des déserteurs détraqués qui lui communiquent leur passion perverse pour la reine invisible de cette forêt...
Un musicien de rock en cavale échoue dans une petite ville d'Oklahoma pour se retrouver confronté aux sortilèges de la musique sous la forme d'antiques juke-boxes qui parlent à son âme...
Ancien conquistador rendu à la vie par une forêt amazonienne mutante, il a pour mission de combattre les humains de retour des cités spatiales...
Autant de personnages qui, d'une manière ou d'une autre, subissent l'épreuve du feu. Autant de récits où passe un grand souffle d'exotisme primitif.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (5 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
Thanatopolis   

Thanatopolis

    

Lucius Shepard



Cette critique est signée Jim
11 réponses y ont été apportées. Dernier message le 15/03/2007 à 10h26 par Franz

Le Chasseur de jaguar   

Le Chasseur de jaguar

    

Lucius Shepard



Cette critique est signée Jim
3 réponses y ont été apportées. Dernier message le 17/01/2006 à 11h58 par Lisbei

Kalimantan   

Kalimantan

    

Lucius Shepard



Cette critique est signée Lisbei
3 réponses y ont été apportées. Dernier message le 03/06/2007 à 09h49 par Jim

Aztechs   

Aztechs

    

Lucius Shepard



Cette critique est signée Maralan
10 réponses y ont été apportées. Dernier message le 14/05/2008 à 21h26 par Jim

Louisiana breakdown   

Louisiana breakdown

    

Lucius Shepard



Cette critique est signée Olivier
12 réponses y ont été apportées. Dernier message le 16/06/2017 à 08h52 par Butch

Sous Des Cieux Etrangers   

Sous Des Cieux Etrangers

    

Lucius Shepard



Cette critique est signée lacroute
2 réponses y ont été apportées. Dernier message le 01/07/2012 à 18h51 par lacroute

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire