Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
12 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
115 critiques
7194 messages
Consulter le profil de Olivier
Envoyer un message privé à Olivier

Louisiana breakdown

Lucius Shepard


Louisiana breakdown
Traduction : Henry-Luc Planchat
Illustration : Philippe Gady
Titre original : Louisiana breakdown
Première parution : 2003

 Pour la présente édition :

Editeur : Le Bélial'
Date de parution : 2007

Ce livre est noté   (4/5 pour 1 évaluations)


J'ai lu ce livre et je souhaite donner mon avis
La critique du livre
Lire l'avis des internautes (12 réponses)

CSFeux, CSFeuses,
Baudelairiens, Faulkneriens, Conradiens et

Shepard

iens,

Je ne vais ni vous mentir ni vous spolier.

Par contre, je m’excuse platement auprès de vous et encore plus auprès de votre banquier, pour cet achat supplémentaire. Puisse le Père noël avoir la générosité de vous permettre l’achat de ce court roman qui ne vaut pas cher, donc Papa noël ou votre belle-mère peut se montrer radin.

Graal, Louisiane profonde. Economiquement dévasté, rongé par les rumeurs et confit en dévotion, le bourg vivote malgré tout dans la mémoire de sa splendeur révolue. C'est à deux pas de là que par un soir d'été Jack Mustaine tombe en panne. Il attend qu'un garagiste vienne remorquer sa voiture pour la réparer le lendemain.
Mais c'est la police qui arrive en premier. Intrigué par ce chevelu qui voyage avec des guitares, le flic de l’Amérique profonde fait tout pour emmerder Jack. Ce dernier ne doit son salut qu'à l'arrivé de Joe Dill, le notable du village. Il se retrouve donc dans la voiture de Joe, joyeusement asticoté par sa jeune compagne d'origine viêt-namienne. Ils font route vers le Bon chance, le pub de Graal. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le nom est ironique. Car le Bon chance et surtout Graal seront plutôt le royaume d’Hadès qu’un simple pub du Dixieland. Et Jack va s’y métamorphoser bien malgré lui en Orphée au milieu des rednecks, avec Vida en guise d’Eurydice et la guitare pour toute lyre. La descente aux Enfers ne fait que commencer, et elle sera d’une noirceur abyssale.
Le lieu et l’ambiance du roman ne sont pas sans rappeler Piccirilli. Mais un Piccirilli bien moins déjanté et surtout beaucoup plus noir. Dans cette transposition subtile et remarquablement vénéneuse du mythe d'Orphée,

Shepard

rappelle bien plus le sombre Baudelaire des « Remords posthumes » et le Poe le plus noir, que le Samuel Delany de L'intersection Einstein.
Comme toujours chez

Shepard

, l’histoire ne serait rien sans l’ambiance et le lieu. En quelques pages, vous êtes transporté dans une Amérique sombre et fascinante. Il lui suffit de quelques évocations fugaces pour vous embourber en pleine Louisiane. D’un banal terrain vague où le soleil de plomb dessèche les préservatifs utilisés pour la luxure ou l’adultère à l’usine fermée depuis des lustres, c’est toute la vie de ce village et de ces habitants sinistrés qui est résumée en quelques lignes. La sorcellerie, l’animisme et le paganisme y forment un étrange syncrétisme avec un christianisme mâtiné de vaudou. Aussi étranger que Mustaine à cet univers, le lecteur perd vite pied, et s’enfonce avec délice et gourmandise dans les méandres des bayous.
Je ne peux terminer cette chronique sans saluer le travail remarquable d'Henry-Luc Planchat, qui signe ici son grand retour. Sobre et élégante, sa traduction colle à merveille à l’univers sombre et tourmenté de

Shepard

, dont l’écriture est l’improbable équilibre entre impressionnisme et expressionnisme.

Résolument inclassable et totalement incontournable, maginifiquement traduit, Louisiana Breakdown est à recommander à tous. Aux néophytes qui ont là une remarquable porte d'entrée dans l'univers

shepard

ien. Mais aussi aux

shepard

iens aguérris, qui seront ravis de retrouver un Lucius au meilleur de sa forme. Un livre qui trouvera sans problème sa place dans toute bonne bibliothèque, entre Joseph Conrad et William Faulkner.




Par le lauréat du Grand Prix de l'Imaginaire 2007 pour « Aztechs ».

« Si d'aventure vous allez faire une balade dans le sud-ouest de la Louisiane et que vous tombez sur une station-service délabrée où quelques vieux portant bretelles écoutent du base-ball à la radio en crachant leur jus de chique dans un pot, que vous passez ensuite devant une gargote et que vous apercevez après cela une fenêtre décorée de symboles occultes, un conseil : méfiez-vous et levez le camp au plus vite. Car si ce n'est sans doute pas la ville de Graal, c'est manifestement un endroit tout aussi bizarre, un de ces endroits où il est préférable de ne pas s'attarder. Ignorer ce conseil, c'est au mieux courir le risque de réaliser combien il demeure fort peu de magie dans ce monde, et combien elle est employée à des fins misérables. Au pire, c'est tomber amoureux. Et il ne faut surtout pas tomber amoureux dans pareil lieu. Croyez-moi sur parole et lisez donc ce qui est arrivé à Jack Mustaine... »

Né en 1947 en Virginie, Lucius Shepard est un écrivain voyageur. Ainsi, depuis ses quinze ans, âge où il quitte les États-Unis en cargo pour rejoindre l'Irlande, il n'a cessé de parcourir le monde : Europe, Sud-Est asiatique et, surtout, Amérique centrale — où il couvrira la guerre civile au Salvador comme journaliste freelance. Mille métiers pour autant de voyages, et une œuvre unique qui mobilise et émeut : Lucius Shepard ne cesse de repousser les frontières des genres et pioche au cœur de son vécu pour en tirer une vision du monde pétrifiante de justesse. Considéré outre-Atlantique comme un écrivain majeur, il est lauréat de huit prix Locus, un Hugo, un Nebula et deux World Fantasy Award.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (12 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
Thanatopolis   

Thanatopolis

    

Lucius Shepard



Cette critique est signée Jim
11 réponses y ont été apportées. Dernier message le 15/03/2007 à 10h26 par Franz

Le Chasseur de jaguar   

Le Chasseur de jaguar

    

Lucius Shepard



Cette critique est signée Jim
3 réponses y ont été apportées. Dernier message le 17/01/2006 à 11h58 par Lisbei

Zone de feu émeraude   

Zone de feu émeraude

    

Lucius Shepard



Cette critique est signée Jim
5 réponses y ont été apportées. Dernier message le 12/02/2016 à 11h24 par lacroute

Kalimantan   

Kalimantan

    

Lucius Shepard



Cette critique est signée Lisbei
3 réponses y ont été apportées. Dernier message le 03/06/2007 à 09h49 par Jim

Aztechs   

Aztechs

    

Lucius Shepard



Cette critique est signée Maralan
10 réponses y ont été apportées. Dernier message le 14/05/2008 à 21h26 par Jim

Sous Des Cieux Etrangers   

Sous Des Cieux Etrangers

    

Lucius Shepard



Cette critique est signée lacroute
2 réponses y ont été apportées. Dernier message le 01/07/2012 à 18h51 par lacroute

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire