Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
18 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
oman

Inscrit le :
11/02/2005
90 critiques
994 messages
Consulter le profil de oman
Envoyer un message privé à oman

Un paysage du temps

Gregory Benford


Un paysage du temps
Traduction : Michel Demuth
Illustration : David Rickert
Titre original : Timescape
Première parution : 14 février 2001

 Pour la présente édition :

Editeur : Gallimard
ISBN : 2070417727

Ce livre est noté   (4/5 pour 1 évaluations)


J'ai lu ce livre et je souhaite donner mon avis
La critique du livre
Lire l'avis des internautes (5 réponses)

Entrée en matière :

« Printemps 1998.

John Renfrew, morose, se dit : n’oublie pas de sourire le plus souvent possible. Les gens avaient l’air d’aimer ça. Et jamais ils ne se demandaient pourquoi vous souriiez, quel que fut le ton de la conversation. Il supposait que c’était considéré plutôt comme une marque de bonne volonté, un de ces trucs de société qu’il ne réussirait jamais vraiment à maîtriser… »


L’histoire :

1998. Le monde agonise, une algue mutante dont l’origine est la pollution humaine, est en train de s’étendre à une vitesse exponentielle. La communauté et les fonds scientifiques sont monopolisés par cette menace terrifiante, pendant que dans un laboratoire de Cambridge deux chercheurs ont mis au point un moyen de communiquer avec le passé, par le biais de tachyons, découverts physiquement depuis peu, des particules voyageant à des vitesses subluminiques (quasi instantanées). Ils attendent les fonds pour mettre en garde le passé face à la diatomée galopante.
1963. Un chercheur et son étudiant ont des parasites, un bruit de fonds organisé, dans leur expérience de résonance magnétique…

Le temps en question.
Après avoir abordé le sujet du voyage dans le temps de manière assez romancée dans les ouvrages de Barjavel (le voyageur imprudent), de Wells (la machine à explorer le temps), de Anderson (la patrouille du temps) et d’une certaine manière avec Powers (les voies d’Anubis), voici donc une autre version de ce fameux voyage dans le temps.
Les autres auteurs ont abordé le problème du petit fils tuant son grand père comme la boucle paradoxale insoluble : le petit fils tue le grand père, donc le grand père n’existe pas, donc le petit fils n’existe pas et ne peut pas tuer le grand père, donc le grand père est vivant, donc le petit fils est vivant etc.

Ici,

Benford

nous raconte une histoire plus scientifique, plus étayée par des théories mathématiques.
En effet, le tachyon est dans la théorie depuis le début des années 60 et il entre dans la théorie des cordes et mécanique quantique (voir l’article de vulgarisation http://depire.free.fr/publique/THC/ et particulièrement la page http://depire.free.fr/publique/THC/Cordes17.html )
Sa principale caractéristique est qu’il est de masse nulle et donc que sa vitesse est supérieure à la vitesse de la lumière.
Cela étant posé,

Benford

nous explique qu’il serait dès lors possible de remonter le temps (car aller plus vite que la lumière), les tachyons se propageraient dans le temps passé et futur.
Néanmoins, les événements déjà apparus ne peuvent être modifiés. Ce qui est fait est déjà révolu. C’est pourquoi un changement majeur ne peut intervenir pour modifier notre présent. D’où la notion étrange qu’est notre présent.
Un changement majeur dans notre passé ne peut aboutir qu’à un autre présent, en quelques sorte un univers parallèle où les événements du passé ont été changés. Notre présent est donc immuable, il s’agirait donc que l’embranchement où s’est faite la cassure aura détourné notre passé vers un autre possible.

L’univers universitaire.

Benford

nous décrit (une expérience passé ?) les différentes trames qui peuvent se tisser dans les universités, les luttes d’influence entre un chercheur et son chef de département, les relations entre collègues, les coups bas, la vie d’un chercheur partagé entre sa vie professionnelle et sa vie familiale. Ici, encore,

Benford

arrive à traduire sur la papier les angoisses, les interrogations d’un homme entre sa volonté d’accrocher un prix Nobel, et son avenir au sein de sa famille.

Benford

ne néglige pas ses personnages, qui sont d’une profondeur telle qu’on se plait à s’y identifier, tout comme dans son cycle du centre galactique. De même, il aime comparer les cultures américaines et anglaises.

Encore une fois,

Benford

nous conte un roman ambitieux, scientifique et psychologique, récompensé par un Nébula.

Benford

est, dans mon panthéon personnel, un des meilleur auteurs de SF. Magnifique roman.

Extraits :

« Les tachyons suscitaient une onde de probabilité qui allait et venait dans le Temps. Les équations montraient comment cette fonction ondulatoire se déplaçait vers le futur, puis vers le passé, pareille à un banlieusard égaré. Si l’on créait un paradoxe, cela signifiait que l’onde n’avait pas de fin mais qu’elle formait au contraire un réseau d’ondes stationnaire, comme les rides de l’océan autour d’une jetée. La seule façon de résoudre le paradoxe était d’intervenir, de briser le dessin des rides comme un bateau qui laisser derrière lui un sillage. »




1998. Victime de ses excès, l'humanité est au bord du gouffre : une pollution chimique a déclenché dans l'océan Atlantique un processus de mutation du milieu marin mettant en péril l'écologie du globe. A l'université de Cambridge, des chercheurs pensent avoir trouvé le moyen de communiquer avec le passé pour mettre en garde leurs prédécesseurs...
1963. En Californie, Gordon Bernstein voit son expérience sur la résonance nucléaire perturbée par des parasites qui ressemblent fort à des messages venus d'ailleurs...

Auteur de nombreux ouvrages rédigés en collaboration, Gregory Benford, né en 1941, s'est définitivement imposé comme un écrivain majeur avec la parution d'Un Paysage du temps, où il a su concilier la plus grande rigueur scientifique et une qualité d'écriture remarquable (prix Nebula 1980).


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (5 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
Dans l'océan de la nuit   

Dans l'océan de la nuit

    

Gregory Benford



Cette critique est signée oman
Aucune réponse pour le moment...

A travers la mer des soleils   

A travers la mer des soleils

    

Gregory Benford



Cette critique est signée oman
4 réponses y ont été apportées. Dernier message le 23/09/2007 à 17h29 par vda

La grande rivière du ciel   

La grande rivière du ciel

    

Gregory Benford



Cette critique est signée oman
3 réponses y ont été apportées. Dernier message le 10/05/2005 à 13h59 par Bersekers

Marées de lumière   

Marées de lumière

    

Gregory Benford



Cette critique est signée oman
Aucune réponse pour le moment...

Les profondeurs furieuses   

Les profondeurs furieuses

    

Gregory Benford



Cette critique est signée oman
Aucune réponse pour le moment...

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire