Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
23 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
oman

Inscrit le :
11/02/2005
90 critiques
994 messages
Consulter le profil de oman
Envoyer un message privé à oman

Les profondeurs furieuses

Gregory Benford


Les profondeurs furieuses
Traduction : Guy Abadia
Illustration : Manchu
Titre original : Furious gulf
Première parution : 20 février 2002

 Pour la présente édition :

Editeur : Le Livre de Poche
ISBN : 2253072370

La critique du livre
Soyez le premier à donner votre avis !

Entrée en matière :

« Toby regardait son père en train d’arpenter la coque.
Killeen offrait l’aspect d’une silhouette argentée à la combinaison réglée de manière à refléter le plus de rayonnement possible. Un homme-miroir. La lumière fluide glissait sur lui tandis qu’il avançait, elle miroitait avec la phosphorescence des étoiles ou d’un gaz. Toby suivait sa progression à grand pas sous la forme d’une distorsion ondoyante contre le fond stellaire majestueux… »


L’histoire :

A bord de l’Argo, Killeen et la Famille LeFou ont décollé de la planète des myriapodes, dont Quath est une des représentantes et fait partie de l’expédition. Leur destination : le centre galactique, où leur destin les conduits inexorablement, du moins c’est ce qu’ils croient… Le centre galactique où la concentration de mécas est la plus importante et où se trouve un énorme trou noir, est peut-être le lieu où les derniers embryons humains et organique ont une chance de survivre, mais c’est un endroit où les distorsion de l’espace temps risquent de leur réserver des surprises…

Un regain de psychologie.
A mesure que l’expédition se rapproche du centre de la galaxie, le style narratif de l’auteur évolue également. Autant dans les deux précédents volumes, l’action avait pris le pas sur la réflexion quant au destin des hommes dans l’univers, le style était plus épuré, ici l’auteur se plait à nous refaire rêver avec un style plus poétique parfois, plus proche de celui des deux premiers tomes et les aventures de Nigel Walmsey sur terre et dans les profondeurs de l’espace. Ce roman est plus prospectif.
Un conseil : ne pas lire la préface de Klein, qui décidément dévoile trop de choses et gâche vraiment certaines surprises de ce roman, notamment sur les quelques dernières pages

A la pointe de la science.

Benford

continue son travail de professeur de physique pendant l'écriture de son cycle, comme il le raconte dans sa postface, il surfe sur les vagues des dernières données scientifiques et expose même ses propres théories pour, par exemple décrire les conditions aux abords du trou noir. C’est exposé suffisamment clairement pour que la pilule passe relativement facilement pour des non-initiés. J’ai retrouvé la magie scientifiques des premiers romans.

Le voyage continue.
Ce roman permet d’approfondir la psychologie des personnages principaux, notamment du fils de Killeen, dont le rôle ne paraissait pas ce dont il avait conscience.
On explore aussi des univers plus différents dès lors que les données scientifiques actuelles sont insuffisantes. Et j’ai retrouvé un peu de l’Eon de Bear dans la dernière partie du roman.
Enfin, des entités mécas plus proches des IA de la Culture de Banks font leur apparition, plus hautes, plus importantes et plus implacables que jamais.

Encore un roman de haute volée. Merci Monsieur

Benford

.

Extraits :

« Son corps est un trésor de conceptions du passé, libérées de toute pesanteur et de tout souvenir des planètes. L’évolution, qu’elle soit organique, métallique ou plasmatique, est indépendante de son substrat. Sa conception suit des principes abstraits d’ingénierie à présent ancrés dans la routine/. La fonction converge vers la forme. Arceaux tubulaires de tensions invisibles, nervures comme des professions de foi. »

« Pendant qu’ils parlaient, le ventre enflé avait éclaté. Il en sortait à présent des effilochures chauffées à blanc. Le soleil torturé avait fini par se déchiqueter. Les gaz en éruption s’éloignaient en tournoyant de la couronne déchirée, puis se perdaient à la périphérie rougeoyante du grand disque. Tandis que la perspective s’élargissait, Toby vit dans l’étoile un animal blessé, pris au piège en train de se débattre inutilement et de se vider de sa vie. Des morceaux de sa substance étaient aspirés par le disque, nourrissant de nouvelles explosion orangées. »

« Des fleurs ardentes surgissent de la surface du disque. Elles s’épanouissent et crachent leurs graines de plasma au-dessus du lent tourbillon spiralant.
Des langues de feu éclatantes dardent ; les positrons fourmillent, agressifs, annihilant tout ce qu’ils touchent.
Ils se dissolvent au contact de la matière dense qui vient à leur rencontre. L’antimatière se répand, s’étale et meurt. Une explosion de radiations gamma pénétrantes, d’une pureté aseptisante. »




Killeen, capitaine de l'Argo, a réussi à échapper avec les siens aux Machines intelligentes qui ont détruit leur citadelle dans La Grande Rivière du ciel et les ont contraints à fuir vers les profondeurs furieuses de la Galaxie dans Marées de lumière.
L'Argo plonge vers le trou noir qui occupe le centre galactique. De mystérieux messages transmis par des entités presque divines le dirigent vers ce but redoutable. Il y aurait là un ultime refuge, peut-être la Redoute, d'où les formes de vie survivantes pourraient reprendre leur combat contre les Intelligences Artificielles.
Là, ce sont les profondeurs furieuses, où l'espace-temps tor­turé, l'E.T., se transforme en été.
Toby, le fils de Killeen, va y apprendre, dans l'étrangeté absolue, à devenir un homme. Et aussi qu'il porte en lui, à son insu, une information qui pourrait bien changer l'issue de cette guerre cosmique.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Soyez le premier à donner votre avis !

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
Dans l'océan de la nuit   

Dans l'océan de la nuit

    

Gregory Benford



Cette critique est signée oman
Aucune réponse pour le moment...

A travers la mer des soleils   

A travers la mer des soleils

    

Gregory Benford



Cette critique est signée oman
4 réponses y ont été apportées. Dernier message le 23/09/2007 à 17h29 par vda

La grande rivière du ciel   

La grande rivière du ciel

    

Gregory Benford



Cette critique est signée oman
3 réponses y ont été apportées. Dernier message le 10/05/2005 à 13h59 par Bersekers

Marées de lumière   

Marées de lumière

    

Gregory Benford



Cette critique est signée oman
Aucune réponse pour le moment...

Un paysage du temps   

Un paysage du temps

    

Gregory Benford



Cette critique est signée oman
5 réponses y ont été apportées. Dernier message le 08/02/2010 à 12h56 par machin

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire