Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
11 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
Leo

Inscrit le :
31/05/2006
1 critiques
646 messages
Consulter le profil de Leo
Envoyer un message privé à Leo

Les tribulations d'un mage en Aurient

Terry Pratchett


Les tribulations d'un mage en Aurient
Traduction : Patrick Couton
Illustration : Josh Kirby
Titre original : Interesting Times
Première parution : 1994

 Pour la présente édition :

Editeur : L'Atalante
ISBN : 2-84172-180-9

La critique du livre
Lire l'avis des internautes (4 réponses)

Derrière la haute muraille qui ourle le Continent Contrepoids, s'étend le très-grand et très-mystérieux Empire agatéen. C'est la patrie de Deux-Fleurs, le joyeux touriste des premiers tomes des Annales, vous vous souvenez? En vacances à Ankh-Morpork, avec Rincevent pour guide malgré-soi, il en a pris plein les mirettes, ainsi que sa fabuleuse boîte à images avec le lutin peintre dedans.

Si dans cette chronique vous trouvez des erreurs dans les noms des personnages et des lieux, faites-moi signe. Comme j'ai lu le roman en espagnol j'ai dû éplucher le web pour les noms français. Les traductions diffèrent parfois beaucoup. Les tribulations s'appellent Interesting times en anglais, et Tiempos interesantes en espagnol.

Des temps intéressants... Dans le pays de Deux-Fleurs, vivre des temps intéressants est plutôt une déveine, une tache sur le fleuve tranquille de la vie. C'est aussi une malédiction qu'on lance à ses ennemis. C'est peut-être pour ça que Bush a qualifié le onze septembre de jour intéressant (sic - and sick).

Rincevent, qui a enfin trouvé un coin tranquille, loin de tous ces évènements intéressants qui lui collent au dos comme de la poisse, va devoir reprendre la route. Ses poussifs confrères de l'Université Invisible ont besoin de lui pour une mission incompréhensible et très possiblement dangereuse - pour changer...

Un message est arrivé au palais du Patricien d'Ankh-Morpork, porté par un albatros voyageur en provenance de l'Aurient, où l'or est un métal trop courant pour servir de monnaie. Le message demande le Grand Maje d'urgence. Il faudra quelque temps aux respectables anciens de l'Université pour comprendre qu'il s'agit de Rincevent, le mage raté qu'ils préfèreraient oublier mais qui revient toujours dans leurs pattes.

On va enfin découvrir l'immémorial Empire d'Aurient... L'Empereur est mourant, les grandes familles se préparent au combat rituel de succession, presque entièrement chorégraphié à l'avance - on ne va surtout pas donner dans l'intéressant, n'est-ce pas? Ils sont tous prêts, le grand méchant Hong, et les quatre autres seigneurs: Sung, Tang, McSweeney, et Fang.

Rincevent, qui atterrit là par un bricolage de téléportation magique encore plus dangereuse et inconsidérée que la mission elle-même, tombe sur son pote Cohen le Barbare, qui, avec sa Horde hilarante de petits vieux, prépare le grand coup de la fin de sa vie, aidé par le Prof, qui a jugé que le métier de Barbare pilleur de trésors est tout de même plus paisible que celui de maître d'école.

Un petit livre qui circule sous le manteau, intitulé Ce que j'ai fait pendant mes vacances, est le ferment d'un groupe révolutionnaire qui prépare son attaque. Apparemment, l'Empire va trembler, et Rincewind n'aime pas ça du tout du tout. Mais nous sommes en Aurient, et tout n'est pas aussi simple que ce que chacun s'imagine, y compris le puissant seigneur Hong qui croit tenir le monde sur la pointe de son doigt.

Les tribulations est à mon avis un des meilleurs de

Pratchett

. Il y a du choc culturel à chaque page. Prof éprouve des peines inimaginables à inculquer à la Horde les manières de la civilisation. C'est que sa tactique est de s'infiltrer, pas d'affronter les centaines de milliers de soldats de l'Empire, comme les Barbares imaginaient tout naturellement.

L'entraînement est pénible. Exercice: acheter une pomme chez le marchand. C'est une manoeuvre vraiment compliquée, incompréhensible: dire bonjour, dire je voudrais une pomme, écouter le prix, donner de l'argent, attendre que le marchand vous donne la pomme. Alors qu'on pourrait tout simplement la prendre, cette foutue pomme. Après bien des efforts, ça réussit - presque.

Il m'est difficile d'en dire plus sans dévoiler toute l'histoire, qui vaut le coup d'être découverte pas à pas, avec de ces rebondissements comiques dont

Pratchett

est spécialiste. Rincevent va apprendre beaucoup de cette aventure. Il va même apprendre à dire non. Et il va gagner - brièvement - une prestance inhabituelle.

Et le Bagage, surpris de se retrouver dans son pays d'origine, va se comporter bizarrement. Il va même tomber amoureux d'une Bagagette, et ils auront beaucoup de petits Bagageounets...




Je n'ai pas l'édition française, mais voici ce que dit le site web de l'Atalante:

Figé dans un immobilisme séculaire derrière sa Grande Muraille, voici l’impénétrable empire agatéen d’Aurient.
La tourmente va le saisir par l’effet d’un petit livre révolutionnaire : Ce que j’ai fait pendant mes vacances. Que s’unissent les travailleurs, qui n’ont rien à perdre que leurs buffles d’eau ! Et, tandis que les seigneurs de la guerre s’affrontent pour le pouvoir, l’Armée rouge se dresse (moyenne d’âge : 8 ans), guidée par le Grand Mage Rincevent (vous avez bien lu), de retour en tête d’affiche.
Mais la Horde d’Argent s’approche de la Cité interdite où réside l’empereur ; six héros cacochymes, dont un en fauteuil roulant, sous la conduite de Cohen le Barbare (90 ans bien sonnés, 1,50 m avec les semelles orthopédiques). L’affrontement est inévitable.





Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (4 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
La huitième couleur   

La huitième couleur

    

Terry Pratchett



Cette critique est signée oman
7 réponses y ont été apportées. Dernier message le 24/08/2006 à 14h21 par morca

Le huitième sortilège   

Le huitième sortilège

    

Terry Pratchett



Cette critique est signée oman
Aucune réponse pour le moment...

La huitième fille   

La huitième fille

    

Terry Pratchett



Cette critique est signée oman
20 réponses y ont été apportées. Dernier message le 19/01/2006 à 17h00 par stealrige

Mortimer   

Mortimer

    

Terry Pratchett



Cette critique est signée oman
1 réponse y a été apportée. Dernier message le 23/01/2006 à 11h00 par Cyril

Sourcellerie   

Sourcellerie

    

Terry Pratchett



Cette critique est signée oman
1 réponse y a été apportée. Dernier message le 23/01/2006 à 12h00 par goussedaille

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire