Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
55 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
113 critiques
7097 messages
Consulter le profil de Olivier
Envoyer un message privé à Olivier

I.G.H.

James Graham Ballard


I.G.H.
Traduction : Robert Louit
Titre original : High rise
Première parution : 1975

 Pour la présente édition :

Editeur : Denoël

Ce livre est noté   (4/5 pour 1 évaluations)


J'ai lu ce livre et je souhaite donner mon avis
La critique du livre
Lire l'avis des internautes (9 réponses)

"I.G.H., roman situé dans une tour londonienne des années 70, montre comment cet univers fonctionnel de béton, d'acier et de verre facilite l'infantilisation et la barbarie. Ce roman s'est avéré étrangement prophétique." James Graham

BALLARD



La "Trilogie de béton" est le tournant majeur de l'œuvre

ballard

ienne, puisqu'elle articule son passage de la SF (en particulier ses romans catastrophes façon WYNDHAM) à la fiction spéculative, où l'on peut rattacher presque tous les romans écrits après cette fameuse trilogie.
C'est donc peu dire que l'on attendait avec impatience et jubilation cette indispensable réédition à venir sous peu chez Denoël.
"I.G.H." clôt donc cette fameuse trilogie, placée sous le signe de l'apocalypse urbaine.
I.G.H. désigne une tour de 40 étages, sur lesquels se répartissent 1.000 appartements. Le 10e étage est consacré aux commerces (banque, supermarché, vendeur de spiritueux…), il comprend même une école et une piscine. Comme dans "Les monades urbaines" de SILVERBERG, la hiérarchie des étages est aussi la hiérarchie des classes sociales. Les plus bas étages sont ceux de la petite bourgeoisie, le 10e est une zone tampon qui la sépare de la moyenne bourgeoisie, et le 35e est la dernière zone tampon, qui sépare la moyenne de la haute bourgeoisie, en particulier Anthony ROYAL, l'architecte de la tour, qui vit à son sommet. Il en est de même pour le parking, où les premières places sont celles des habitants des hauts étages, qui y garent leur luxueuse berline, la périphérie étant réservée aux étages les plus bas. La narration est essentiellement chronologique, mais les points de vue sont alternés entre divers protagonistes, essentiellement situés dans la zone du milieu de la tour. En effet, le premier chapitre se situe après les évènements, dans une normalité très relative, les autres chapitres étant le flash back de ce début assez hallucinant. Tout commence donc dans le bonheur, de vivre plus ou moins entre soi, à l'écart des HLM tout en étant à proximité de Londres. On ne sort finalement que pour travailler, puisque la tour comprend toutes les commodités. Et c'est justement là que le piège se referme.
Tout commence d'une façon finalement assez banale, par une coupure de courant au 10e étage. Quand la lumière revient, après quelques instants d'obscurité, le cadavre d'un lévrier afghan flotte au milieu de la piscine, vraisemblablement noyé volontairement.
Petit à petit, les reproches de tapage et autres désagréments de la vie en collectivité vont basculer dans la sauvagerie la plus absolue. Les habitants vont fuir la tour, ou bien rester et renier la civilisation (au sens freudien du mot, la suppression du surmoi), et se (re)constituer en clans, avant de se lancer dans des affrontements d'une grande cruauté, pour trouver sa pitance. Bientôt, la crasse recouvre les corps, les WC se bouchent, l'eau de la piscine croupit, les barricades fleurissent, faites de tous les meubles que l'on trouve, les chiens deviennent des proies pour se nourrir, le patriarcat le plus primitif mettant les femmes à la disposition de celui qui les protège refait son apparition...

Ce qui est absolument fascinant dans ce roman, c'est qu'il n'y a pas de moment précis du basculement de la civilisation à la barbarie. Tout se fait normalement, comme un crescendo de plus en plus irrationnel et barbare. A la grande différence aussi du roman catastrophe classique (on pense bien sûr à l'excellent John WYNDHAM, ou même aux 4 apocalypses de

BALLARD

), le basculement n'est pas le fait d'un événement changeant brusquement les conditions de vie des protagonistes du roman. Rien n'est inné, tout est déjà acquis. Et en l'absence de contrainte extérieure, cet acquis ne peut donc être autre que la nature humaine. L'homme est un singe certes, mais il semble finalement plus proche du farouche babouin que du fort sympathique bonobo ou du placide orang-outang.

BALLARD

signe là une oeuvre absolument fabuleuse, glaciale et glaçante, mais si terriblement vraisemblable qu'elle n'en fait que d'avantage froid dans le dos : "il lui semblait difficile de ne pas croire qu'ils vivaient dans un futur qui était déjà arrivé et avait épuisé ses possibilités." (

Ballard

, I.G.H.)
Ce futur n'est finalement autre que notre présent, et il semble bien avoir épuisé la plupart de ses possibilités, et il n'y a même plus à attendre la barbarie, elle est déjà là.




Immeuble de Grande Hauteur... c'est le nom que les urbanistes et les architectes ont donné à leurs constructions les plus ambitieuses, les plus louches aussi. Car les tours sont plus que des habitations : ce sont des villes verticales dont les occupants sont emboîtés dans le ciel ; elles engendrent un nouveau mode de vie, un citadin mutant.
I.G.H. décrit la rapide dégradation de la vie dans un immeuble de mille appartements répartis sur quarante étages. La population apparemment homogène de ces logements coûteux ne va pas tarder à se scinder en clans. A mesure que les querelles entre voisins dégénèrent en guerres tribales, Ballard, d'un appartement à l'autre, décrit l'éventail de possibilités que l'existence dans ces cellules capitonnées d'un genre inédit offre à ses hôtes aliénés. La lutte des classes, ici, est réglée par la topographie et ce récit, qui commence dans le pétillement du champagne, s'achèvera dans le sang.
Après Crash ! et l'Ile de béton, ce roman-catastrophe constitue une nouvelle pièce à verser au dossier de la psychopathologie de la vie quotidienne dans les sociétés industrielles.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (9 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
La forêt de cristal   

La forêt de cristal

    

James Graham Ballard



Cette critique est signée oman
4 réponses y ont été apportées. Dernier message le 13/12/2006 à 18h32 par sandrine

L'île de béton   

L'île de béton

    

James Graham Ballard



Cette critique est signée Olivier
1 réponse y a été apportée. Dernier message le 20/03/2006 à 15h14 par Franz

Vermilion Sands   

Vermilion Sands

    

James Graham Ballard



Cette critique est signée Ione.et.Lacroute
11 réponses y ont été apportées. Dernier message le 31/05/2019 à 11h56 par Olivier

Le vent de nulle part   

Le vent de nulle part

    

James Graham Ballard



Cette critique est signée looper
6 réponses y ont été apportées. Dernier message le 03/04/2006 à 15h58 par Lisbei

Sécheresse   

Sécheresse

    

James Graham Ballard



Cette critique est signée looper
6 réponses y ont été apportées. Dernier message le 07/07/2006 à 12h00 par looper

Empire du Soleil   

Empire du Soleil

    

James Graham Ballard



Cette critique est signée lacroute
3 réponses y ont été apportées. Dernier message le 24/06/2012 à 21h04 par Eric75019

Nouvelles complètes 1956 / 1962   

Nouvelles complètes 1956 / 1962

    

James Graham Ballard



Cette critique est signée Olivier
1 réponse y a été apportée. Dernier message le 24/08/2019 à 21h31 par Jim

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire