Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
21 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
lacroute

Inscrit le :
13/03/2005
9 critiques
5748 messages
Consulter le profil de lacroute
Envoyer un message privé à lacroute

Empire du Soleil

James Graham Ballard


Empire du Soleil
Traduction : Elisabeth Gille
Illustration : Romain Siocombe
Titre original : Empire Of The Sun
Première parution : 2ème trimestre 1984

 Pour la présente édition :

Editeur : Denoël
Collection : Folio
Date de parution : 2ème trimestre 1985
ISBN : 2-07-038268-0

Ce livre est noté   (4/5 pour 1 évaluations)


J'ai lu ce livre et je souhaite donner mon avis
La critique du livre
Lire l'avis des internautes (3 réponses)

Le 8 décembre 1941, au lendemain de Pearl Harbour, le Japon fait main basse sur l'enclave internationale de Shanghai.
Jim, 11 ans, sujet britannique, verra son existence totalement chamboulée à compter de cette date.
Roman autobiographique suffisamment revisité pour apparaître œuvre de fiction, "Empire du Soleil", explicite les récurrences thématiques de l’œuvre SF d'un des plus grands auteurs du genre: J.G.

Ballard

et se suffit à lui-même comme œuvre généraliste évoquant la seconde guerre mondiale versant Pacifique.
.
La famille de Jim appartient à l'une des riches communautés européennes, en l'occurrence britannique, qui est économiquement très implantée à Shanghai. Il est né dans la soie du colonialisme européen, à Shanghai même; l'Angleterre lui apparaissant alors contrée plus exotique que l'effervescence quotidienne parfois cruelle de l'enclave où il vit. Il y mène une enfance dorée, protégée, imprégnée du détachement british porté sur toutes choses, assommée de rigueur éducative, du nombrilisme colonialiste qui ignore ostensiblement l'autochtone ou du moins le confine au rôle d'une domesticité pratique, qui se doit d'être invisible et silencieuse.
La vie facile et factice.
Dans cette ville de tous les contrastes, coincée entre la misère totale de ses rues que Jim perçoit derrière les vitres de la limousine de luxe de ses parents sans véritable questionnement sinon comme allant presque de soi et l'opulence ostentatoire du quartier britannique, grands hôtels, riches et immenses résidences, gazon british, piscines de luxe et fêtes quotidiennes, Jim appartient à une micro société repliée sur elle-même, nostalgique de l'Angleterre victorienne et d'un empire qui peu à peu se réduit comme peau de chagrin.
.
L'empire nippon envahissant Shanghai aura pour conséquences de le séparer durablement (3 ans) de ses parents à l'occasion des premiers mouvements de panique, de le couper de son ancienne vie, de lui apprendre la survie au rythme de la faim qui lancine et ronge, de la mort qui rode... Mais ceci appartient aux péripéties à venir que je me garderai de révéler, à moins que vous ne connaissiez le long métrage éponyme de Spielberg daté de 1987.
.
Epreuve initiatique classique me direz-vous, si ce n'est que

Ballard

revisite cette quête à l'anglaise, chirurgicalement, au scalpel qui dissèque froidement la misère des hommes dans la misère des camps, l'opportunisme de trafiquants de n'importe quoi usant de la naïveté de notre héros, la mort à la chinoise comme un fatalisme ancré dès la naissance. Qui plus est, le regard est celui porté par un enfant qui bascule dans un paysage intérieur protecteur, un rêve éveillé, une réalité onirique de presque chaque instant au cœur d'un enfer pourtant réel. Et c'est ici que

Ballard

fait toute la différence: son récit est truffé d'éléments poétiques (souvent des descriptions, quelquefois des réflexions) qui essaiment le récit de perles poétiques étonnantes, de métaphores ambitieuses et inspirées.
.
"Empire du Soleil" est un magnifique roman de littérature générale qui permettra aux amateurs de sa prose SF de trouver les racines de ses récurrences obsessionnelles au cœur de sa, entre autres, série des quatre apocalypses: Le monde englouti", "le vent de nulle part", "sécheresse" et "la forêt de cristal". Les autres y trouveront un roman réussi, étonnant, poétique et beau, sur un sujet qui ne l'est pas. Chapeau, Mr

Ballard

.




Le lendemain de Pearl Harbor, les Japonais s'emparent de Shanghai. Dans la panique qui suit la canonnade, Jim, onze ans, est séparé de ses parents. Il est recueilli, peut-être pour des raisons ambiguës, par deux marins américains, puis arrêté avec eux et enfermé dans un camp, à Longhua. Délaissé par ses compatriotes, il est bientôt fasciné par l'occupant japonais et ne comprend pas pourquoi il se retrouve sur les routes pour une marche forcée vers le stade de Nantao. Là, entouré de cadavres et d'un amoncellement d'objets volés, il verra le grand éclair de la bombe atomique de Nagasaki, et il repartira, seul, dans un paysage de rizières dévastées, jonchées de carcasses et d'épaves, pour se réfugier au camp de Longhua...


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (3 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
La forêt de cristal   

La forêt de cristal

    

James Graham Ballard



Cette critique est signée oman
4 réponses y ont été apportées. Dernier message le 13/12/2006 à 18h32 par sandrine

I.G.H.   

I.G.H.

    

James Graham Ballard



Cette critique est signée Olivier
9 réponses y ont été apportées. Dernier message le 23/05/2018 à 16h06 par Olivier

L'île de béton   

L'île de béton

    

James Graham Ballard



Cette critique est signée Olivier
1 réponse y a été apportée. Dernier message le 20/03/2006 à 15h14 par Franz

Vermilion Sands   

Vermilion Sands

    

James Graham Ballard



Cette critique est signée Ione.et.Lacroute
11 réponses y ont été apportées. Dernier message le 31/05/2019 à 11h56 par Olivier

Le vent de nulle part   

Le vent de nulle part

    

James Graham Ballard



Cette critique est signée looper
6 réponses y ont été apportées. Dernier message le 03/04/2006 à 15h58 par Lisbei

Sécheresse   

Sécheresse

    

James Graham Ballard



Cette critique est signée looper
6 réponses y ont été apportées. Dernier message le 07/07/2006 à 12h00 par looper

Nouvelles complètes 1956 / 1962   

Nouvelles complètes 1956 / 1962

    

James Graham Ballard



Cette critique est signée Olivier
1 réponse y a été apportée. Dernier message le 24/08/2019 à 21h31 par Jim

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire