Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
28 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
111 critiques
6926 messages
Consulter le profil de Olivier
Envoyer un message privé à Olivier

Axiomatique

Greg Egan


Axiomatique
Illustration : Nicolas Fructus
Titre original : Axiomatic
Première parution : 1995

 Pour la présente édition :

Editeur : Le Bélial'

Ce livre est noté   (4/5 pour 2 évaluations)


J'ai lu ce livre et je souhaite donner mon avis
La critique du livre
Lire l'avis des internautes (16 réponses)

D’

Egan

nouvelliste, on ne connaissait que quelques textes parus en revues (Galaxies, Bifrost), quelques introuvables publiés chez DLM, et une dernière poignée en ligne sur le site de 42.
42 justement, a choisi de s’associer au Bélial’ pour sortir une intégrale raisonnée d’

EGAN

nouvelliste, dont voici le premier des trois tomes.
Au sommaire, 18 nouvelles (dont 10 inédites en français sur papier, et 8 éparpillées aux sommaires de diverses publications), avec en prime traductions révisées et une bibliographie complète du mystérieux australien pour clore le volume.
J’avoue avoir été un peu effrayé par la réputation d’auteur abscons qui collait à la peau du romancier. A tort ? La première nouvelle, « L’assassin infini », sans être incompréhensible, mêle tout de même physique quantique et poussières de Cantor : on a vu plus grand public ! Mais soyons honnête, sans grande culture scientifique, le sens de la nouvelle ne m’a pas pour autant échappé.
En fait, ma principale surprise vient de la diversité dont

Egan

sait faire preuve, pour mieux surprendre le lecteur et écorner sa réputation d’auteur inabordable. Ainsi, dans « Lumière des évènements », il s’appuie sur la science pour prévoir l’avenir (et ne peut donc se tromper, contrairement aux économistes qu’il y éreinte), et se laisse aller à une fort plaisante satire, dans ce texte aux accents dignes de Borges. Il est fasciné par la biologie, la génétique et la médecine, ainsi que leurs dérives, qu’il met au cœur de nombreux textes. Il aborde de front l’eugénisme avec « Eugène », les manipulations génétiques avec « La caresse » ou « Les douves », un texte remarquablement construit et dont la conclusion est particulièrement glaçante. Même chose d’ailleurs pour « La morale et le virologue », où un petit génie de la génétique, accessoirement chrétien fondamentaliste, veut devenir le bras armé de la vengeance divine en créant un virus qui punira tous les déviants de la morale judéo-chrétienne. Où l’on voit d’ailleurs qu’

Egan

sait prendre ses distances avec un personnage antipathique (par l’usage de la 3e personne du singulier au lieu du je), dont il ne partage vraiment pas le point de vue. Mais

Egan

sait aussi se faire particulièrement émouvant, en remettant en cause l’ordre biologique, avec « Le p’tit mignon », où un homme décide de tomber enceint pour donner naissance à un p’tit mignon. Un enfant qui ne vivra pas plus de 4 ans, et n’apprendra même pas à parler, si tout se passe normalement... Jusqu’où l’homme poussera-t-il la science pour son bonheur égoïste ? La réponse d’

Egan

est incroyablement touchante. « L’enlèvement » se rattache aussi à ce penchant émouvant, mais lucide sur les dérives du capitalisme, où un homme reçoit un message du kidnappeur de sa femme, alors que celle-ci n’a pas quitté le domicile conjugal. Paradoxe temporel ? La réponse est bien plus surprenante. L’émotion encore et toujours, mais cette fois aux limites d’un fantastique évoquant la sensibilité de Sturgeon avec « Le coffre-fort », dont le héros change tous les jours de corps, et entre à chaque réveil matinal dans la vie d’un inconnu. Un très grand texte assurément, dont l’accroche et la conclusion se répondent en un sublime écho.
S’il n’écrit pas de nouvelles à chute façon Brown, il ne sait pas moins soigner ses fins, comme on pourra le voir avec deux lectures consécutives d’un texte comme « Axiomatique », qui sait délicieusement se jouer de la conscience morale, sur fonds de polar mâtiné de nanotechnologies.
Car

Egan

apparaît finalement comme un moraliste. Non pas au sens d’un promoteur de l’ordre moral, bien loin de là. Mais plutôt comme un homme d’éthique, tels que le furent les libertins. Il défend finalement une morale naturelle, matérialiste et immanente qui préfère se baser sur l’hédonisme et la tolérance, plutôt que sur les dogmes d’une Révélation transcendante.
« Jouis et fais jouir sans faire de mal à toi ni à personne » disait Chamfort.

Egan

est un peu le Chamfort de la sf, et bien plus encore. C’est surtout un nouvelliste plus que recommandable : indispensable tout simplement, et à n’en point douter un challenger de poids pour les prix littéraires catégorie sf de l’année 2006 (même pour les razzies, catégorie couverture).
Le doute n’est donc plus permis : « Axiomatique » est certainement l’un des livres les plus importants de l’année, qui ne peut que figurer en très bonne place dans toute bonne bibliothèque sf.




Dix-huit récits vertigineux...
Un monument de la SF moderne...


Des drogues qui brouillent la réalité et provoquent la conjonction des possibles. Des perroquets génétiquement améliorés qui jouent En attendant Godot. Des milliardaires élaborant des chimères, mi-hommes mi-animaux, pour assouvir leurs passions esthétiques. Des femmes qui accueillent dans leur ventre le cerveau de leur mari le temps de reconstruire son corps. Des enlèvements pratiqués sur des répliques mémorielles de personnalités humaines. Des fous de Dieu inventant un virus sélectif reléguant le SIDA au rang de simple grippe. Des implants cérébraux altérant suffisamment la personnalité pour permettre à quiconque de se transformer en tueur...
Greg Egan bâtit son futur en disséquant le présent avec une virtuosité aussi fascinante qu'implacable : nous voici prévenus...


Australien né à Perth en 1961, Greg Egan publie sa première nouvelle en 1983. Vingt années, six romans et une soixantaine de nouvelles plus tard, il est unanimement considéré comme l'auteur de science-fiction le plus novateur de sa génération. Une notoriété qui n'infléchit pas le caractère discret de l'auteur, dont on sait peu de choses. II confie toutefois avoir pris, suite à la sortie de son roman Schild's Ladder en 2002, quelque distance avec l'écriture et ses fonctions de programmeur afin de se consacrer à l'aide aux réfugiés. Période de mise en retrait désormais révolue, puisqu'il travaille à l'heure actuelle sur son septième roman, Incandescence.
Axiomatique est sans conteste le recueil de SF le plus incontournable de la décennie 90. Annoncé en France depuis près de dix ans, sa présente publication en intégralité est un événement majeur. Axiomatique sera suivi par deux autres volumes, l'ensemble de ces trois tomes constituant à terme une intégrale raisonnée des nouvelles de l'auteur unique au monde.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (16 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
Isolation   

Isolation

    

Greg Egan



Cette critique est signée oman
21 réponses y ont été apportées. Dernier message le 22/07/2009 à 10h19 par Franz

La cité des permutants   

La cité des permutants

    

Greg Egan



Cette critique est signée oman
6 réponses y ont été apportées. Dernier message le 19/08/2005 à 22h20 par Sylvain

L'énigme de l'univers   

L'énigme de l'univers

    

Greg Egan



Cette critique est signée Lisbei
16 réponses y ont été apportées. Dernier message le 03/10/2012 à 12h32 par Butch

Téranésie   

Téranésie

    

Greg Egan



Cette critique est signée oman
3 réponses y ont été apportées. Dernier message le 27/03/2006 à 09h34 par sandrine

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire