Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
5 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
vda

Inscrit le :
16/02/2006
34 critiques
1514 messages
Consulter le profil de vda
Envoyer un message privé à vda

Il est difficile d'être un dieu

Boris Strougatski

,

Arkadi Strougatski


Il est difficile d'être un dieu
Traduction : Bernadette du Crest
Illustration : Pascal Moret
Titre original : Daliokaïa radouga
Première parution : 1964

 Pour la présente édition :

Editeur : Denoël
Collection : Présence du futur

La critique du livre
Lire l'avis des internautes (2 réponses)

On ne remonte pas impunément le cours du temps. Anton, membre de l'Institut d'histoire expérimentale, demeure depuis six ans au royaume d'Arkanor. Ce royaume féodal, qui chaque jour s'enfonce un peu plus dans la violence et la barbarie. Il essaye de faire entendre et partager à ses collègues la gravité des évènements qui se déroulent à Arkanor où la violence est systématisée et dirigée contre des éllites intellectuelles.
Seulement, les Terriens, une vingtaine, sont sur cette planète en historiens. Et un historien n'intervient pas dans le cours de l'histoire. Il l'observe, la relate, la problématise, mais il n'intervient pas.
Seulement, à respirer, à manger, à parler parmi les habitants de ce monde qui ploie sous la violence et l'injustice sociale, si éloigné de leur monde natal, certains membres de l'Institut ont cherché à faire dévier le cours de l'histoire, en prenant les armes, en lançant la révolte. Cela n'a rien changé.
Qu'en sera-t-il d'Anton, alias don Roumata d'Estor ?

Anton/Roumata, me fait penser au Lorenzaccio de Musset. Jeune, intelligent, probe, honnête, il a choisi de se travestir moralement pour une cause. Seule différence apparente, et de taille, si Lorenzo a résolument consenti à la violence, au meurtre et au sacrifice, le temps auquel appartient Roumata exclut l'usage d'une violence irréversible. Tous les deux sont cependant marqués des stigmates de leur immixion dans un monde étranger, l'un par le vice et la dépravation, le second par la violence et l'attitude du grand seigneur. Tous deux sont englués dans un rôle et confondent parfois le rôle et l'acteur.
" Cela faisait six ans qu'il menait cette étrange double vie, il s'y était habitué en quelque sorte, mais parfois, comme en ce moment, il avait brusquement le sentiment qu'il n'y avait pas de cruauté organisée, d'oppression grise, mais qu'il assistait à une bizarre représentation théâtrale, avec lui, Roumata, dans le rôle principal. "

Un livre somme toute classique dans son traitement narratif, avec quatre rencontres qui sont autant de pivots décisifs. Le lecteur n'a pas à déterminer une position, il suit celle de Anton/Roumata et son double niveau de lecture des évènements d'Arkanor.
La noirceur du propos est réelle, bien qu'elle puisse aujourd'hui paraître modérée. La dénonciation du totalitarisme, et de l'inertie de ceux qui le subissent et en profitent tout à la fois, martelée. " La froide cruauté de ceux qui tuaient et la tranquille soumission de ceux qu'on tuait, voilà le plus effrayant. "
Touefois, certains éléments comiques, grotesques, ironiques, allègent un instant le propos des auteurs. Don Taméo qui ne parvient pas à arrêter de boire et don Sera " Je ne vois pas pourquoi une personne de qualité de recevrait pas une paire de coups de verges de la part de Sa Sainteté " sont là, comme des bouffées d'oxygène, de même que le jeune valet de Roumata, Ouno, le baron Pampa, ou son amie, Kira.


------------------------------------

4ème de couverture

La planète Arkanor ploie sous la férule du tyrannique ministre de la Sécurité. Cette société semi-féodale qui persécute ses intellectuels, évoquant à la fois l'Espagne de l'Inquisition, l'Allemagne nazie et la Russie stalinienne, intéresse au plus haut point l'Institut d'histoire expérimentale de la Terre qui, elle, est peuplée depuis longtemps d'êtres bons et tout-puissants qu'on appelle les dieux. Doivent-ils intervenir pour miner le fascisme, ébranler l'obscurantisme ? En fait, l'histoire est une route à sens unique. Et il est difficile pour un dieu de se mêler sans rique de la misère des mortels.

Arkai et Boris

Strougatski

, nés respectivement en 1925 et 1923, occupent depuis longtemps les sommets de la science-fiction soviétique. L'intelligence et la sensibilité humaniste de leur oeuvre leur ont valu une renommée universelle.




La planète Arkanar ploie sous la férule du tyrannique ministre de la Sécurité. Cette société semi-féodale qui persécute ses intellectuels, évoquant à la fois l'Espagne de l'Inquisition, l'Allemagne nazie et la Russie stalinienne, intéresse au plus haut point l'institut d'histoire expérimentale de la Terre qui, elle, est peuplée depuis longtemps d'êtres bons et tout-puissants qu'on appelle des dieux. Doivent-ils intervenir pour mimer le fascisme, ébranler l'obscurantisme ? En fait, l'Histoire est une route à sens unique. Et s'il est difficile d'être libre au pays de l'oppression, il est tout aussi difficile pour un dieu de se mêler sans risque de la misère des mortels.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (2 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
Stalker   

Stalker

    

Boris Strougatski, Arkadi Strougatski



Cette critique est signée morca
15 réponses y ont été apportées. Dernier message le 12/02/2016 à 15h18 par Butch

Un gars de l'enfer   

Un gars de l'enfer

    

Boris Strougatski, Arkadi Strougatski



Cette critique est signée Gracie
8 réponses y ont été apportées. Dernier message le 17/02/2008 à 21h31 par vda

L'auberge de l'alpiniste mort   

L'auberge de l'alpiniste mort

    

Boris Strougatski, Arkadi Strougatski



Cette critique est signée morca
13 réponses y ont été apportées. Dernier message le 09/09/2008 à 18h57 par Olivier

Les vagues éteignent le vent   

Les vagues éteignent le vent

    

Boris Strougatski, Arkadi Strougatski



Cette critique est signée vda
6 réponses y ont été apportées. Dernier message le 10/12/2007 à 21h53 par Olivier

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire