Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
11 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
vda

Inscrit le :
16/02/2006
34 critiques
1512 messages
Consulter le profil de vda
Envoyer un message privé à vda

Les vagues éteignent le vent

Boris Strougatski

,

Arkadi Strougatski


Les vagues éteignent le vent
Traduction : Svetlana Delmotte
Illustration : Luigi Castiglioni
Titre original : Volny gasiat veter
Première parution : 1989

 Pour la présente édition :

Editeur : Denoël
Collection : Présence du futur

La critique du livre
Lire l'avis des internautes (6 réponses)

Maxime Kamerer, chef de la section EE (Evénements Extraordinaires) du Comecone 2, a été partie prenante dans l’épisode de la Grande Révélation. Le roman est constitué de son mémoire sur les événements qui ont conduit à la Grande Révélation. Il se compose d’une part de scènes reconstituées par Kamerer, scènes auxquelles il a participé ou assisté, et scènes dont il était absent, et d’autre part des rapports établis par des inspecteurs de sa section, principalement les rapports de Toïvo Gloumov, chargé de repérer les traces d’interventions auprès des Humains des Pèlerins.
A l’époque, en 99, Kamerer soupçonnait l’existence d’extraterrestres jouant sur la Terre le rôle qu’eux-mêmes, à travers les Progresseurs, qu’ils envoient en mission sur d’autres planètes peuplées d’espèces intelligentes physiquement proches, remplissent. Toïvo Gloumov a lui-même été durant trois ans progresser. Il est revenu sur Terre, auprès de son épouse, avec beaucoup de rancœur pour l’œuvre des progresseurs. A la section EE, Kamerer l’a chargé de traquer l’intervention des Pèlerins. Durant cinq années, il a cherché cette trace dans nombre d’événements inexpliqués. Il a finit par la trouver. Il semble que les Pèlerins opèrent un tri parmi les humains au travers d’épreuves qui révèlent des caractéristiques de leurs psychés. Sélection, mais dans quelle optique ?

La forme du roman est assez sèche en raison de la succession de rapports, et ce malgré les scènes qui s’intercalent. Forme qui illustre parfaitement du propos développé par les auteurs.
Le lecteur inattentif, dilettante, vdalien, parfois un peu distrait, devra revenir au début du livre pour en éclairer la conclusion. Roman cryptique, paranoïaque et manipulateur, il met en œuvre une idée intéressante et assez novatrice dans le flot de la science-fiction. Arkadi et Boris

Strougatski

l’intègrent dans l’univers qu’ils ont déjà élaboré pour plusieurs de leurs romans, et notamment pour Il est difficile d’être un dieu. La problématique de l’être dont l’évolution est supérieur cherchant à manipuler une culture moins avancée, pour son bien, est retournée. Dans Les vagues éteignent le vent, les humains ne sont plus auteurs mais acteurs de la manipulation. Se pose une nouvelle fois, mais sous un angle plus intime, la question de l’intention et de la notion subjective de bien.
La manipulation dont il est fait état dans le roman n’est au demeurant pas externe. Elle est le résultat d’une évolution qui touche une infime partie de la population humaine. Ces humains ‘évolués’ manipulent les autres hommes afin de les faire accéder au niveau de conscience supérieure qu’ils ont atteint. Maxime Kamerer aussi manipule, notamment ses subordonnés, notamment Toïvo Gloumov.

Au final un sentiment doux amer, de non maîtrise, d’évolution désarmée. Si le roman ne m’a pas autant plu qu’ Il est difficile d’être un dieu, s'il est moins télescopique que Stalker, il n’en demeure pas moins intéressant, et subtilement différent du reste de la production de l’époque. A lire.




Depuis bien longtemps, l'humanité envoie des spécialistes accélérer la marche de l'histoire dans les civilisations attardées de l'univers. Et si l'humanité, à son tour, était l'objet d'une manipulation planifiée par une supercivilisation désireuse de la sortir de son Moyen Age ? Yoïvo Gloumov connaît bien la question : avant de juger la chose immorale, il a lui-même été Progresseur. Et aujourd'hui, avec acharnement, il traque les insaisissables Pèlerins qui veulent intervenir dans les destinées humaines...


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (6 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
Stalker   

Stalker

    

Boris Strougatski, Arkadi Strougatski



Cette critique est signée morca
15 réponses y ont été apportées. Dernier message le 12/02/2016 à 15h18 par Butch

Un gars de l'enfer   

Un gars de l'enfer

    

Boris Strougatski, Arkadi Strougatski



Cette critique est signée Gracie
8 réponses y ont été apportées. Dernier message le 17/02/2008 à 21h31 par vda

L'auberge de l'alpiniste mort   

L'auberge de l'alpiniste mort

    

Boris Strougatski, Arkadi Strougatski



Cette critique est signée morca
13 réponses y ont été apportées. Dernier message le 09/09/2008 à 18h57 par Olivier

Il est difficile d'être un dieu   

Il est difficile d'être un dieu

    

Boris Strougatski, Arkadi Strougatski



Cette critique est signée vda
1 réponse y a été apportée. Dernier message le 08/10/2006 à 10h48 par mijo

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire