Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
7 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
morca

Inscrit le :
27/04/2004
35 critiques
5844 messages
Consulter le profil de morca
Envoyer un message privé à morca

Tous à Zanzibar

John Brunner


Tous à Zanzibar
Traduction : Didier Pemerle
Illustration : Manchu
Titre original : Stand on Zanzibar
Première parution : 1968

 Pour la présente édition :

Editeur : J'ai lu
ISBN : 2-253-05656-1

Lire la critique
L'avis des internautes (24 réponses)
  Répondre  |   page 2 / 3   |  aller en page :      1  2  3     
moah

Inscrit le :
13/03/2006
6 messages
RE : Tous à zanzibar 16/03/2006 à 22h46  
Bien bien bien, que d'éloges sur ce livre....Ce qui m'étonne parce que je n'ai même pas réussi à le finir!!! Il ne m'est pas du tout apparu comme difficile d'accès, mais comme absolument fade... Les personnages ne m'ont pas marquée, la vision du futur non plus.... Je ne dis pas cela juste pour contrarier, mais pour que si l'un de vous a l'envie de rentrer dans les détails pour me convaincre du contraire, je le lirais volontiers, parce que j'ai du passer à coté de quelque chose d'énorme...

     
Franz

Inscrit le :
30/05/2005
3144 messages
RE : Tous à zanzibar 17/03/2006 à 09h41  
Ca c'est un job pour Cyril, consultant en brunnerologie :))
Signature de Franz C'est curieux chez les marins ce besoin de faire des phrases...
   Consulter le profil de Franz  Envoyer un message privé à Franz  
Cyril

Inscrit le :
10/11/2004
651 messages
RE : Tous à zanzibar 17/03/2006 à 11h18  
Bon, en tant que brunnerologue en formation (mais bon, la brunnerologie est si vaste qu'on est toujours en formation)... ;-)

Tous à Zanzibar (TAZ) fade ? Ah non !

Ce bouquin est une annonce le cyberpunk avec 15 ans d'avance (ne pas oublier qu'il a été écrit en 1968). De plus il montre un monde complexe où le foisonnement diplomatique entre états nous renvoie à notre époque plus qu'à la guerre froide je trouve. Comme tous les Brunner cependant, TAZ a un défaut, il démarre lentement et tout se met en place par petites touches. Brunner est un pointilliste qui vous peint son monde futur par petite touches éparses qui au final donnent une vision cohérente et d'une portée magistrale. Et pour qui s'accroche cette démarche est fabuleusement excitante.

Quant à ses personnages, loin d'être simplistes il restent malgré tout théâtraux (donc, d'une certaine manière, archétypaux), mais je trouve que c'est là une caractéristique de Brunner (et une de ses grandes qualité aussi) de comprendre que des personnages de littératures sont avant tout des éléments d'une histoire. Alors, bien qu'il rompt avec les archétypes traditionnels, il garde à ses personnages ce côté théâtral (shakespirien j'oserais dire) qui au contraire de beaucoup sert l'histoire au lieu de tomber dans le ridicule, car pleinement assumé et totalement intégré à l'oeuvre finale. Ce procédé, Brunner va d'ailleurs le pousser à son paroxysme dans un de ses chefs d'oeuvres (bien qu'au départ ce livre ne m'ai pas vraiment plus, avec le temps je l'apprécie de plus en plus) : La ville est un échiquier écrit trois ans avant TAZ.

Alors, non, Brunner n'est pas fade. Je dirais que c'est l'un des rares auteurs de SF a soumettre sa démarche science-fictive à une démarche littéraire réfléchie et de haut niveau. C'est un des rares à ne jamais se contenter de son idée de base, mais d'essayer d'aller plus loin, qu'il vous transforme un roman sur la possession en uchronie en deux phrases (Le jeu de la possession), qu'il revisite un thème ultra classique en ajoutant sa vision (naufragés sur une planète perdue dans Polymath ou civilisation disparue dans Les dramaturges de Yan), etc.

Et en ayant lu quelques uns, je peux voir maintenant au gré des romans un Brunner dont le talent s'affirme, partant d'une oeuvre de jeunesse (il a débuté à 17 ans je crois) calamiteuse comme L'empire interstellaire vers des romans plus magistraux dans la réalisation comme Le creuset du temps.

C'est bon, ai-je convaincu ?
   Consulter le profil de Cyril  Envoyer un message privé à Cyril  
Galvin

Inscrit le :
09/01/2006
888 messages
RE : Tous à zanzibar 17/03/2006 à 11h40  
Pas moi en tout cas. ;) (la foule : "boouuuuh, sortez-le !")

Ce que tu démontres, c'est que Brunner est un écrivain intelligent. Personnellement, je n'en ai jamais douté.
Son problème c'est qu'il est ennuyeux à mourir. C'est aussi, il me semble, ce que lui reproche moah.

Citation :

des personnages de littératures sont avant tout des éléments d'une histoire

C'est bien ce que je lui reproche. Ses personnages et ses situations sont accessoires. D'ailleurs, si je peux me permettre, ses personnages sont des éléments secondaires d'une histoire dont l'importance est secondaire.
Brunner ne raconte une histoire que pour se ballader à travers son monde. Le sentiment qui s'en dégage est hautement artificiel. (la foule : "hérétique ! brulez-le !")
   Consulter le profil de Galvin  Envoyer un message privé à Galvin  
Cyril

Inscrit le :
10/11/2004
651 messages
RE : Tous à zanzibar 17/03/2006 à 11h56  

Galvin répond :

Pas moi en tout cas. ;)

Bouhouhouhou... :'-(


Puis Galvin précise :

Ce que tu démontres, c'est que Brunner est un écrivain intelligent. Personnellement, je n'en ai jamais douté. Son problème c'est qu'il est ennuyeux à mourir. C'est aussi, il me semble, ce que lui reproche moah.

Plus sérieusement, Galvin, à la lecture de ton post, je pense simplement que tu ne corresponds pas au type de lecteur que Brunner visait. Ton sentiment envers Brunner, moi je l'ai ressenti avec Ellis qui m'ennuie profondément, son style, ses partis-pris, tout concorde à me saouler lorsque j'ai lu American Psycho.


Galvin affirme enfin :

Ses personnages et ses situations sont accessoires. D'ailleurs, si je peux me permettre, ses personnages sont des éléments secondaires d'une histoire dont l'importance est secondaire.

C'est où tu te trompes selon moi. Théâtral ne signifie pas secondaire. Au contraire, sans ces personnages et cette histoire, les romans de Brunner ne tiendraient pas. Ils ne sont peut-être pas l'élément central (quoique), mais ils sont loin d'être aussi dispensables que tu sembles le penser.


Et enfin Galvin conclu au pied du bûcher :

Brunner ne raconte une histoire que pour se ballader à travers son monde. Le sentiment qui s'en dégage est hautement artificiel.

L'histoire simplement prétexte à une ballade dans le monde ? Pas vraiment. Là, je ne peux pas te laisser dire ça car c'est faux. On n'est pas comme dans Le Seigneur des Anneaux par exemple où là l'histoire ne sert que de prétexte à l'illustration d'un monde. Sentiment d'artificialité ? Un peu, oui. Là, je ne peux pas le nier, mais pour moi dans le bon sens du terme : de l'artificiel au service du récit.
   Consulter le profil de Cyril  Envoyer un message privé à Cyril  
Galvin

Inscrit le :
09/01/2006
888 messages
RE : Tous à zanzibar 17/03/2006 à 15h13  

Citation :

C'est où tu te trompes selon moi. Théâtral ne signifie pas secondaire. Au contraire, sans ces personnages et cette histoire, les romans de Brunner ne tiendraient pas. Ils ne sont peut-être pas l'élément central (quoique), mais ils sont loin d'être aussi dispensables que tu sembles le penser.

Fais gaffe, au lieu de ma convaincre, tu vas parvenir à l'effet inverse !
J'avais un certain respect pour cette oeuvre puisque je considérais que le propos était le monde (qui est intéressant) et non l'histoire (qui m'a barbé). Si maintenant tu me dis que l'histoire est essentielle, étant donné le manque total d'intérêt que je lui trouve, je suis obligé de considérer le livre comme raté !
Affreux !!!

Citation :

L'histoire simplement prétexte à une ballade dans le monde ? Pas vraiment. Là, je ne peux pas te laisser dire ça car c'est faux.

Si c'est vrai d'abord ! ;)
Non, plus sérieusement, je pense que c'est subjectif. L'histoire permet indubitablement de ballader les personnages dans le monde. Après, on peut considérer qu'elle a également une valeur en soi (comme toi), ou pas (comme moi).

Citation :

On n'est pas comme dans Le Seigneur des Anneaux par exemple où là l'histoire ne sert que de prétexte à l'illustration d'un monde.

Marrant, si j'avais dû comparé Tous à Zanzibar avec le Seigneur des Anneaux, j'aurais fait exactement le constat inverse ! (en dehors des qualités respectives des deux oeuvres). Question de sensibilité personnelle.

PS : pour le bûcher, OK, mais pas de bois de résineux : ça craque et ça fait des étincelles, j'aime pas.
dernière édition : 17/03/2006 à 15h17   Consulter le profil de Galvin  Envoyer un message privé à Galvin  
Franz

Inscrit le :
30/05/2005
3144 messages
RE : Tous à zanzibar 17/03/2006 à 15h34  
Il serait amha erroné de vouloir limiter l'oeuvre de Brunner à ses dystopies celèbres telles que TAZ, le Troupeau aveugle ou l'orbite déchiquetée. C'est un écrivain de très grande qualité qui a quand même pondu une oeuvre prolifique sur des thèmes très variés avec des formats d'écriture fort diversifiés. Les rétifs à TAZ pourront alors s'orienter sur la lecture d'oeuvres totalement différentes et relativement confidentielles comme le long labeur du temps, à l'écoute des étoiles ou à la conquête du chaos.
Impossible pour un fan de SF de rester insensible à celui pour qui "la SF est la littérature de l'esprit ouvert"
Signature de Franz C'est curieux chez les marins ce besoin de faire des phrases...
   Consulter le profil de Franz  Envoyer un message privé à Franz  
morca

Inscrit le :
27/04/2004
5844 messages
RE : Tous à zanzibar 22/03/2006 à 14h08  
O
X
Signature de morca C'est pas vrai, je ne suis pas misanthrope. La preuve, j'ai des amis humains.
dernière édition : 22/03/2006 à 14h08   Consulter le profil de morca  Envoyer un message privé à morca  Visiter le site de morca  
bladerunner

Inscrit le :
04/03/2005
2479 messages
RE : Tous à zanzibar 07/04/2006 à 13h56  
Moi j'ai lu 200 pages sns rentrer dedans... Je réésseyerais l'année prochaine...
Signature de bladerunner "Le spectacle est le mauvais rêve de la société moderne enchaînée, qui n'exprime finalement que son désir de dormir." Guy Debord
   Consulter le profil de bladerunner  Envoyer un message privé à bladerunner  Visiter le site de bladerunner  
Gracie

Inscrit le :
05/10/2004
1857 messages
RE : Tous à zanzibar 02/10/2006 à 17h09  
J'ai trouvé que c'était un très bon livre, mais des petites choses m'ont gênée :

La vision du futur y est toute en nuance : pas de spectaculaire ni de franche critique, plutôt des petites touches, des anecdotes, des détails. Et personnellement cette position m'a parfois déroutée.

La vision de la société du XXIe siècle par Brunner est souvent très "années 70" :
- la libération sexuelle avec la banalisation de l'acte et des relations sexuelles très objectales et hygiéniques.
- L'utilisation, généralisée et instrumentalisée par l'état, des drogues.
- La surpopulation

Or actuellement notre XXIe siècle s'annonce plutôt comme un retour à la moralisation et au puritanisme.
Ce petit "paradoxe temporel" est assez gênant à la lecture et à la crédibilité de l'univers.

La vision des femmes y est détestable. Ca c'est encore plus gênant.
   Consulter le profil de Gracie  Envoyer un message privé à Gracie  Visiter le site de Gracie  
   Répondre  |   page 2 / 3   |  aller en page :      1  2  3     
Lire la critique
L'avis des internautes (24 réponses)

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire