Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
13 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
morca

Inscrit le :
27/04/2004
35 critiques
5844 messages
Consulter le profil de morca
Envoyer un message privé à morca

Tous à Zanzibar

John Brunner


Tous à Zanzibar
Traduction : Didier Pemerle
Illustration : Manchu
Titre original : Stand on Zanzibar
Première parution : 1968

 Pour la présente édition :

Editeur : J'ai lu
ISBN : 2-253-05656-1

Lire la critique
L'avis des internautes (24 réponses)
  Répondre  |   page 3 / 3   |  aller en page :      1  2  3  
stegg

Inscrit le :
02/11/2006
971 messages
RE : Tous à zanzibar 11/12/2006 à 21h54  
j'ai été plutôt déçus par Tous à Zanzibar. J'avais lu récemment le troupeau aveugle que j'avais trouvé vraiment effrayant et violent dans sa conception du futur. Si Tous à Zanzibar est tout aussi réaliste dans sa vision du futur, l'histoire semble moin violente, moin choquante. Le style de John brunner est toujours aussi superbe et efficace pour décrire un monde futuriste où malheureusement on vit déjà. Le livre a donc un coté dépassé qui peut-être génant mais qui ne gache pas la lecture qu'on peut prendre à ce livre.
Tous à Zanzibarest donc une petite déception car il ne m'a pas fait l'effet du Troupeau aveugle. Ce livre est quand même un bouquin unique à lire absolument.
Signature de stegg "chaos always defeated order because it's better organized"
   Consulter le profil de stegg  Envoyer un message privé à stegg  Visiter le site de stegg  
Tige

Inscrit le :
30/04/2007
39 messages
RE : Tous à zanzibar 30/11/2007 à 23h07  
J'ai tenté deux fois la lecture de TAZ, et les deux fois je me suis arretée aux 3/4... la taille de ce qui restait à lire m'ennuyait pas mal. Pourtant j'adore le début, j'ai accroché aux intrigues, à la description de ce monde, meme si je trouve aussi qu'il est très marqué par son époque.
D'ailleurs dans TAZ on parle de types qui se mettent subitement à tuer tout ce qui bouge (je ne sais plus le nom) je pensais que c'était de la pure sf, et j'ai été très surprise d'entendre mon prof d'histoire en parler pendant qu'on faisait le cours qui correspond aux années d'écriture du bouquin (ça m'a réveillée du coup)
Mais, à peu près aux 3/4 donc, je passe de la vision de Cyril à celle de Galvin... bizarre ! peut etre que la 3e fois j'irai enfin au bout !
   Consulter le profil de Tige  Envoyer un message privé à Tige  
Butch

Inscrit le :
29/09/2012
786 messages
RE : Tous à Zanzibar 20/02/2016 à 23h30  
J'ai adoré ce livre. C'est un monument sur le fond et sur la forme. J'ai un peu moins aimé le troupeau aveugle. Si l'histoire et les personnages sont du niveau de Tous à Zanzibar, les notions de chimie mises en avant avouent rapidement leur limites par rapport à la réalité, tandis que les problématiques démographiques de TAZ sonnent beaucoup plus justes.
Signature de Butch Tout refuser et continuer.
   Consulter le profil de Butch  Envoyer un message privé à Butch  
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
9252 messages
RE : Tous à Zanzibar 26/09/2022 à 14h56  
Je comprends que l’originalité formelle pour un thème largement traité (la surpopulation) puisse séduire.
Ce qui était à la rigueur supportable chez Dos Passos, car étalé sur trois romans de longueur standard se révèle vite lassant et, pour moi, intenable sur 700 et quelques pages.

Je comprends et j’admets sans peine le tour de force littéraire, que cela peut être.
Pour moi, c’est un machin sans queue ni tête, un énorme empilement illisible et ennuyeux.
J’y retrouve le formalisme stérile et ennuyeux du Nouveau roman, quoi qu’avec du talent.

Bref, ça peut être séduisant au début, mais au bout de 150 pages, on a juste l’impression que l’auteur a voulu faire tenir un roman beaucoup trop long, non en le coupant, mais à grands coups de cut-up.
Et perso, je ne suis pas prêt à en bouffer pour 700 pages.
Moitié moins, pourquoi pas ?
Peut-être qu’au bout de 150 ou 200 pages, on peut voir la lumière au bout du tunnel.
Mais se dire qu’il faudra peut-être en bouffer deux ou trois fois plus que ce que l’on a (péniblement) lu pour en arriver à la fameuse lumière, c’est non.
Un roman de 700 pages, j’y vais plus qu’à reculons, mais avec une telle construction, une sorte de gigantesque puzzle, dont on n’a pas l’image, et dont on ne sait même pas s’il y a toutes les pièces ou un seul puzzle, c’est non. Avec des persos creux, un manque de styles (les extraits du livre du sociologue ne se distinguent en rien du tout venant, alors qu’un livre universitaire devrait justement trancher avec les autres histoires), et un univers à peine esquissé au bout de 150 pages, c’est non.
Je me fous des intrigues comme des persos, qui s’enchainent dans un ennui morne et un formalisme pompeux (le flux de conscience à la Faulkner m’emmerde tout autant).
Construire une mosaïque, pourquoi pas ?
Mais là, je n’ai que des petits carrés de couleur, et je n’en veux pas pour 700 pages, afin de voir la mosaïque. Il faut au moins laisser voir quelques morceaux de l’image, et surtout que ce soit une ébauche qui enthousiasme plutôt qu’une alternance indistincte et monotone.

Je peux comprendre l’intérêt du truc.
Sauf que là, il y en a pour 700 pages. Alors oui, Brunner arrive sans doute à les remplir. Moi, je n’arrive pas à les lire. Le formalisme, c’est génial dans une nouvelle.
Qui trop embrasse mal étreint.
Signature de Olivier "Un monde nouveau va naître, un monde dans lequel il n'aura pas sa place. Il est trop clairvoyant pour lutter contre lui ; mais il ne feindra pas de l'aimer." George Orwell
dernière édition : 26/09/2022 à 15h16   Consulter le profil de Olivier  Envoyer un message privé à Olivier  Visiter le site de Olivier  
   Répondre  |   page 3 / 3   |  aller en page :      1  2  3  
Lire la critique
L'avis des internautes (24 réponses)

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire