Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
44 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
Jim

Inscrit le :
17/08/2005
23 critiques
3877 messages
Consulter le profil de Jim
Envoyer un message privé à Jim

Le monde vert

Brian Aldiss


Le monde vert
Traduction : Michel Deutsch
Illustration : Tibor Csernus
Titre original : Hothouse
Première parution : 1er trimestre 1974

 Pour la présente édition :

Editeur : J'ai lu
Collection : Science-fiction
ISBN : néant

Ce livre est noté   (2/5 pour 1 évaluations)


J'ai lu ce livre et je souhaite donner mon avis
La critique du livre
Lire l'avis des internautes (23 réponses)

Green is not beautiful

Sur cette Terre qui fût la nôtre, ce qui restent des hommes luttent inlassablement pour leur vie dans un monumental enfer végétal.
Jadis, notre planète s'est arrêtée de tourner sur elle-même. Sur la face exposée au soleil vînt le règne du végétal.
Suivant la voie d'un darwinisme féroce, les plantes se multiplièrent, tant en genres qu'en dimensions, allant jusqu'à copier les astuces du règne animal. Elles recouvrirent bientôt toutes les terres de l'hémisphère et tutoient désormais les étoiles.
Des espèces animales, peu subsistent, les insectes sociaux s'en tirant le mieux.
Les hommes, regroupés en tribus éparses, se servent maintenant plus de leur instinct que de leur intelligence; ils savent néanmoins que la survie de leur race est compromise.
Brian

Aldiss

choisit de présenter la flore extraordinaire de ce monde à l'aide de nombreux néologismes, faisant souvent l'économie de longues descriptions. Cela pourrait paraître gênant mais contribue en fait à instaurer un climat étouffant où tout ne semble être que mâchoires ligneuses, épines vénéneuses et lianes trompeuses, où partout la Mort rôde, aveugle et carnassière.
Ce qui n'empêche pas, lorsque le récit nous amène au-dessus de la majestueuse forêt, de voir apparaître un étonnant sense of wonder.

Un voyage, des visages

D'abord limitée au quotidien d'une tribu arboricole, entre défense de la communauté et rituels totémiques, l'histoire élargira vite ses horizons pour nous mener aux limites extrêmes des territoires du vivant.
La fonction du héros, si elle est majoritairement dévolue à Gren, l'enfant-homme, n'est pas pour autant rigide. A travers plusieurs personnages, plusieurs personnalités, se dessine le portrait d'une humanité dans une odyssée à la découverte du monde et d'elle-même.
En présentant diverses versions de l'humain et en employant volontiers l'effet grossissant de la caricature, l'auteur pointe du doigt nos bassesses et notre bestialité.

Les pièges de l'esprit

Les périls qu'auront à affronter les protagonistes de ce récit ne seront pas seulement le fait de la force et de l'agilité des multiples prédateurs qui les harcèlent.
Le plus grand danger, mais aussi la plus grande source d'enseignements, viendra des limites de leur propre intelligence et de sa confrontation avec d'autres, plus grandes ou simplement différentes.
Affrontement, coopération, manipulation, symbiose : autant de thèmes autour desquels

Aldiss

joue à l'envie, dans une gamme allant de l'humour à la mélancolie.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bien plus qu'une épopée pleine de bruit et de fureur dans un environnement hostile, Le monde vert est une fable lancinante sur l'évolution et la place de l'homme sur terre. Servi par une écriture protéiforme, ce roman est un classique à (re)découvrir.




Lily-yo, l'homme Harris et la tribu montaient dans les frondaisons du banian. La petite Clat était tombée. Lily-yo, juchée à califourchon sur un virevole, avait plongé à sa suite. Trop tard. Un claque-dents avait surgi de sous une feuille géante et happé la fillette.

Lily-yo revint à la noix qui avait servi de domicile à Clat, ramassa son âme, et entreprit de guider la tribu vers les hauteurs du banian.Un enfant d'homme était mort, il convenait de rendre les derniers honneurs à son âme-totem car rien ne subsisterait de son corps dans l'enfer végétal qui recouvrait la terre entière.

Brian W. Aldiss est né en 1925 à Norfolk, en Angleterre. Après cinq années passées dans l'armée au cours de la Seconde Guerre Mondiale, il entreprit une carrière littéraire. Il a publié à ce jour 35 volumes romanesques, quelques pièces de théâtre et une importante étude, Billion Years spree, sur la littérature d'anticipation au cours des deux derniers siècles.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (23 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
Frankenstein délivré   

Frankenstein délivré

    

Brian Aldiss



Cette critique est signée LeGaidol
3 réponses y ont été apportées. Dernier message le 14/12/2005 à 18h16 par Jim

Equateur   

Equateur

    

Brian Aldiss



Cette critique est signée vda
11 réponses y ont été apportées. Dernier message le 25/06/2008 à 17h27 par Olivier

Croisière sans escale   

Croisière sans escale

    

Brian Aldiss



Cette critique est signée Gui
20 réponses y ont été apportées. Dernier message le 01/04/2017 à 19h42 par BouquetdeNerfs

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014