Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
8 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
oman

Inscrit le :
11/02/2005
90 critiques
994 messages
Consulter le profil de oman
Envoyer un message privé à oman

Le chant de Kali

Dan Simmons


Le chant de Kali
Première parution : 03 février 2005

 Pour la présente édition :

Editeur : Gallimard
ISBN : 2070316440

Ce livre est noté   (3.5/5 pour 2 évaluations)


J'ai lu ce livre et je souhaite donner mon avis
La critique du livre
Lire l'avis des internautes (2 réponses)

Entrée en matière :

« Il est des lieux maléfiques qui ne devraient pas exister. Il est des villes malfaisantes où l’on ne devrait pas demeurer. Calcutta est de celles-là. Avant Calcutta, pareille idée m’aurait fait rire. Avant Calcutta, je ne croyais pas au mal, et surtout pas comme s’il était une force indépendante des hommes. Avant Calcutta, je n’étais qu’un imbécile …»

L’histoire :

1977, Robert Luczak est un poète romantique, heureux comme la majorité des hommes vivants aux USA, avec une vie comme tout le monde, marié avec sa charmante femme d’origine indienne, et père d’une jolie petite Victoria. Puis on lui confie la mission d’aller à Calcutta, pour chercher le manuscrit d’un poète indien, Das, qui est porté disparu depuis huit ans. Or, ce manuscrit est beaucoup récent que cela. Luczak prend donc l’avion, accompagné par sa femme et sa fille et découvre, dès les premiers pas à l’aéroport, Calcutta, dans toute sa grandeur, dans toute sa misère et tout son mystère…

Ambiance.
Ce qui est fascinant dans ce roman, c’est l’ambiance que réussit à retranscrire

Simmons

, cette ambiance moite, étouffante, où la misère est omniprésente.
Calcutta la grande, riche de par ses religions plus ou moins obscures, riche par ses milliers de mendiants criant « baba » à tous les touristes. La misère, la puanteur, les castes, les intouchables, tout cela cristallisé dans ce maelström routier, ses ghettos, véritables taudis de miséreux, décrits froidement pour traduire la réalité.
A quoi ressemble vraiment Calcutta aujourd’hui ? Toujours plus ou moins la même chose : le trafic est véritablement incroyable, où les morts sont quotidiens. Mais l’Inde est véritablement un vivier : rien que pour sa production cinématographique, elle est numéro un en terme de quantité, dont une bonne partie est médiocre, mais bon…
Ici,

Simmons

s’attache au mystère dont s’est toujours entouré les Indes, dont on parle toujours des sacrifices humains sur les autels sacrés de Kali ou Shiva. Et effectivement, l’Inde reste mystérieuse, encore de nos jours…

Premier jet.
Ce livre est le premier roman de Simmons, et je dois dire que j’ai été impressionné par la maîtrise du roman, alors qu’il s’agit de sa première tentative. Certes, il y a quelques défauts, comme certains clichés inévitables sur les indiens ou leurs croyances, le fait que le roman soit (volontairement ou non) linéaire, mais la fin est suffisamment bien amenée pour que le lecteur ne voit pas tout de suite où l’emmenait l’auteur.

L’horreur.
J’avoue avoir eu de bons moments de tensions, avec certaines scènes volontairement dans l’obscurité, suffisamment bien décrites, pour qu’on se sente dans la peau du personnage. Mais j’aurais voulu qu’il aille encore plus loin dans l’horreur, qu’il pousse encore plus le bouchon, pour avoir la nausée, sans tomber dans le cliché. J’aurais aimé plus de gore mais finalement l’auteur a bien su doser, pour que cela reste lisible sans avoir la tête dans les toilettes ;)

Une dose d’Hypérion.
On sent que

Simmons

a peut-être déjà l’idée d’Hypérion, au vu de certaines références que j’ai relevées : Kali comme le Gritch, le poète Keats est mentionné, la présence d’un poète maudit.

Bref, ce roman est tout à fait remarquable en tant que première œuvre pour le jeune

Simmons

, à l’époque.

Extraits :

« Un nouveau tunnel nous conduisit dans une ruelle interminable qui était une véritable fourmilière humaine. Nous débouchâmes dans un terrain vague où la plupart des immeubles avaient été rasés pour être remplacés par des tentes et des abris de fortune. Un grand trou, peut-être naguère une cave, était rempli d’eau de pluie et servait d’égout. Des hommes et des gamins s’aspergeaient en criant, tandis que d’autres s’amusaient à sauter des fenêtres du premier étage des immeubles qui entouraient cette mare aux eaux glauques. Non loin de là, deux gosses nus riaient en piquant avec un bâton un rat noyé, gonflé d’eau. »

« Plus loin, un gosse était debout sur un cageot au milieu d’un cercle d’eau trouble. Il balançait par la queue ce que je crus être un chat mort. Il le jeta quand le bus approcha. Ce ne fut que lorsque le cadavre rebondit avec un bruit mat sur le pare-brise que je vis que c’était un rat. Le chauffeur poussa un juron et fit une embardée, éclairant une seconde les jambes brunes du gosse quand il sauta du cageot qui s’écrasa sous la roue avant droite »




Une bien étrange affaire qui amène le journaliste Robert Luczak à Calcutta. La dernière oeuvre du plus grand poète indien Das, mort depuis dix ans, un manuscrit d'une valeur inestimable, aurait été retrouvée dans des conditions mystérieuses. Dès son arrivée, Luczak entre en contact avec les dangereux Kapalikas, à la fois secte et mafia, qui prétendent le conduire jusqu'à Das, toujours vivant.
Un scoop extraordinaire ! L'occasion unique d'écrire l'article de sa vie ! Oui, mais à quel prix ?
Des cadavres ramenés à la vie, des poètes noyés qui ressuscitent, une déesse dévoreuse d'âmes... Il est des endroits maléfiques qui ne devraient pas exister. Calcutta est de ceux-là. Lorsque Luczak le comprendra, à sera peut-être trop tard ; la déesse Kali aura accompli son oeuvre !


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (2 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
L'homme nu   

L'homme nu

    

Dan Simmons



Cette critique est signée oman
1 réponse y a été apportée. Dernier message le 02/03/2017 à 19h44 par Nemerle

Terreur   

Terreur

    

Dan Simmons



Cette critique est signée Nighthaunter
4 réponses y ont été apportées. Dernier message le 22/11/2008 à 13h50 par lacroute

L'échiquier du mal   

L'échiquier du mal

    

Dan Simmons



Cette critique est signée Zaroff
3 réponses y ont été apportées. Dernier message le 18/07/2009 à 11h18 par Zaroff

Hypérion   

Hypérion

    

Dan Simmons



Cette critique est signée Gui
16 réponses y ont été apportées. Dernier message le 20/01/2017 à 14h01 par LeGaidol

Endymion   

Endymion

    

Dan Simmons



Cette critique est signée Gui
Aucune réponse pour le moment...

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire