Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
12 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
oman

Inscrit le :
11/02/2005
90 critiques
994 messages
Consulter le profil de oman
Envoyer un message privé à oman

La profondeur des tombes

Thierry Di Rollo


La profondeur des tombes
Illustration : Benjamin Carré
Première parution : 03 mars 2005

 Pour la présente édition :

Editeur : Gallimard
ISBN : 2070313239

Ce livre est noté   (3.7/5 pour 3 évaluations)


J'ai lu ce livre et je souhaite donner mon avis
La critique du livre
Lire l'avis des internautes (20 réponses)

" Le noir m’entoure. Sournois, patient comme la Mort, il me sait là. Alors je regarde vers le fond de la galerie, noyant mes yeux dans la lueur pâle. J’essaie de me perdre au creux de ce halo laiteux trop loin pour que je puisse croire encore à son existence. C’est un cercle de lumière fantôme, surgi de l’obscurité épaisse, et qui doucement m’abandonne… "

Pennbaker est porion, un gardien de mine et de mineurs. Car le monde a repris l’exploitation des mines de charbons après l’épuisement des puits de pétrole. Et le monde va de mal en pis. Avec l’exploitation de ces mines, la pollution bat son plein, les villes sont couvertes de cette brume grise, l’eau pure est devenue denrée rare et il ne reste que de l’eau jaunâtre pour boire et se laver. Le monde est gris, le monde est noir. Dans les villes où le froid est mordant, et dans les galeries où la respiration est difficile. D’autant plus que Penbaker a un secret qui vient le hanter jusque dans ses rêves : il a vu la mort de près et elle le poursuit jusqu’au plus profondes mines…

Un monde noir.
Avec la même écriture que dans la lumière des morts,

Di Rollo

s’applique à nous décrire un univers de cauchemars, un monde souffrant où la pollution galopante vient s’insinuer jusque dans les pores de la peau, où l’espérance d’une vie meilleure ne subsiste que dans des îlots bien isolés. Un monde de crasse et d’inégalités sociales où l’homme est capable de s’humilier à lécher un plateau pour tenter de retrouver un peu d’humanité. La colère gronde, mais rien ni personne ne peut garder et conserver cette humanité. L’humanité est écorchée vive.

Alors vient la folie.
Ne reste donc qu’à se soumettre. Le monde est fou ? Alors devenons fous également. La mort appelle la mort et le noir ne renferme rien d’autre que le néant. Car il faut le souligner, il n’y a pas de justification à tout cela. L’auteur ne prend pas la peine de donner d’explication. Et c’est pour cela que l’abîme de folie dans lequel le personnage s’enfonce n’a aucune explication. J’ai retrouvé un peu du chef-d’œuvre qu’est fight club.

Un style incomparable.
A l’instar de la lumière des morts, la profondeur des tombes est écrit avec une noirceur incroyable, avec un style de l’enfer, collant parfaitement au monde dans lequel on est plongé. J’ai trouvé intéressant que le texte soit au présent avec de nombreux flashbacks, car il donne au texte une authenticité à la manière d’un reportage sur un homme écœuré par la vie, une plongée en apnée sans espoir de revenir à la surface pour prendre une bouffée d’air. Non, pas de pause, aller plus loin, toujours plus loin. Une scène dans un bar est tout à fait exceptionnelle et hallucinante.

En somme, un excellent roman dont on ne sort pas indemne.

" Cette couleur qui est désormais ma vie. Sous le bleu glacé de la veille de l’élévateur qui stoppe sa remontée en grinçant. La plainte du métal m’arrache à Taney et à son lac aux poissons, aux deux collines retenant les maisons tranquilles, à la petite Debbie espiègle de mes jeunes années ; à la tombe de ma mère. "

" Whitmore se tait, continuant de me fixer de tout son mépris. Puis souffle, dépité :
" Monde de merde ! à qui je dois la mort de mes parents, à cause d’une saleté de pilule. " "

" J’ai mal, j’ai toujours mal. Les lueurs de la station se détachent brusquement de l’obscurité. Je plonge la main dans la poche du manteau. Le Royster m’est fidèle. "


Liens:

La fiche du roman sur Culture-SF : la profondeur des tombes




Demain.
Le pétrole n'est qu'un souvenir. Reste le charbon, et avec lui ses mines titanesques et leurs millions de gueules noires, sa poussière grise et ses cieux asphyxiés. Un monde glacé où l'eau pure est la plus convoitée des denrées, où les animaux clonés en masse vont s'échouer au fond des filons, où le mot "jour" a été remplacé par "nuit claire". Demain.
Pennbaker est porion, contre-maître à CorneyGround. Et il a contemplé la Mort dans les yeux, des yeux qui ressemblent étrangement à ceux de sa mère... La Mort qui lui a demandé, de cette voix si douce, s'il connaissait la profondeur des tombes... Et Pennbaker sait où chercher. Car au loin brillent les lumières de l'U-Zone, région de non-droit où réside Bartolbi, l'éleveur de hyènes. Débute ainsi la quête en compagnie de CloseLip, la fille chérie, son amour, sagement rangée dans sa valise...
La profondeur des tombes, celle qui nous traque, qu'on passe sa vie à éviter, mais qui, inexorable, nous rattrape...

Avec "La Profondeur des tombes", plongée hallucinée dans un proche futur dénué d'horizon, Thierry Di Rollo nous offre son oeuvre la plus aboutie, la plus touchante, mais aussi la plus noire...


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (20 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
Meddik (ou le rire du sourd)   

Meddik (ou le rire du sourd)

    

Thierry Di Rollo



Cette critique est signée zomver
8 réponses y ont été apportées. Dernier message le 01/03/2009 à 17h09 par Gutboy

La lumière des morts   

La lumière des morts

    

Thierry Di Rollo



Cette critique est signée oman
4 réponses y ont été apportées. Dernier message le 06/05/2005 à 11h50 par Olivier

Number Nine   

Number Nine

    

Thierry Di Rollo



Cette critique est signée Galvin
9 réponses y ont été apportées. Dernier message le 01/03/2008 à 13h53 par Olivier

La profondeur des tombes   

La profondeur des tombes

    

Thierry Di Rollo



Cette critique est signée kgb203
8 réponses y ont été apportées. Dernier message le 27/11/2008 à 18h24 par Gracie

Drift   

Drift

    

Thierry Di Rollo



Cette critique est signée SG-LYON
Aucune réponse pour le moment...

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire