Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
75 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
oman

Inscrit le :
11/02/2005
90 critiques
994 messages
Consulter le profil de oman
Envoyer un message privé à oman

La lumière des morts

Thierry Di Rollo


La lumière des morts
Illustration : Eric Scala
Première parution : 13 mai 2004

 Pour la présente édition :

Editeur : Gallimard
ISBN : 2070428567

Ce livre est noté   (4/5 pour 1 évaluations)


J'ai lu ce livre et je souhaite donner mon avis
La critique du livre
Lire l'avis des internautes (4 réponses)

Entrée en matière :

" Dans le long couloir sombre du tunnel, Stinky court, essaie d’échapper à sa mort. Lui qui adorait jouer dans les grandes décharges en periphérie de la Capitale, quand il n’était encore qu’un gamin. Le surnom lui est resté.
Il aura eu pourtant une enfance heureuse, entre une mère tendre et un père toujours attentif. Il s’est mis à détester les enfants en prenant de l’âge, c’est tout. Maintenant, il fuit ; il sait aussi qu’il va tomber à une quarantaine de mètres seulement des premières lueurs de la vieille station désaffectée. La phrase qu’il pensait ne jamais entendre retentit, claire, multipliée par l’écho des parois : " Arrêtez ! Vous êtes l’objet d’un retrait simple ! " Et le pire, c’est qu’il ne regrette rien… "


L’histoire :

Le monde dégénère. Europe, Afrique, le monde dégénère.Afrique. Dunkey travaille, ou plutôt, a échoué dans cette réserve animale du Botwen, où vivent également trois autres hommes, si on peut appeler ça des hommes : Bongo, un africain pure souche, qui ne se lave jamais et qui pue à des kilomètres, Lhar, un allemand qui se saoule du matin au soir, et Kool qui visiblement profite des jeunes africaines pour soulager sa libido. Quatre hommes pour surveiller les braconniers et soigner les animaux de la réserve. Quatre déchets qui vont faire la rencontre la lumière des morts, la lueur bleutée qui apporte la mort implacable…

Ambiance de mort.
Deux parties Afrique et Europe, deux endroits a priori qui n’ont rien à voir, et pourtant sont intimement liés par la même puanteur, la même dégénérescence, la même sentence de mort. Ici, ailleurs, la mort est la même, atroce. Que ce soit par les shooters ou par une force mystique, la sanction est la même, la couleur est la même.

Di Rollo

nous décrit un monde où rien ne va pour le mieux, un monde noir, si noir et l’atmosphère étouffante que l’on peut ressentir dans la savane rejoint les bas quartiers des villes d’Europe. L’atmosphère et vraiment magnifiquement décrite.

Un style choc.
Ce qui m’a frappé dès les premières pages, dès le prologue, est cette écriture noire, violente, nauséeuse, ces mots comme crachés à la figure, écrasés sur le papier, que je n’avais pas lu depuis un bout de temps, et qui en font une accroche incroyable. Ces mots scotchent le lecteur, le choquent, le séduisent par sa noirceur.
Les personnages, eux sont torturés, écorchés et on se prend au jeu. Malgré leurs actes barbares, on en arrive à comprendre pourquoi ils agissent ainsi… et on approuve presque.
Deux personnages: un homme, une femme, dont le récit est à la première personne et au présent, ce qui donne au roman sa force.
J’ai aussi beaucoup aimé cette coupure, cette rupture brutale entre deux parties qui a priori n’ont aucun rapport et qui, à la fin du bouquin, se raccordent inexorablement pour former le tout. L’approche est vraiment bien écrite.

Un petit bémol qui n’engage que moi, et qui, au bout du compte n’est pas un défaut, est que ce roman est vraiment trop court !

Enfin une œuvre qui sort des sentiers battus. Très fort !

Extraits :

" Bongo.
Lui, il corse la difficulté au-delà de l’absurde. Cette engeance de garde assermenté dégage autant qu’une porcherie ; c’est du moins le souvenir que j’en ai, quelque part au fond de mon crâne. Je vois ma tonne de glaçon, bien suspendue, et elle pue aussi. Bongo ne se lave jamais. Il dit que c’est plus sûr, que les virus crèvent les uns après les autres s’ils se posent sur son corps noir. Mais il aurait été blanc comme je le suis, ça n’aurait rien changé à l’affaire. "


" L’être humain est une chose bizarre. Vous lui présentez des bouts de bras sanguinolents sur une table bien blanche, il vomit. Vous lui présentez les mêmes morceaux soigneusement tassés au fond d’un récipient en aluminium, ça le rassurerait presque Mais tout est dans la nuance. "




Ils sont trois. Trois épaves échouées dans un des nombreux parcs animaliers de cette Afrique en fin de course. Trois gardes dont le rôle se limite à mesurer la déchéance des animaux qu'ils sont censés protéger, sauvegarder. Il y a Bongo, qui pue comme une charogne recuite par le soleil, qui ne parle pas, ou si peu, mais qui sourit, ça oui. Il y a Lhar, l'Allemand, imbibé du matin au soir, une outre d'alcool qui, bien que titubante, parvient encore à bander... Et il y a Dunkey, l'homme trouble au passé chirurgical. Un passé lancé à ses trousses, dont il mesure l'inexorable progression.

Et voici qu'arrive l'homme-Afrique, le tueur d'assassins qui, au loin, devine sa prochaine destination : cette Europe grise des blancs propres. Il est l'homme-rhinocéros, tout auréolé de cette étrange lueur bleutée que Bongo appelle la lumière des morts.

Préparez-vous...

Il approche.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (4 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
Meddik (ou le rire du sourd)   

Meddik (ou le rire du sourd)

    

Thierry Di Rollo



Cette critique est signée zomver
8 réponses y ont été apportées. Dernier message le 01/03/2009 à 17h09 par Gutboy

La profondeur des tombes   

La profondeur des tombes

    

Thierry Di Rollo



Cette critique est signée oman
20 réponses y ont été apportées. Dernier message le 06/10/2012 à 12h55 par Jim

Number Nine   

Number Nine

    

Thierry Di Rollo



Cette critique est signée Galvin
9 réponses y ont été apportées. Dernier message le 01/03/2008 à 13h53 par Olivier

La profondeur des tombes   

La profondeur des tombes

    

Thierry Di Rollo



Cette critique est signée kgb203
8 réponses y ont été apportées. Dernier message le 27/11/2008 à 18h24 par Gracie

Drift   

Drift

    

Thierry Di Rollo



Cette critique est signée SG-LYON
Aucune réponse pour le moment...

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire