Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
15 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
Gui

Inscrit le :
10/08/2006
46 critiques
2910 messages
Consulter le profil de Gui
Envoyer un message privé à Gui

La Fin de l'éternité

Isaac Asimov


La Fin de l'éternité
Traduction : Claude Carme, Michel Ligny
Illustration : Eric Scala
Titre original : The End of Eternity
Première parution : 1955

 Pour la présente édition :

Editeur : Gallimard
Collection : Folio SF
Date de parution : février 2002
ISBN : 2-07-042264-X

Ce livre est noté   (3/5 pour 1 évaluations)


J'ai lu ce livre et je souhaite donner mon avis
La critique du livre
Lire l'avis des internautes (7 réponses)

Le thème du voyage dans le temps est souvent considéré comme le plus ancien de la science-fiction moderne : beaucoup s’accordent à dire que celle-ci a vu le jour avec le roman La Machine à explorer le temps de H. G. Wells car, pour la première fois, une invention techno-scientifique permettait d’explorer des modèles sociaux inédits – ce qui différenciait cette histoire des autres du même acabit la précédant c’est qu’ici l’invention ne se bornait pas à jouer un rôle plus ou moins anecdotique au sein d’une histoire souvent assez convenue, mais au contraire devenait le moteur, le prétexte, pour décrire des sociétés jamais vues jusqu’à présent (et du moins tant qu’on ne les considère que d’une façon superficielle car dans le cas présent beaucoup de penseurs ont affirmé que l’avenir imaginé par Wells n’était jamais qu’une critique de son temps où les masses laborieuses étaient exploitées, parfois jusqu’à la mort, par une élite dirigeante). De plus, le voyage dans le temps permet bien évidemment de “visiter le futur”, ce qui n’est jamais qu’une des multiples définitions de la science-fiction – et pour autant que le voyage en question se fasse bien par l’intermédiaire d’un procédé techno-scientifique, c’est-à-dire une machine, ou assimilés, à l’inverse des drogues ou longs sommeils, entre autres moyens utilisés jusque-là pour “voyager” dans l’avenir et qui à l'époque ne reposaient sur aucune base rationnelle sérieuse.

Pendant quelques temps, les histoires de voyage dans le temps se ressemblèrent quelque peu : le personnage principal explorait à sa guise l’époque de son choix au cours d’aventures plus ou moins rocambolesques. Puis, des auteurs commencèrent à illustrer les premiers paradoxes temporels : là, le personnage provoquait des altérations de l’Histoire, à dessein ou par accident, qui modifiaient le cours normal de celle-ci pour, une fois de retour, trouver un présent sans plus aucun rapport avec celui qu’il avait quitté. Ce fut une première évolution conséquente du thème.

Une seconde évolution se produisit avec l’apparition du thème de la “patrouille du temps” c’est-à-dire une organisation chargée de veiller à ce que rien ni personne ne puisse altérer le cours normal de l’Histoire. Sur ce sujet, les écrits de Poul Anderson restent populaires. Hélas, de telles histoires ne sont souvent que le prétexte pour leur auteur d'étaler leurs connaissances historiques, par ailleurs souvent tout à fait admirables, ainsi que leur sens aigu, et tout autant digne d’admiration, de l’extrapolation – à travers des études de l’évolution d’une société donnée dans un contexte donné, ce qui reste une forme de science-fiction.

À ce stade, la notion d’univers, ou de mondes parallèles n’est pas loin, et trouve d’ailleurs une première forme de légitimité scientifique chez les théoriciens de la physique quantique dès 1957 – c’est à peu près l’époque où Poul Anderson produisit ses récits de La Patrouille du Temps d'ailleurs, qui furent d’abord publiés en magazines avant d’être ensuite regroupés en recueils. Néanmoins, et en dépit de tout l’immense et passionnant potentiel que propose un tel registre, ce n’est pas le thème qu’explore

Asimov

dans ce roman. Non, ici, le père du cycle des robots nous donne la troisième – et à ce jour dernière, à ma connaissance – évolution du thème du voyage dans le temps, et qui reste peut-être à ce jour son œuvre la plus aboutie avec Les Dieux eux-mêmes.

Car ici la maîtrise de la translation temporelle n’est pas le prétexte d’une simple distraction par l’exploration d’époques révolues ou à venir ni même alternatives : il s’agit ni plus ni moins que de manipuler le temps, c’est-à-dire ce dont même les dieux n’ont jamais oser rêver y compris dans les mythologies les plus folles. Ici, les agents temporels ne servent pas à préserver l’Histoire mais bel et bien à la modifier pour en quelque sorte l’améliorer. Ici, l’Humanité ne change pas l’Histoire pour son plaisir ni pour asseoir sa domination sur des époques suivantes mais bel et bien pour s’offrir un récit dont elle n’aura pas à rougir. En fait, l’Éternité n’est jamais que le summum du révisionnisme, une réécriture permanente de l’Histoire devenue crédo d’une civilisation si ivre de son pouvoir qu’elle ne distingue même plus les torts dont elle afflige les siens au nom de ce bonheur du plus grand nombre qu’elle entend leur imposer – mais qui n’est bien évidemment qu’une vue des esprits des ingénieurs de l’Éternité.

C’est dans cette négation de la nature humaine – puisqu’ici les erreurs qui font, qui sont l’Histoire se trouvent tout simplement gommées – dans cet ultime refus de la réalité que l’Éternité condamne la liberté et creuse en fin de compte le tombeau de l’Humanité – puisque sans erreurs il ne peut y avoir d’évolution ni de maturité. Mais ce n’est pas pour autant ce qui poussera le héros de cette histoire à se rebeller contre ses maîtres. Car s’il fomentera la fin de cette aberration, ce n’est ni plus ni moins que par amour, cette chose pour le moins tout aussi aberrante du point de vue des ingénieurs de l’Éternité – dont les équations ne tiennent aucun compte des sentiments personnels – et qui terrasse le roi comme le mendiant, les individus comme les empires, ce que du reste la littérature classique a très abondamment illustré, depuis des siècles, dans des œuvres maintenant devenues immortelles.

Car l’amour, lui, pour le coup, est éternel.




L'Éternité veille sur vous !
L'Éternité modifie le passé pour le bien de l'Humanité.
Elle élimine les inventions dangereuses, avant même qu'elles n'aient été imaginées, et supprime dans l'œuf les apprentis tyrans. Andrew Harlan est un Éternel, chargé d'empêcher l'invention de la bombe atomique au XXe siècle. Au cours de sa mission, il rencontre la mystérieuse Noys Lambent. Cette dernière l'incite à comprendre que l'Éternité, en annihilant tout droit à l'erreur, finira par paralyser l'évolution de l'espèce humaine.
Faut-il détruire l'Éternité ? Qui est réellement Noys Lambent ?
De 1945 au XXIVe siècle, une véritable guerre temporelle éclate, opposant un homme aveuglé par l'amour et une communauté toute-puissante. Avec ce roman, Isaac Asimov s'offre le plus inattendu des préludes au cycle de Fondation.

Figure emblématique et tutélaire de la science-fiction, Isaac Asimov (1920-1992) s'est imposé comme l'un des plus grands écrivains du genre par l'ampleur intellectuelle de ses créations littéraires. Il se rendit mondialement célèbre grâce aux séries Fondation et Les Robots.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (7 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
Les dieux eux-mêmes   

Les dieux eux-mêmes

    

Isaac Asimov



Cette critique est signée oman
5 réponses y ont été apportées. Dernier message le 04/01/2006 à 21h00 par gylles

Flûte, Flûte et Flûtes !   

Flûte, Flûte et Flûtes !

    

Isaac Asimov



Cette critique est signée Trevize
Aucune réponse pour le moment...

Les cavernes d'acier   

Les cavernes d'acier

    

Isaac Asimov



Cette critique est signée Gracie
22 réponses y ont été apportées. Dernier message le 30/07/2016 à 12h48 par Jim

Face aux feux du soleil   

Face aux feux du soleil

    

Isaac Asimov



Cette critique est signée Gracie
3 réponses y ont été apportées. Dernier message le 23/10/2007 à 13h52 par PETRVS

Les robots de l'aube   

Les robots de l'aube

    

Isaac Asimov



Cette critique est signée Gracie
6 réponses y ont été apportées. Dernier message le 14/09/2007 à 16h19 par Gui

Les Robots et l'Empire   

Les Robots et l'Empire

    

Isaac Asimov



Cette critique est signée Mathieu
19 réponses y ont été apportées. Dernier message le 18/08/2010 à 00h02 par dragonet70

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire