Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
11 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
Jekub

Inscrit le :
25/04/2008
7 critiques
942 messages
Consulter le profil de Jekub
Envoyer un message privé à Jekub

Temps

Stephen Baxter


Temps
Traduction : Sylvie Denis, Roland C. Wagner
Illustration : Alain Brion
Titre original : Time

 Pour la présente édition :

Editeur : Fleuve Noir

La critique du livre
Lire l'avis des internautes (5 réponses)

« Au milieu de quels dangers de quelles ténèbres, ne se passe point ce peu qui nous est accordé de vie! »
Lucrèce



Après l'excellent Espace, qui était en fait le deuxième tome du cycle des univers multiples de Stephen

Baxter

, je me suis naturellement attaqué au premier, Temps, en espérant vraiment qu'il se révèle aussi délicieux que ce dernier. Alors, verdict : fade, aussi bon, ou même supplanteur de son successeur?

Et bien, il est clair que Temps se dévore de la même façon et dans le même esprit qu'Espace, on retrouve à nouveau l'incroyable capacité de

Baxter

à nous embarquer dès les premières lignes dans son trip rocambolesque à dimension universelle. On est également confronté au même personnage principal déjà présent dans Espace : Reid Malenfant, astronaute remercié par la NASA, mais opiniâtre face à son vieux rêve de conquête en voie d'être brisé, reflet et écho transparent de l'auteur lui même. Reid Malenfant souhaite ainsi à tout prix gambader vers les astéroïdes, les exploiter et les coloniser sur le long terme, persuadé que la solution pour dépêtrer l'humanité du marasme dans lequel elle s'enlise jour après jour se situe là-bas. Réunissant des fonds privés, employant des méthodes « cheaps » à la soviétique et par d'autres économies de bout de chandelle, il réussit à mettre au point la première fusée habitée allant plus loin que personne encore auparavant. Mais contacté par un allumé notoire œuvrant pour des prédications liées à l'eschatologie, avertissant que l'extinction de l'humanité aura lieu d'ici deux siècles, qu'il nomme la catastrophe de Carter, Reid se voit convaincre de modifier la destination de son jouet prêt à décoller. Tout bascule alors. Le nouvel objectif abrite une étrange porte bleu à la stargate, et pendant ce temps des flopées d'enfants surdoués naissent, tatoués d'un énigmatique anneau azuré, et semblent œuvré pour une cause commune mais incompréhensible.

Si l'on s'arrête à ces quelques éléments, il est vrai que le scénario peut sembler, sinon alambiqué, au moins tiré par cheveux. Mais oui, il l'est. Et ce n'est rien comparé à l'avalanche de folles idées sorties tout droit tantôt de la Science, tantôt de la Fiction, dénichées par

Baxter

pour venir égayer cette abracadabrante épopée stellaire. Des céphalopodes intelligents en voie d'extinction sur un caillou égaré vous feront sans doute verser une larme ; la ribambelle d'univers morts-nés que vont traverser les héros est indissociable d'une prise de conscience de notre frivolité abyssale ; ou encore plus simplement l'hypothèse singulière qui va se révéler complètement au dernier chapitre sur laquelle

Baxter

a filé l'ensemble de son roman et peut chambouler radicalement la perception de notre rapport au monde, sans pour autant y croire une seule seconde. On constate que le même mot clé ressort de cette armada mirifique mais ô combien envoutante : Le Vertige. Oui, comme dans Espace, il se love dans chaque paysage cosmogonique, nous fait chanceler en face de ce vide haletant, obscur, pétri d'une matière absurde, aux distances ubuesques, qu'on nomme l'univers. Ce n'est plus l'exploration de la faune céleste et de ses possibles qui nous émeut, mais la découverte de l'insondable, le voyage aux confins de réalités hostiles, aux lois physiques impropres à l'atome, à la vie, à l'Homme. Espace possédait la problématique de notre négligence par rapport aux autres espèces pensantes, Temps possède celle d'un univers qui nous nie, qui ne semble pas vouloir de nous dans ses heurts incessants. La perspective engagée par l'auteur s'avère donc plus sombre. L'Homme est seul et semble être consacré par un bug, une coïncidence malheureuse des lois physiques s'agitant à leur propre dessein. Une douloureuse lucidité qui se réveille d'autant plus que ce dernier a pu entrapercevoir, grâce aux artefacts bleutés, ses éventuels lointains descendants à la toute fin de son univers, quand il n'y aura plus assez d'énergie pour ne serait-ce que laisser un atome stable et quand même la poussière d'étoiles aura disparu, quand en fin de compte, le néant primordial souhaitera recouvrer sa demeure. Alors

Baxter

va faire s'ébrouer la bête, Malenfant va tenter de comprendre et de dépasser cette condition pour redonner espoir à l'humanité, et à travers des pirouettes temporelles, des paradoxes causaux, par la transcendance de ses compagnons et de lui même, ils vont nous apporter une fin sublime, dans toute les acceptions du terme. Épatante, et c'est ici que, si nous avions perdu en exotisme fantasmagorique par rapport à Espace, Temps rattrape d'un instant son retard. Le dépasse t-il? En un certain sens, peut être bien. Il n'est peut être pas toujours autant exaltant, affriolant par ses liqueurs d'outre-humains, mais il apporte un sens, là où Espace ne le donnait que par la pérennité qu'il offrait à l'Homme.

Bien sûr, tout cela constitue l'œuvre, mais elle n'est pas forcément intéressante si on s'en tient à ce point précis, car

Baxter

ne fouille jamais ni n'étale ses réflexions philosophiques ou de quelques natures que celles-ci soient. Elle est avant tout divertissement et découverte, par l'incroyable recul qu'elle nous inocule, laissant place à un frissonnant vertige, enchanteur et qui a le mérite, et c'est en partie en cela que la distance angoissante est convaincante, de nous offrir des pistes de réflexions pertinentes.

En définitive, c'est donc une expérience sensible, qui n'est en aucun cas entachée par les défauts que l'on pourrait reprocher à

Baxter

: Des personnages plats, sans reliefs et avec des caractères aux frontières plus que limitrophes.... Mais à nouveau, ceux ci sont employés comme intermédiaires au spectacle insignifiant qui s'offre devant eux. C'est avec des yeux en somme neutres que l'on pourra se fondre le plus aisément au creux de cette vision de Déicides. Une écriture également en moyenne peu remarquable, mais qu'importe,

Baxter

, c'est le monde des idées et des situations qui en résultent, et sa plume demeure limpide et conserve tout de même de nombreux passages lyriques pour les satisfaire pleinement.
Alors, oui, si vous aimez vous allongez devant un mur étoilé en vous imaginant tomber, Temps et Espace, et peut être en général

Baxter

, vous rendront la chute magnifique.





« Mais la plupart des cosmos qu'ils découvraient étaient vides, y compris de la lumière maladive de la création ou de la destruction. »




Reid Malenfant a été renvoyé de la NASA. Il est aujourd'hui un homme d'affaires très fortuné mais sa passion pour la conquête spatiale ne s'est jamais tarie. Il est bien décidé à convaincre le monde de'l'intérêt économique et scientifique de l'exploration de notre système. Sa rencontre avec Cornelius Taine, mathématicien génial, sera décisive. Selon Taine, l'humanité devrait s'éteindre précisément dans deux cents ans. Mais un espoir subsiste : un message a été capté sur un astéroïde proche. Il n'en faut pas plus à Reid pour monter une expédition. Commence une extraordinaire aventure humaine et scientifique dont les conséquences sur Terre sont immédiates, et pour le moins mystérieuses.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (5 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
Poussière de Lune   

Poussière de Lune

    

Stephen Baxter



Cette critique est signée Tank-Girl
9 réponses y ont été apportées. Dernier message le 07/11/2007 à 11h05 par Nostromo

Espace   

Espace

    

Stephen Baxter



Cette critique est signée Gracie
16 réponses y ont été apportées. Dernier message le 27/12/2009 à 18h49 par lacroute

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire